Affiche IRON MAN 3

Tony Stark, l’industriel flamboyant qui est aussi Iron Man, est confronté cette fois à un ennemi qui va attaquer sur tous les fronts. Lorsque son univers personnel est détruit, Stark se lance dans une quête acharnée pour retrouver les coupables. Plus que jamais, son courage va être mis à l’épreuve, à chaque instant. Dos au mur, il ne peut plus compter que sur ses inventions, son ingéniosité, et son instinct pour protéger ses proches. Alors qu’il se jette dans la bataille, Stark va enfin découvrir la réponse à la question qui le hante secrètement depuis si longtemps : est-ce l’homme qui fait le costume ou bien le costume qui fait l’homme ?

Note de l’Auteur

★★★★★★★★☆☆

Date de sortie : 24 Avril 2013
Réalisé par Shane Black
Film Chinois, Américain
Avec Robert Downey Jr, Gwyneth Paltrow, Don Cheadle, Ben Kingsley
Durée : 2h10min
Titre original : Iron Man 3
Bande-Annonce :

Shane Black remplace Jon Favreau pour le troisième épisode tant attendu d’Iron Man et cela se sent. Alors est-ce que ça vaut le coup de faire le déplacement pour s’enfermer dans une salle noir et s’asseoir face à un écran blanc ? Oui ! Iron Man ne décevra pas les spectateurs pour ce qui est de mélanger les enjeux de l’histoire aux images spectaculaires du film. Shane Black l’avait annoncé, il privilégiera l’histoire plutôt que l’action qui néanmoins ne s’en trouve en aucun cas abâtardie. Iron Man 3 a sans doute le scénario le plus abouti de la trilogie et marque par son originalité qui peut parfois aller contre l’attente des fans de la saga. L’image maintenant parlons-en ; le choix de la 3D dans les films est parfois blâmé mais ici ce choix est judicieux. Lors des scènes d’actions celle-ci provoque une immersion pleine qui embellie la photographie, par exemple avec l’attaque de la maison de Tony Stark (Robert Downey Jr).

Tony Stark d’ailleurs semble être à l’apogée de sa puissance grâce aux technologies de pointe des armures qu’il a conçu. Pourtant un mal le ronge qui le rend plus vulnérable que jamais. Le film présente un Tony Stark qui peine à maitriser ses inventions et dont une question trône dans son esprit : « est-ce l’homme qui fait le costume ou bien le costume qui fait l’homme ? » à cette question chaque mise à l’épreuve auquelle il sera confronté apportera un morceau de la réponse. Tony Stark est dépassé, ce qui offre une réelle importance à Pepper Potts (Gwyneth Paltrow) qui lui sera d’une grande aide. Quant aux méchants, à première vue ils ne sont pas comme les précédents qui malheureusement n’effrayaient que leurs égaux. C’est peut-être pour cela que Tony Stark se sent obligé d’être un danger pour lui-même afin de rendre le combat plus équitable. Mais je dis bien à première vue car le ton humoristique que le film prétend à se donner décrédibilise définitivement notre mandarin.

Photo Robert Downey Jr.

Pourtant l’humour est bienvenu quand il sort de la bouche de Stark, cette touche originale que donne Shane Black à la série est appréciable mais attention à ne pas trop en faire. L’humour rend aussi les personnages plus attachants, afin de nous impliquer émotionnellement dans l’action. L’action d’ailleurs est magnifiquement menée et certaine scène secondaire comme l’attaque de la maison de Stark deviennent plus importantes en ce sens que celle de la bataille finale qui parait un peu trop cliché (encore un combat de nuit) et « too much » (l’armada d’armures).

Suite à ces remarques peu élogieuses, ne pensez pas que ce film est mauvais, loin de là. Iron Man 3 est le nouvel épisode du second air Marvel (post-Avengers) qui se distingue par son originalité dû à l’obtention d’une carte blanche pour Black. A tel point que le réalisateur semble tout réinventer à l’écriture du scénario, c’est sans doute le film le plus achevé et portant au plus haut la touche de son metteur en scène. Jon Favreau y joue un rôle majestueux en incarnant Hogan garde du corps de Pepper. Le colonel James Rhodes (Don Cheadle) se trouve être un équipier à la hauteur de Tony Stark dans le sens où il aura besoin de lui rapidement, ce qui rendra plus crédible son image de super héros quelque peu évincé. Quant au mandarin, ce n’est pas l’interprétation de Ben Kingsley qui dérange car il joue parfaitement bien mais plutôt cette désacralisation par l’humour qui écœure légèrement. Pepper Potts est sans doute la plus forte dans l’histoire ; restée dans l’ombre de Stark durant les deux précédents épisodes, le scénario lui donne un réel coup à jouer dans ce dernier opus. Quant à Robert Downey Jr, personne d’autre ne semble pouvoir incarner le rôle de l’atypique milliardaire Tony Stark.

