[critique] Be Bad !

Les aventures sentimentalo-rocambolesques de Nick Twisp, un adolescent amoureux lancé sur les traces de la fille de ses rêves, qui s’invente un double pour la séduire…

Note de l’Auteur

[rating:5/10]


Date de sortie : 1 Septembre 2010
Réalisé par Miguel Arteta
Film américain
Avec Michael Cera, Portia Doubleday, Jean Smart
Durée : 1h 31min
Bande-Annonce : [dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xe3bgg_be-bad-bande-annonce-hd-vf_shortfilms[/dailymotion]

Be Bad ! Voilà un nom qui a commencé à faire parler de lui depuis quelques mois déjà. Annoncé comme un teen-movie dévastateur nous embarquant dans un délire digne de ce nom, ce film signé Miguel Arteta avait tout à prouver d’autant que les productions tenant leur promesse se font extrêmement rare dans cette branche. Alors pari réussi ou bide de plus ? A vrai dire un peu des deux.

Be Bad ! n’est pas un mauvais film, il comporte suffisamment de scènes délirantes et des acteurs réussissant avec plus ou moins de classe à nous faire rire pour nous faire passer un très bon moment. Certaines scènes sont de véritables pépites à garder précieusement au sein de notre tête. Seulement voilà, mis bout à bout, ces moments ne sont pas légion et une bonne cinquantaine de minutes sera à oublier au plus vite. Pourquoi ? Simplement parce que Be Bad !, avec ces séquences indigestes et fades, s’enfonce dans les stéréotypes les plus agaçants du genre. Du coup on suit avec plus ou moins d’intérêt les (més)aventures de ce puceau qui a décidément bien du mal à tremper son p’tit biscuit.

Ce constat est d’autant plus dommage que le film regorge de bonnes idées à commencer par ce dédoublement de la personnalité de notre cher héros qui n’est pas sans rappeler un certain Fight Club. Les meilleures séquences émergent de cette notion de bien et de mal que son fantasme incarne à la perfection et lors d’une prise de champignons hallucinogènes par une famille catholique tout ce qu’il y a de plus propret. Pour le reste, on a plus l’impression d’assister à un remplissage dans les règles de l’art qu’à un véritable exercice de style essayant de se démarquer de ses concurrents.

Au final, Be Bad ! est une production bâtarde qui ne semble jamais savoir sur quel pied danser. Une production qui remplit parfaitement son rôle de divertissement simpliste que l’on oubliera le jour suivant, ce qui est d’autant plus agaçant quand on aperçoit le potentiel de ce film loin d’être dénué de charme.

S’abonner
Notifier de
guest
3 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Sarah
Sarah
Invité.e
18 octobre 2010 15 h 52 min

Note 4/5

Nick Twisp est frustré. Il est jeune, mais sa vie ne sert à rien. Il est trop sage, trop timide, trop pudique, trop… puceau. Pendant ses vacances, il rencontre Sheeni Sounders, la « femme de sa vie ». Nick et son alter ego, François Dillinger, essaieront de nombreuses tentatives afin de prendre la place de Trent, l’actuel petit ami de Sheeni… et de perdre sa virginité par la même occasion, pourquoi pas?

Première remarque, et négative malheureusement. Le film n’est pas « méchamment drôle » comme l’indique l’affiche, on sourit, on peut rire légèrement, mais on n’est jamais méchamment explosé de rire. Cela dit, ce n’est pas plus mal, l’humour reste subtil et Michael Cera est très doué pour ça sous ses airs de jeune ado timide et effrayé par la vie qui l’attend.

Deuxième remarque, et positive cette fois. Michael Cera est une vraie révélation, et ce film en est la preuve parfaite et carrément explicite. Il joue deux rôles: celui de Nick le puceau, et celui de François le bad boy insolent mais très doué. François est censé représenter la « mauvaise » partie de sa conscience, ce qui le rend capable de tout. Et c’est là qu’on le trouve incroyable! On oublie complètement qu’en vrai, François et Nick sont Michael Cera.

Troisième remarque, je la qualifierai de « neutre ». La frustration adolescente est bien représentée, il est vrai qu’à cet âge là, les garçons n’ont qu’une seule idée en tête… D’ailleurs, pour continuer dans le même registre, suivez les aventures d’un adolescent doté d’une qualité pratique pour un loser dans la nouvelle série américaine: Hard Times for R.J Berger.

charted
charted
Invité.e
24 septembre 2010 20 h 21 min

farfale a raison, perso je vous trouve un peu dur ainsi qu’une hydre bicéphale en rut Wesley si ce Nick est vierge ça le regarde, c’est peut-être pas totalement de sa faute et tout le monde n’a pas un casier; non ? D’abord à un moment dans « Hawai Five-O », Steve Mc Garett il dit que c’est bien d’être vierge.

farfale78
farfale78
Invité.e
6 septembre 2010 19 h 32 min

Je trouve votre critique trés dur !

Et vos critiques négatives infondées !

3
0
Un avis sur cet article ?x
()
x