[CRITIQUE BLU-RAY] ODD THOMAS de Stephen Sommers

Mise en scène
7
Scénario
6
Casting
7
Photographie
6
Musique
8
Blu Ray
8
Note lecteurs2 Notes
8
7

Curieux qu’un film de Stephen Sommers, au large potentiel niveau divertissement, se retrouve dans un DTV de luxe. ODD THOMAS s’inscrit pourtant dans les films chasseurs de fantômes comme Ghostbusters ou Fantômes contre Fantômes de Peter Jackson. Il avait donc tout pour faire un gros carton en salle.
Le réalisateur de La Momie effectue d’ailleurs un retour vers la série B comme il l’avait fait déjà avec le décomplexé Un cri dans l’océan (Deep Rising) ou encore le mésestimé Van Helsing. On a du mal à comprendre pourquoi, avec tout ces ingrédients en sa faveur, le film n’a eu droit qu’a une sortie limitée aux USA et idem en france, avec une honteuse sortie directement en vidéo.
Avec ODD THOMAS  on renoue avec le divertissement pur sans complexe pour passer un très bon moment sans se prendre la tête. Drôle et bien mené on a un malin plaisir à suivre les péripéties du héros. Anton Yelchin (Alpha Dog) a le rôle titre et s’en sort brillamment. Ce jeune homme détenant le pouvoir de communiquer avec les morts un peu à la Haley Joel Osment dans Sixième Sens. Vivant dans une petite bourgade des États-Unis et étant un petit cuisiner dans un Diner local. Odd a la chance en plus d’avoir la petite amie parfaite, Stormy (Addison Timlin) la girl next door du film.
Le film a été directement adapté par Sommers lui même à partir de l’univers de Dean Koontz. On a la sensation qu’il a pris un réel plaisir à le mettre en scène : la tonalité et l’humour présents en sont la preuve : le film est ponctué par un thème musicale récurrent qui accompagne merveilleusement le métrage. Quelques notes à tendance-western pour glorifier les actions de notre héros !

ODD THOMAS

ODD THOMAS avait le potentiel d’une saga, hélas sa mauvaise distribution en a décidé autrement… Foutrement dommage!!!”

On est bien plongé dans le domaine du fantastique au cours de cette enquête. Avec son don de clairvoyance Odd a une longueur d’avance sur son ami flic joué par Willem Dafoe (Spiderman). Le seul coté un peu gênant du film c’est l’emploi de la voix-off et qui fait preuve de manière agaçante d’omniscience. Il est un peu trop donneur de leçon le bonhomme.
ODD THOMAS avait le potentiel de faire partie d’une saga, hélas sa mauvaise distribution en a décidé autrement… Foutrement dommage!!!

CASTING
Titre original : ODD THOMAS
Réalisation : Stephen Sommers
Scénario : Stephen Sommers (d’après le roman du même nom de Dean R. Koontz)
Acteurs principaux : Anton Yelchin, Willem Dafoe, Leonor Varela, Patton Oswalt…
Pays d’origine : USA
Sortie : 28 FEVRIER 2014 (USA)
Durée : 1h37mn
Distributeur : Fusion Films, Future Films et The Sommers Company
Synopsis :Odd Thomas, cuisinier dans un fast-food d’une petite ville du désert californien, est un médium ayant le pouvoir de voir et parler aux morts. Il utilise ce don afin d’aider ces derniers à passer de l’état de fantômes errants à esprits en paix en résolvant certains des problèmes qu’ils ont eus de leur vivant. Ce don lui permet également de voir des bodachs, des sortes de créatures invisibles aux yeux humains attirées par la mort et la souffrance. À la suite d’un rêve prémonitoire, il voit un homme rentrer dans son restaurant, entouré d’une quinzaine de bodachs. Il va devoir trouver la signification de tout cela car pour lui cela ne présage rien de bon…
BANDE-ANNONCE

LE BLU_RAY

Sortie : 12 novembre 2014
Editeur : TF1 Vidéo
Distributeur : Paramount Home Entertainment France
Nombre de disque(s) : 1
Format : BD-50
Boîtier : Blu-ray Disc
Bitrate : –
Authoring : –
Format vidéo : SCOPE 1080p AVC 16/9 natif
Zone : B
Standard : –
Image : Couleurs
Audio : DTS-HD 5.1 Français et Anglais
Sous-titres : Français
Sourds et malentendants : –
Suppléments :

Transfert HD propre comme toujours chez l’éditeur.

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Plus d'articles
L’INFIRMIÈRE, polar moral – Critique