Photo IRON MAN 3

En résumé, le dernier Iron Man est tout d’abord surprenant. Surprenant dans la beauté de l’image accentuant le réalisme des actions, surprenant par cette touche d’humour quoique peu maîtrisée et surprenant par l’originalité du scénario collant magnifiquement bien à la peau de chaque acteur. Tony Stark est dans la plus mauvaise posture, attaqué de tous les fronts par une organisation terroriste rappelant volontiers celles que combat réellement l’Amérique. D’ailleurs le patriotisme des américains est bien présent et l’engouement pour Tony Stark, le héros national et légèrement mis à mal par cette volonté de faire de lui une propriété d’état. Le film est donc très contemporain dans son histoire et peut évoquer certains des blockbusters sortis quelques temps auparavant : Zero Dark Thirty, La Chute de la Maison Blanche …

En bref, le film rempli son contrat même s’il peut faire grimacer certains fans du comics. Iron Man 3 est un film spectaculaire qui plaira au public par son histoire, son action et son humour. Alors pour ceux qui ont décidé de faire le déplacement, un conseil : restez jusqu’à la fin du générique bien confortablement assis dans votre fauteuil pour apprécier le bonus clé de la série Iron Man.

Surprenant dans la beauté de l’image accentuant le réalisme des actions, surprenant par cette touche d’humour quoique peu maîtrisée et surprenant par l’originalité du scénario.

Photo IRON MAN 3

Articles relatifs

  • Republ33k

    personnellement, j’ai adoré. La vraie force de ce film c’est le croisement entre le film de super-héros et le film d’action à l’ancienne. Un peu Buddy movie ou sauce 90′s comme je dirais moi. C’était à mon avis nécessaire pour remettre la licence sur de bons rails et donner un second souffle. De plus, le traitement du film et sa promo sont à mon sens extrêmement ambitieux. Ils ont mis une belle quenelle aux internets mondiaux et aux fans. C’est presque hors-continuité par rapport aux autres films, mais du coup, cinématographiquement, c’est impeccable. Il y a plein de bonnes idées, et même si j’étais déçu de l’absence d’accroches pour la phase 2,ça reste une sacré claque !

  • http://twitter.com/Seelgraf Ellana Caldin

    C’est la première critique que je lis et qui résume assez bien tout ce que j’ai ressenti en sortant de ma séance hier.

    (Et ce que rajoute Republ33k dans son commentaire est très juste. Les
    amoureux de l’Arme Fatale vont se retrouver dans ce film et si certains
    hurleront à la traitrise par rapport à la com, étant dans ce domaine, je
    ne peux qu’applaudir et leur tirer mon chapeau. On les accusait de
    spoiler le film, ils ont fait pire. ha ha.)

    J’ai eu la chance de le voir au BFI Imax de Londres, outre l’orgasme visuel procuré par l’Imax argentique et l’immensité et qualité de l’écran, j’ai surtout pu profiter d’un Robert Downey Jr qui, à lui tout seul, est un effet spécial.

    Il va me manquer sous les traits de Tony Stark. Être fan du héros Marvel et de l’acteur, c’était tout benèf pour moi, et difficile à quitter quand on sait que Disney ne s’arrêtera sûrement pas là.

    Je savais à quoi m’attendre avec Shane Black mais je ne pensais pas qu’il habiterait autant le film. On en oublierait presque qu’il s’agit d’une commande et si le film n’avait pas été rattaché au premier volet de façon si intelligente, il aurait pu s’inscrire en dehors de la saga.

    La surprise c’est le mot, le choc aussi, dès les premières notes de l’intro si loin de l’ambiance rock de tous les autres films.

    M’enfin bref, si j’étais encore en Martinique, à mon poste de critique, elle aurait ressemblé à quelque chose de ce genre. Ça fait toujours plaisir de trouver des anonymes sur le même longueur d’onde que soi. Ça aide aussi à se remettre les idées en place.

    Je finirai sur ces paroles qui, mine de rien, collent parfaitement au film et au personnage.

    « Yo listen up here’s a story

    About a little guy that lives in a blue world

    And all day and all night and everything he sees

    Is just blue like him inside and outside

    Blue is his house with a blue little window

    And a blue corvette

    And everything is blue for him and himself

    And everybody around

    ’cause he ain’t got nobody to listen to

    I’m blue da ba dee da ba die… »

    Alors merci pour cet article, trouver des personnes sur la même longueur d’onde, ça aide toujours à se remettre les idées en place…