[contre-critique] Man of Steel

Affiche du film MAN OF STEEL

Clark Kent/Kal-El est un jeune journaliste qui se sent aliéné par des pouvoirs dépassant l’imagination. Transporté sur Terre des années auparavant depuis la planète Krypton, un monde à la civilisation avancée, Clark est sans cesse en proie à une question existentielle : « pourquoi suis-je ici ? ». Élevé dans les valeurs de ses parents adoptifs Martha et Jonathan Kent, Clark découvre rapidement qu’avoir de supers pouvoirs signifie devoir prendre de difficiles décisions. Mais à une époque où le monde a grand besoin de stabilité, il est attaqué. Clark doit devenir le héros connu sous le nom de Superman, non seulement pour devenir la dernière lueur d’espoir de l’humanité, mais aussi pour protéger ceux qu’il aime.

Note de l’Auteur

[rating:2/10]

Date de sortie : 19 Juin 2013
Réalisé par Zack Snyder
Avec Henry Cavill, Amy Adams, Russell Crowe, Diane Lane, Laurence Fishburne, Michael Shannon
Film américain
Durée : 2h20min
Titre original : Man of Steel
Bande-Annonce :

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=DIgYuPdZgpM[/youtube]

Il y a un moment, la société DC Comics a annoncé sa volonté de porter sur grand écran la fameuse Justice League. Ce n’est pas sans penser que c’est pour concurrencer les Avengers de la Marvel. Pour bien préparer cette Justice League, un nouveau film sur Superman a dû voir le jour. Le temps d’introduire les personnages qui composeront le rassemblement, comme l’ont fait les concurrents. Ce nouveau film sur Superman c’est surtout cela : ré-installer la légende, revisiter l’histoire de l’un des plus célèbres super-héros. Notamment en le modernisant : au revoir le slip rouge.

La tâche s’annoncait difficile, car on nous a habitué à du grand n’importe pour les super-héros au cinéma. Et comme il a réalisé la dernière trilogie Batman, qui fut un franc succès au box-office, Christopher Nolan était peut-être le mieux placé pour produire un tel film. Dans le fauteuil de réalisateur, nous retrouvons Zack Snyder. Qui, avec quelques films dans son CV, est devenu une idole. Man of Steel a de faux airs de Christopher Nolan, mais il est bel et bien un film de Zack Snyder. Avec le rythme déchaîné de 300 et l’esthétique de Sucker Punch, le nouveau film sur Superman devient intéressant.

Mais ça reste un film de super-héros avant tout. Aucun thème n’est exploré à travers l’histoire de Superman. Zack Snyder nous filme Superman pour montrer Superman, et rien d’autre. C’est bien le grand problème de la plupart des films de super-héros. Aucun auteur, juste des films. Bien que Zack Snyder joue avec quelques références visuelles (on notera Avatar et Star Wars rien que dans l’introduction de trente minutes), il semble vouloir faire un super-héros qui parle à tout le monde. Un super-héros dont le spectateur peut s’identifier. Mais on ne peut s’attacher à ses personnages, car Christopher Nolan et Zack Snyder ont décidé de faire deux films en un. La première utilisation des pouvoirs, avec la psychologie intérieure. Sauf que le récit fait preuve d’une psychologie à deux balles.

Photo du film MAN OF STEEL

Un divertissement qui n’a pas grand chose à dire mais qui le dit quand même. Une volonté de tout détruire, des images encombrées et sans fond, des personnages ridicules, une fausse noirceur, puis une psychologie à deux balles. Un trop plein de prétention pour juste de l’action bourrin.

En effet, la question du « qui suis-je » ou celle du « pourquoi suis-je ici » sont vaguement développées. Des questions habituelles dans les reboot de super-héros. Mais tout de même des questions dont tout le monde se fout désormais. Mais là n’est pas l’important. Le pire est que le film croit sonder son héros au plus profond, le rendant presque mélancolique quant à toutes ces questions. Sauf que tout cela est servi par des réponses vite fait données par un père fantôme, ou alors via des flashbacks.

