Doctor Who

Extraterrestre de 900 ans, le Docteur est un aventurier qui voyage à travers le temps et l’espace à l’aide de son vaisseau, le TARDIS (Time And Relative Dimension In Space), qui, pour mieux s’adapter à l’environnement, a l’apparence d’une cabine téléphonique. Le Docteur voyage en compagnie d’une jeune fille. Ensemble, ils font de nombreuses rencontres sur les diverses planètes qu’ils explorent…

Note de l’Auteur

★★★★★★★☆☆☆

Nombre d’épisodes : 2 x 13 + 2 spéciaux + 5 épisodes (S7)
Format : 42 minutes
Date de 1ère diffusion US : 03 avril 2010 (BBC One)
Date de 1ère diffusion FR : 12 janvier 2011 (France 4)
Titre original :
Création :
Avec , , ,
Bande-annonce – Saison 5 (VO) :

Préambule : je vous laisse le soin de découvrir au sein de la série la raison d’un tel découpage de saison pour cette critique (sinon “spoilers !”) mais une nouvelle phase démarre après le 5ème épisode de la saison 7 et la coupure a été entérinée à la fois par l’épisode de Noël 2012 qui a suivi et le fait que le 7×06 ne sera diffusé que le 30 mars 2013 après une pause de 6 mois depuis le 7×05.

Après 1 saison en compagnie de et surtout 3 saisons d’un excellent dans le rôle, le héros de la série est interprété désormais par . Le nouveau Docteur (je rappelle que pour des raisons de remplacement périodique de l’acteur principal depuis 50 ans, le Docteur a des capacités de régénération expliquant son changement de visage… et d’interprète) a du mal à nous faire oublier son avatar précédent au départ.

Sans doute lié au départ de (à l’origine du relaunch de la série en 2005) et à son remplacement par le non moins talentueux (, ) aux commandes de la série, cette nouvelle phase dans l’histoire de se cherche un peu au début et le climax des dernières apparitions du 10ème Docteur avait placé la barre tellement haute que le chamboulement dû au nouvel acteur et à la nouvelle direction scénaristique obligatoire après la conclusion de la saison précédente déstabilisent le spectateur au départ, voire déçoivent.

Doctor Who

Cette nouvelle phase dans l’histoire de , si elle semblait mal engagée, a regagné peu à peu sa place de série télévisée de science-fiction de référence avec des personnages attachants et des rebondissements souvent imprévisibles. Et la série se bonifie visuellement en plus ! Plus aucune excuse, quitte à démarrer par la saison 5 !

Mais très rapidement la nouvelle cohérence et le nouvel environnement de la série se révèlent. Si les ennemis fondamentaux (comme les Daleks) et déjà vus dans les précédentes histoires réapparaissent, des menaces modernes apparaissent (ou sont réutilisées comme les Weeping Angels par exemple). Mais l’essentiel vient des nouveaux compagnons du Docteur : Amelia Pond et son petit ami Rory Williams, ainsi que River Song qui deviennent progressivement aussi attachants que l’écosystème des compagnons précédents (Rose, Donna, Mickey, Martha, Jack Harkness) et surtout jouent une partition à la fois plus familiale et paradoxalement plus portée sur une certaine tension sexuelle. Pour des raisons similaires, le début de la saison 5 est également un excellent point de départ pour de nouveaux spectateurs (nouveaux personnages, nouveau statu quo, nouvelle ambiance).

Les scénarios restent cohérents, intelligents et surprenants comme durant les saisons précédentes (on retiendra l’excellent 5×10 Vincent and the Doctor ou encore les très intéressants 7×01 et 7×05) mais bénéficient en plus d’une qualité visuelle toute nouvelle avec de nouveaux moyens financiers mis dans la série et notamment dans les effets spéciaux (on est désormais loin des mannequins en PVC du pilote de 2005).

En conclusion, cette nouvelle phase dans l’histoire de , si elle semblait mal engagée, a regagné peu à peu sa place de série télévisée de science-fiction de référence avec des personnages attachants et des rebondissements souvent imprévisibles (la boîte de Pandore de la fin de saison 5 est quand même une sacrée idée pour clore une saison). Et la série se bonifie visuellement en plus ! Plus aucune excuse, quitte à démarrer par la saison 5 !

Doctor Who

Article lu 1 679 fois