MATTHIAS & MAXIME : un baiser de cinéma réussi – Critique

Dernière mise à jour:

Toujours fidèle à ses thèmes de prédilection, Xavier Dolan nous livre ici l’histoire de deux amis qui découvrent leur homosexualité par des sentiments jusqu’alors insoupçonnés.

À 30 ans seulement, Xavier Dolan en est déjà à sa sixième sélection officielle au Festival de Cannes et sa troisième en compétition. Prix du jury en 2014 avec Mommy et le Grand Prix du jury en 2016 avec Juste la fin du monde, le réalisateur dévoile ici son huitième film originellement intitulé Matt et Max. Xavier Dolan, fils d’un acteur-danseur, découvre la télévision en jouant dans plusieurs publicités à l’âge de six ans. En 2009, il réalise et produit à seulement vingt ans son premier long-métrage, J’ai tué ma mère, coup de cœur du Festival de Cannes qui concourt à la Quinzaine des Réalisateurs.

Dans les années qui suivent, le jeune prodige réalisera de nombreux films sans jamais se reposer : Tom à la Ferme, Mommy, Juste la Fin du Monde ou encore Ma Vie avec John F. Donovan qui a fait vibrer nos salles de cinéma il y a seulement quelques mois. Scénariste, réalisateur et producteur, il reprend également cette fois-ci le rôle d’acteur aux côtés de Gabriel D’Almeida Freitas notamment. Il y interprète le rôle de Maxime qui lors du tournage d’un court-métrage amateur, va tomber amoureux de son ami d’enfance lors d’un baiser anodin.

Le début du film est comparable à un film de potes tel Les Valseuses (Bertrand Blier-1974) ou plus récemment Five d’Igor Gotesman (2016), mais rapidement, les choses changent. Le cinéaste entame alors un drame romantique et passionnel bouleversant. Le personnage de Maxime (incarné par Xavier Dolan, qui n’est d’ailleurs cette fois-ci pas le personnage principal) manque d’affection. La bande de potes du film nous embarque dès les premières minutes et nous donne envie de rejoindre le groupe immédiatement. Ce qui le dirige vers la mère de son meilleur ami, Matthias (Gabriel D’Almeida Freitas). Un lien fusionnel et amoureux se crée également entre les deux jeunes hommes qui essayent de comprendre l’apparition de cette nouvelle attirance. MATTHIAS & MAXIME se situe par ce scénario dans la lignée narrative des deux premiers films de Dolan.

Le cinéaste revient donc à ses sources premières et témoigne d’une certaine retenue. En effet, si ses thèmes favoris sont toujours présents (une relation mère/fils compliquée, une nouvelle fois jouée par Anne Dorval – l’homosexualité), que ses choix de mise en scène et de direction artistique (musique pop forte et classique qui occupent une place importante, grain sur l’image, gros plans fixes), Xavier Dolan est cette fois-ci plus dans la retenue.

Pas de séquences aux allures publicitaires, pas de visions mais une nouvelle façon de monter en accéléré qui apporte un plus au récit. Aucune fausse note dans le jeu des autres jeunes acteurs également. Le Canadien a mûri et s’est recentré encore plus sur le fond et la forme de son film. Le réalisateur suggère ce que l’on veut voir et appuie ainsi notre regard sur les dialogues et les émotions cachées des personnages. Suggérer plutôt que montrer : c’est également une des grandes forces de ce « film d’amour et d’amitié ».

Xavier Dolan nous apporte une nouvelle fois sa sensibilité et sa manière si particulière de capter les émotions. Avec MATTHIAS ET MAXIME, le cinéaste signe son retour avec une oeuvre sincère synthétisant toutes les thématiques fortes de son cinéma. Un cinéma riche et exceptionnel qui confirme que Dolan est désormais un grand nom du cinéma contemporain.

UN POINT SUR LES BONUS DU DVD /BRD DU FILM :

Outre la conférence de presse au Festival de Cannes et l’interview de Xavier Dolan par Augustin Trapenard (Le Cercle sur Canal +) dans laquelle on apprend l’amour du cinéaste pour le 35mm, les bonus nous permettent de visionner 10 min de scènes coupées du dernier film du réalisateur chéri de Cannes. Que valent-elles ?

7 scènes coupées sont dévoilées dans les suppléments dont la séquence « Joyeux Anniversaire » disponible sur le web. Les scènes prouvent le retour aux sources du jeune canadien, un retour à ses premiers amours, à ses amis et à son esthétique tant léché des Amours Imaginaires ou Laurence Anyways. On voit dans ses séquences non retenues, l’importance du montage pour Dolan. Il écrit, réalise puis monte son film lui-même. Il sait quelles scènes doivent et ne doivent pas servir le récit. Un seul regret ? On aurait voulu voir la séquence « Trois Inconnus » où de simples jeux de regard permettent de donner des frissons, des souvenirs pour certains d’entre nous. Et petit plus pour les fans du cinéaste : la fameux court-métrage d’Erika, point de départ de la bromance, est disponible en version intégrale. Ce fameux baisser de cinéma réussi… on le voit enfin !

Robin Goffin

Critique publiée le 26 mai 2019 lors du 72ème Festival de Cannes.

Votre avis ?
Note lecteurs6 Notes
Titre original : Matthias & Maxime
Réalisation : Xavier Dolan • Scénario : Xavier Dolan
Acteurs principaux : Xavier Dolan, Gabriel D'Almeida Freitas, Pier-Luc Funk, Micheline Bernard, Anne Dorval
Date de sortie : 2019 (En compétition Festival de Cannes 2019)
Durée : 1h59min

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Plus d'articles
EFFACER L’HISTORIQUE, comédie sur fond de tragédie numérique – Critique