Ces flashbacks qui arrivent un peu n’importe où dans le film. Et rien ne nous avertit qu’il s’agit de retours en arrières. Grosse erreur de montage. Ce montage qui va en subir les conséquences. Car, en jonglant entre le passé et le présent du héros, le film en vient à avoir une mécanique cassée. Et il ne reste que le spectaculaire du récit. Evidemment, il s’agit d’un film de super-héros, donc il y a de l’action. Et si vous voulez de l’action et des effets spéciaux toutes les dix minutes, ce film est pour vous. Film bourrin.

On sent la volonté des studios, de Christopher Nolan et de Zack Snyder de faire du grandiose. Et cela passe par l’idée de tout détruire. Déjà que dans The Dark Knight Rises c’était Gotham City qui était menacée, ici on est passé d’une ville à toute la planète Terre. Ca sera quoi dans Justice League ? L’univers tout entier ? Heureusement que les incohérences du dernier Batman en date ne se reproduisent pas, il ne manquerait plus que ça. En tout cas, on peut dire qu’on fait de belles choses avec les ordinateurs maintenant.

Une chose est certaine avec ce film, Zack Snyder a voulu impressionner avec la forme. La photographie est assez belle par moments, mais de grosses tâches s’emparent des images. Il est juste horrible de voir qu’on peut faire des images sans fond. Alors oui, Zack Snyder insère des tas de choses dans ses images. Mais le problème, c’est qu’il en fait rien. Le chef des décors a dû s’arracher les cheveux, car Zack Snyder n’a pas su donner un sens à tout ce qui entoure son héros. Un comble pour le réalisateur de Sucker Punch…

Comme Christopher Nolan est producteur, il est évident qu’il fallait s’attendre à retrouver de la noirceur. Le côté sombre de sa trilogie Batman a voulu s’inviter. Mais Zack Snyder n’est pas Christopher Nolan. Ce n’est pas parce qu’une apocalypse arrive, que le film en devient noir. Et surtout, le film n’est pas aidé par ses personnages. Un Henry Cavill qui a tout à envier à Christopher Reeves, car il est souvent mono-expressif. On ne parlera pas des performances pittoresques de Laurence Fishburne, Diane Lane et Russell Crowe. Sûrement dû à leurs rares apparitions, pour ne pas faire (ou dire) grand chose de surcroît. Reste Kevin Costner, Amy Adams et Michael Shannon. Kevin Costner est très bon. Pas le rôle de sa carrière, mais on ne le voit pas assez. Amy Adams campe une Lois Lane trop vite introduite, dont on ne sait rien du tout, et c’est bien dommage que son personnage soit stoppé à chaque tentative d’action intéressante. Puis Michael Shannon, qui montre ce qu’est un vrai nemesis de super-héros. Un personnage complexe, charismatique et le seul à être sombre. Cet acteur prouve qu’il est un Dieu.

Photo du film MAN OF STEEL

Finalement, Man of Steel est un film pour les fanboy (ou fangirl), les geeks ou les passionnés de super-héros. Ceux qui recherchent quelque chose derrière le film de super-héros, passez votre chemin. Un divertissement comme beaucoup d’autres, qui n’a pas grand chose à dire, mais qui le dit quand même sur un élastique. Une équipe derrière la caméra qui a la volonté de tout détruire, un réalisateur qui nous livre des images encombrées et sans fond, des personnages stéréotypés et ridicules, une fausse noirceur, puis une psychologie à deux balles. En somme, ce film est un trop plein de prétention pour juste de l’action bourrin.

  1. « l’esthétique de « Sucker Punch » ?!… On a pas dû voir les mêmes films ! Pour moi ça reste le meilleur Superman (et je suis loin d’être un fan de ce superhéros ridicule). Lyrique et réaliste ce film ne pense pas qu’aux fans absolus du kisth habituel de Superman. La fin est trop tirée en longueur mais ça reste du bon boulot… 3/4

    0
    0
    1. Super-héros et Réaliste ne va pas ensemble, voyons.
      Lyrique ? HaHa. Regarde un film de Terrence Malick, là tu verras du lyrisme.
      Rien que la scène où le Daily Planet est détruit, c’est du pur Sucker Punch dans l’esthétique.
      Et pour moi, le meilleur Superman restera celui de Richard Donner.

