(c) Rezo Films

[Critique] Bernie

Mise en Scène
7
Scénario
6.5
Casting
5.5
Photographie
5
Musique
6
Note des lecteurs5 Notes
8.3
7.5
Note du Rédacteur

[dropcap size=small]A[/dropcap]

lbert Dupontel et son univers déjanté prennent pour la première fois forme au cinéma dans ce film totalement barré avec un personnage principal un peu attachant mais également très dérangeant, noyé dans une imbroglio des plus farfelus sur ses origines. Les gags sont trash dès le début et le tout semble purement sale et violent. Mais en creusant un peu, l’humour burlesque dénonciateur est plus fin qu’on ne saurait l’appréhender de prime abord.

L’ultra-violence (coups de pelle, de fusil, de hachoir et j’en passe, sans parler du sort réservé à certains animaux) est tellement jusqu’au-boutiste que l’on se retrouve finalement très loin de la peur et bien plus près du sourire sans doute malsain. Le décalage entre un personnage principal extrêmement candide et un environnement pour sa part tout bonnement pourri entre les perversions liées à l’argent, la drogue, les médias, etc, fait tout le sel de ce long-métrage : tout semble bas du front mais ne l’est absolument pas !

Bernie
(c) Rezo Films

”Décalé, marrant, poétique, agressif et violent pour un improbable cocktail réussi.”

Déjà la forme est servie par un traitement visuel très étudié : du générique à la calligraphie enfantine à la retransmission d’images télévisées (l’image dans l’image) en passant par des choix de plans parfois audacieux, mais également par un panel d’acteurs en bonne forme mené de chaque côté de la caméra par un Albert Dupontel survolté. On notera d’ailleurs la première apparition de l’actrice Claude Perron, remarquable ici et que l’on retrouvera dans d’autres films de Dupontel ainsi que dans la série de Canal + Working Girls.

Enfin, le fond dépasse la simple farce violente. En plus d’une critique acerbe sur… plein de choses en fait, l’ensemble un peu dingue finit par devenir poétique dans la deuxième moitié du film avec un personnage de Bernie faisant figure d’une version sous amphétamines d’un personnage marginal lunaire, disposant à la fois de l’innocence et de la violence d’un enfant sans notion de bien ou de mal, en mal d’affection et ici à la fois autant victime que coupable. Joli premier film pour Albert Dupontel définitivement, décalé, marrant, poétique, agressif et violent pour un improbable cocktail réussi, jamais diffusé en clair à la télévision depuis près de 20 ans.

[divider]CASTING[/divider]

Titre original : Bernie
Réalisation : Albert Dupontel
Scénario : Albert Dupontel
Acteurs principaux : Albert Dupontel, Roland Blanche, Hélène Vincent, Eric Elmosnino…
Pays d’origine : France
Sortie : 27 Novembre 1996
Durée : 1h27mn
Distributeur : Rezo Films
Synopsis : Quand il quitte l’orphelinat, Bernie Noël est âgé de trente ans. Il n’a qu’un seul but : connaître ses origines. Commence alors un parcours semé d’embûches pour ce garçon névrosé et déconnecté du monde réel qui va semer le désordre partout où il passera.

[divider]BANDE-ANNONCE[/divider]

Rédacteur depuis le 21.02.2010
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
0
Un avis sur cet article ?x
()
x