cassandro the exotico
Crédits : Tamara Films

CASSANDRO, THE EXOTICO, portrait d’une contradiction – Critique

Cet article a pu être réalisé grâce à notre partenaire Ciné+. Son contenu est indépendant et conçu par la rédaction.

Sport aussi souvent qualifié de viril que de violent, le catch est pourtant la passion de Cassandro, un mexicain de 50 ans, gay et travesti qui a été trois fois champion du monde. Un portrait par Marie Losier. 

Présenté dans la sélection de l’ACID du Festival de Cannes de 2018, CASSANDRO, THE EXOTICO dresse le portrait de Cassandro, une star incontournable de la Lucha Libre, le catch mexicain. La réalisatrice Marie Losier suit le sportif à un moment crucial de sa carrière alors que son corps morcelé après 26 ans de ring semble annoncer que le spectacle est terminé. Mais rien ne semble pouvoir empêcher Cassandro de s’éloigner du feu des projecteurs, d’autant plus qu’il y est le roi des Exoticos, un groupe de catcheurs mexicains travestis. 

cassandro the exotico
Crédits : Tamara Films

CASSANDRO, THE EXOTICO ne tombe pas dans un pathos pesant lorsque le sportif évoque ses addictions, ses thérapies ou ses blessures. Au contraire, le documentaire porte un regard joyeux sur la personnalité extravagante du sportif de 50 ans qui monte sur des rings avec des traînes de plusieurs mètres inspirés de Lady Di accompagné de Gloria Gaynor. Cassandro est donc excentrique mais aussi profondément spirituel. Il est catcheur mais il est aussi gay. L’un n’empêchant pas l’autre et malgré ce qu’il pourrait sembler être des contradictions, il reste fidèle à lui-même et s’impose dans un sport où il n’était pas le bienvenu. Ainsi, le documentaire aborde non seulement l’avenir du sportif mais également son passé alors qu’il entraîne la réalisatrice sur les traces de sa jeunesse.

« Mon corps me dit qu’il est temps, mais mon ego me dit pas encore ». 

Cassandro, en évoquant sa retraite.

Aujourd’hui victorieux de tout ce qu’il a accompli, Cassandro entraîne la réalisatrice à Ciudad Juarez, la ville dans laquelle il a commencé la lutte. Dans cette cité à la frontière des États-Unis, le catch est une religion à laquelle se consacrent scrupuleusement les hommes le dimanche après l’Église. C’est donc pour se défouler et tout oublier que Cassandro s’était lancé dans cette carrière sportive. Mais 26 ans plus tard, après plus de quatre opérations, huit traumatismes crâniens et des attelles constamment présentes sur ses poignets, le catcheur n’est pourtant pas prêt à prendre sa retraite. Devant la caméra de Marie Losier, il pleure à l’idée d’arrêter sa carrière mais aussi à l’idée de finir en fauteuil roulant. Pour cet homme qui a dédié son existence à ce sport qui lui a sauvé la vie, il est difficile de prendre une décision. 

cassandro the exotico
Crédits : Tamara Films

Mais malheureusement, le portrait dressé par Marie Losier est décevant. Avec sa pellicule de 16 millimètres et son son asynchrone, CASSANDRO, THE EXOTICO offre une présentation plutôt superficielle du sportif. Les séquences courtes et décousues l’empêchent de se confier à la caméra et au spectateur. De nombreux événements sont ainsi passés sous silence. En 1991, les réactions des fans de catch à la participation de Cassandro au championnat du monde avait poussé ce dernier à tenter de se suicider. Auparavant, le sportif avait aussi été formé par Rey Misterio, l’un des catcheurs les plus célèbres du monde. Pourtant, le film n’y fait même pas allusion. Ainsi, le manque de lumière concernant l’histoire de Cassandro donne l’impression de l’avoir rencontré mais de ne pas vraiment savoir qui il est réellement. Au final, le spectateur ressort désabusé après avoir vu ce qui semblait finalement n’être qu’une bande-annonce vintage.

Malgré ses défauts de réalisation, CASSANDRO, THE EXOTICO propose une vision intéressante du catch à travers la figure de Cassandro. Marie Losier ne propose pas un documentaire sur un homme gay qui s’impose dans le milieu viriliste du catch. Elle offre un long-métrage, fascinant bien que superficiel, sur un sportif de cinquante ans qui doit se réinventer après avoir consacré toute sa vie à sa carrière. Sauf que Cassandro ne s’est pas réinventé pour le catch. C’est le catch qui a changé pour lui comme en témoigne la nouvelle diversité de ce sport (femmes, nains, transgenres…). En espérant que le monde continue de se réinventer pour que lui puisse rester le même. 

Sarah Cerange

Note des lecteurs0 Note
Titre original : Cassandro : The Exotico !
Réalisation : Marie Loisier
Acteurs : Cassandro
Date de sortie : 5 décembre 2018
Durée : 73 minutes
3
Léger

Écoutez-nous !

Soutenez-nous !

Rédactrice
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
0
Un avis sur cet article ?x