      0
      0
      1. Pardon? Super héros et réaliste ne vont pas ensemble? Il faudrait donc penser à regarder de nouveaux Incassable, Kick Ass ou encore Le Punisher, des super héros qui n’ont soit pas de super pouvoirs et/ou qui sont traités de manière fort réaliste…

        Filmer des arbres au ralenti ne donne pas du lyrisme.

        0
        0
      2. Résumer Malick par « filmer des arbres au ralenti » est n’avoir rien compris à son cinéma.
        Ne t’inquiète pas, j’ai vu Incassable, Kick Ass et Le Punisher. Ce n’est pas ce qu’on peut appeler des super-héros…

        0
        0
      3. Pourtant si, ce sont bel et bien des super héros, Bruce Willis à des super pouvoir, Kick Ass & Le Punisher dépassent eux, leur statut de quidam pour devenir des justiciers, des super flics, des super… héros.

        Pour Malick c’est vrai, j’avais oublié la puante misogynie qui sort de tout ses films (hormis la ligne rouge) et qui crève l’écran dans « To The Wonder » ( et dieu sait si j’aime ce film)…

        0
        0
  2. « l’esthétique de « Sucker Punch » ?!… On a pas dû voir les mêmes films ! Pour moi ça reste le meilleur Superman (et je suis loin d’être un fan de ce superhéros ridicule). Lyrique et réaliste ce film ne pense pas qu’aux fans absolus du kisth habituel de Superman. La fin est trop tirée en longueur mais ça reste du bon boulot… 3/4

    0
    0
    1. Super-héros et Réaliste ne va pas ensemble, voyons.
      Lyrique ? HaHa. Regarde un film de Terrence Malick, là tu verras du lyrisme.
      Rien que la scène où le Daily Planet est détruit, c’est du pur Sucker Punch dans l’esthétique.
      Et pour moi, le meilleur Superman restera celui de Richard Donner.

      0
      0
      1. Pardon? Super héros et réaliste ne vont pas ensemble? Il faudrait donc penser à regarder de nouveaux Incassable, Kick Ass ou encore Le Punisher, des super héros qui n’ont soit pas de super pouvoirs et/ou qui sont traités de manière fort réaliste…

        Filmer des arbres au ralenti ne donne pas du lyrisme.

        0
        0
      2. Résumer Malick par « filmer des arbres au ralenti » est n’avoir rien compris à son cinéma.
        Ne t’inquiète pas, j’ai vu Incassable, Kick Ass et Le Punisher. Ce n’est pas ce qu’on peut appeler des super-héros…

        0
        0
      3. Pourtant si, ce sont bel et bien des super héros, Bruce Willis à des super pouvoir, Kick Ass & Le Punisher dépassent eux, leur statut de quidam pour devenir des justiciers, des super flics, des super… héros.

        Pour Malick c’est vrai, j’avais oublié la puante misogynie qui sort de tout ses films (hormis la ligne rouge) et qui crève l’écran dans « To The Wonder » ( et dieu sait si j’aime ce film)…

        0
        0
  3. Bonjour – bonsoir !
    Je rejoins la discussion – avec 4 ans de retard, voilà, voilà…- Je dois dire que je suis assez contente de voir quelqu’un évoquer le principe de « fausse noirceur » – l’air de rien, il y aurait de quoi faire un article entier dessus tellement c’est une esthétique qui est devenue prisée. Et assez typique de M. Snyder, on ne va pas se mentir. Après, j’avoue que je n’ai jamais compris ce qu’on pouvait bien trouver de si sombre à ses films – et j’en ai vu plusieurs…Dont Watchmen, 300, Sucker Punch et Batman VS Superman puisque j’écris aujourd’hui. – alors qu’il y a pourtant un monde entre « construire une image avec un éclairage métallique et un personnage qui prend un air mélancolique pendant que la musique au fond fait le reste » et « faire en sorte qu’avec un plan sur un détail, une note de bande-son, une réplique, un regard ou un assemblage d’éléments subit, le spectateur se sente très mal à l’aise. »
    Oui…Désolée, je n’ai pas le parler très technique, ni même d’un critique entraîné. J’espère que ça n’est pas trop brouillon et que je me fais comprendre ^^. En tous cas, je reviendrai sur ce blog discuter sur d’autres critiques ! Merci pour celle-ci !

