Crédits : 20th Century Fox

Avant Magic Mike, il y avait THE FULL MONTY – Critique

Cet article a pu être réalisé grâce à notre partenaire Ciné+. Son contenu est indépendant et conçu par la rédaction.

Avant que Channing Tatum ne se déshabille devant la caméra de Steven Soderbergh, c’était Robert Carlyle, Mark Addy et Tom Wilkinson qui dévoilaient leurs plus beaux atouts pour Peter Cattaneo.

Dans le nord de l’Angleterre, six chômeurs décident un jour de monter leur propre spectacle de striptease pour surmonter la morosité économique omniprésente dans les années 1980. Si cette histoire est improbable, elle est pourtant bien celle grâce à laquelle Peter Cattaneo se retrouva nommé aux Oscars du meilleur film et de la meilleure réalisation face au Titanic de James Cameron en 1998. 

Dans THE FULL MONTY, Gaz (Robert Carlyle) est au chômage depuis plusieurs mois et peine à conserver l’attention de son fils. Inspiré par la venue d’un groupe de Chippendales dans la ville de Sheffield et aidé par son meilleur ami Dave (Mark Addy), il va organiser une audition pour recruter les danseurs de son propre spectacle de striptease afin de gagner de l’argent pour payer la pension de son fils. Sauf que, ce que ces hommes ne savent pas, c’est qu’ils vont devoir faire un « Full Monty » et se mettre entièrement nus lors du show.

Crédits : 20th Century Fox

Si Sheffield était auparavant une ville prospère, connue pour son acier, ses usines sont désormais fermées. Les hommes sont désormais condamnés à traîner toute la journée dans le centre d’emploi local. À partir de ce sombre portrait d’une classe ouvrière laissée à l’abandon, on aurait pu croire que THE FULL MONTY allait être un drame social. Pourtant, Peter Cattaneo réussit à ne pas se perdre dans un pathos qui ne dirait pas son nom. Il ne tente pas d’étaler la tristesse et l’abattement des personnages pour donner plus de corps au scénario. Au contraire, le film est en réalité une comédie décalée dans laquelle on voit régulièrement un jeune garçon regarder son père et un groupe d’étrangers se déshabiller devant lui. Très loin d’un drame anglais sur fond de crise social et politique, le long-métrage se révèle plein de charme et d’humour.

Toute l’émotion de THE FULL MONTY vient de ces hommes qui apprennent à danser, à se déshabiller et à accepter leurs difficultés. 

Une troupe d’hommes en galère et au sex appeal limité se retrouve alors tous les jours dans une usine abandonnée pour apprendre des mouvements digne de la troupe de Magic Mike. Entraînés par un Robert Carlyle incroyable, ils décident de se tourner vers Gérald (Tom Wilkinson), leur ancien contremaître qui suit régulièrement des cours de danse avec sa femme. Le groupe se forme alors progressivement avec Lomper (Steve Huison), un jeune homme suicidaire, Guy (Hugo Speer), qui quand à lui ne sait pas danser et avec Horse (Paul Barber) un homme plutôt âgé avec des problèmes de hanche. Avec ce casting pour le moins unique, le réalisateur Peter Cattaneo joue avec des éléments qui pourraient facilement trouver leur place dans une comédie sexuelle. Avec ses nombreux sous-entendus, THE FULL MONTY aurait ainsi pu devenir un American Pie avant l’heure. Néanmoins, le cinéaste réussit à conserver un juste équilibre entre comédie et drame en laissant entrevoir les blessures de ces hommes. 

Crédits : 20th Century Fox

Dans Magic Mike, Channing Tatum et ses acolytes ont des muscles et du sex appeal à revendre. Mais dans THE FULL MONTY, les apprentis danseurs sont au chômage, impuissants, obèses, vieux, déprimés et parfois suicidaires. À travers eux, le film réussit ainsi à faire un meilleur commentaire sur la masculinité que le Fight Club de Fincher (sorti deux ans plus tard). En montrant des hommes abattus par le poids des conventions, Peter Cattaneo aborde énormément de sujets différents : l’âgisme, la honte corporelle, les problèmes financiers, le suicide, la solitude, le manque de confiance, le divorce, la perte d’un être cher… 

À travers une métaphore plutôt classique, il serait même possible de dire qu’en apprenant à se déshabiller, ces hommes découvrent comment se débarrasser des normes sociales qui leur pèsent au quotidien. En embrassant une nouvelle forme de masculinité selon laquelle ils n’ont plus à être le pilier économique de la famille, ce rôle étant désormais celui de leurs femmes, ils cherchent à redéfinir leur place dans la société. Aidé par une bande originale iconique (Hot Stuff, You Sexy Thing, You Can Leave Your Hat On…), THE FULL MONTY est donc un film chaleureux. Grâce à son charme britannique et sa bonne humeur contagieuse, il réussit à aborder un sujet sensible avec délicatesse et gaieté. Ainsi, on aura plaisir à retrouver les apprentis danseurs dans la mini-série annoncée par Disney+ il y a quelques semaines… 

Sarah Cerange

Note des lecteurs0 Note
Titre original : The Full Monty
Réalisation : Peter Cattaneo
Acteurs : Robert Carlyle, Tom Wilkinson, Mark Addy, Steve Huison, Paul Barber, Hugo Speer
Date de sortie : 22 octobre 1997
Durée : 91minutes
4
Incroyable

Écoutez-nous !

Soutenez-nous !

Rédactrice
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
0
Un avis sur cet article ?x