    0
    0
      1. Merci ! Et rebonjour (encore une fois, pas très en avance)…
        Eh bien du coup, depuis le temps, j’ai enfin vu Wonder Woman, pour rester dans le même registre…Après, ça ne répond pas à votre question : ce n’est ni un coup de cœur, ni de sang. Pour être très honnête, ça fait un moment que je n’ai pas eu de vrai coup de cœur au cinéma. Après…Si je cherche le dernier film qui, par exemple, m’ait carrément fait sortir d’une salle, c’était Alice : de l’autre côté du miroir, tellement je l’ai trouvé mauvais – ma faute aussi, qu’est-ce qui m’a pris d’aller le voir. Ça remonte, c’est sûr. En ce moment, j’explore le vaste monde des films d’animation russes ^^ ». Changement de décor !

        0
        0
      2. Aha oui effectivement.
        Pour ma part, mes derniers grands coups de cœur sont Réparer les vivants (que je vous conseille de voir mais aussi, APRES l’avoir vu, de lire !) et Song to Song de Malick; mon dernier coup de sang: L’Idéal, tandis que les films qui m’ont le plus fascinés au cinéma depuis deux ans sont The Assassin, Toni Erdmann et Fury Road !

        Sinon en termes d’attentes, Dunkirk de Nolan, et quelques films cannois : Good Time, 120 battements par minutes (le film précédent de Robin Campillo, Eastern Boys, est un petit chef d’oeuvre déjà), You were never really here, Le jour d’après et Okja.

        0
        0
      3. Je n’ai pas vu « Réparer les vivants », mais votre enthousiasme à son propos m’intrigue. Concernant Malick, ça me fascinera toujours qu’il ait autant de succès auprès des amateurs de cinéma…Non pas que je n’aime pas ses films, mais c’est typiquement le genre de cinéma qui peut provoquer une réaction soit « j’adore », soit « je déteste ».
        Aaaaah…N’étant pas une inconditionnelle de Beigbeder, je me suis évité le visionnage de « L’Idéal », mais apparemment j’ai bien fait. Maintenant, si on ne parle pas forcément de films récents, mais vus récemment, je viens juste de tomber amoureuse du film « Le château de l’araignée ». J’ai un peu trouvé que « The Assassin », malgré ses qualités esthétiques, n’était pas forcément au sommet de ce que le « film de sabre » – appellation un peu désuète, je suis désolée – peut offrir. « Fury Road » m’a très agréablement surprise…Et là, oui, je pourrais dire aussi qu’il m’a fascinée ! En animation, les deux derniers en date qui m’aient fait tomber de mon siège : « Vice-versa » et « Le vent se lève ». Tout récemment j’ai vu aussi « Psiconautas » que je n’ai pas du tout aimé, mais dont la technique d’animation multiple m’a quand même captivée jusqu’au bout.
        Je viens de voir la bande-annonce du prochain Nolan, et du coup, je le rajoute aussi à mes attentes. Sur les cannois, je suis mal renseignée : pour ce qui est d' »Eastern Boys », il ne m’a pas convaincue autant que vous…Alors je doute d’aller voir « 120 battements ». En revanche en animation, j’attends le retour de Miyazaki père – que décidément sa retraite ennuie – et toujours au Japon, « Hirune Hime ». Je n’ai pas vu de Kusturica depuis une éternité, j’irais sans doute voir « On the milky road » pour voir où il en est…J’attends aussi « Okja », et « I am not Madame Bovary ». Voilà, je crois qu’on a fait le tour ^^.

        0
        0
      4. Je n’ai pas vu le château de l’araignée… Mais j’y arrive: j’ai repris Kurosawa du tout début et notamment ses films pour la Toho (merci le festival Lumière ’15) et ai ainsi vu 5 films qui ont ré-vo-lu-tion-né ma vision du cinéma – L’ange Ivre, Chien enragé, Yojimbo/Sanjuro, et Entre le ciel et l’enfer !.. Puis d’autres Kuro’, vraiment très bons aussi; Sinon en termes d’animation je te conseille Avril et le monde truqué et Le Garçon et le monde (j’en parle ICI http://buff.ly/2sFwCEL).
        Et oui comme toi, j’espère que Miyazaki sortira de sa retraite.

        0
        0

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Plus d'articles
UN PRINCE À NEW-YORK 2, triste surenchère dégoulinante – Critique