[critique] Buried

Ouvrez les yeux. Vous êtes dans un espace clos, sous 1 tonne de terre irakienne avec 90 minutes d’oxygène et pour seule connexion vers l’extérieur un téléphone portable à moitié rechargé. Tel est le destin de Paul, entrepreneur Américain pris en otage et enfermé dans une boîte. Le temps file et chaque seconde qui passe le rapproche d’une morte certaine…

Note de l’auteur

[rating:10/10]

Date de sortie : 3 novembre 2010
Réalisé par Rodrigo Cortés
Film espagnol
Avec Ryan Reynolds
Durée : 1h34min
Titre original : Buried
Bande-Annonce :

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=0qWRg-VzcNc[/youtube]

Question : quels sont les points communs entre Cube, Saw, Devil, Frozen et Exam ? Ce sont tous des films à petit budget, dont le titre tient en un seul mot, et qui tournent autour du même concept : des personnages sont coincés quelque part, et ils doivent s’en sortir, même s’ils ne savent pas comment faire. Ils donnent dans le mystère, le fantastique, l’horreur ou le thriller, mais ils sont réunis par une constatation commune de leurs réalisateurs respectifs : quand on ne peut pas gratter de thune, on se gratte la tête pour trouver un concept.

Un concept, ça ne coûte rien, et ça peut rapporter gros. Maintenant, si vous voulez ressortir cette courte liste pour briller en société, n’hésitez pas à l’enrichir de vos propres références et, surtout, n’oubliez pas d’y ajouter le dernier en date, Buried.

Il y a des chances pour que Buried devienne un cas d’école dans l’histoire du cinéma, tant il représente un magistral tour de force : tourné en 17 jours pour trois fois rien, il se déroule en temps réel, avec un seul personnage, et dans un seul décor. Le coup de maître réside dans le fait qu’on ne se fait pas chier une seule seconde.

Il y a du suspense, un peu d’action, et même quelques grands moments d’émotion. En matière de simplicité, le pitch se pose là : Paul Conroy est dans un cercueil avec un zippo, un bic et un blackberry. Une situation délicate, quand on n’est pas McGyver. Qu’est-ce qu’il fout là ? Qui est-ce qu’il va bien pouvoir appeler pour s’en sortir ? Voilà de quoi nous occuper pendant 1h30.

Inutile de dire que si vous êtes claustro, il va mieux falloir vous abstenir, d’autant que ce cher Rodrigo Cortés, réalisateur, a eu le courage de mettre le spectateur à la même enseigne que son personnage, en refusant obstinément de nous laisser sortir une seule fois de ce putain de cercueil. Pas un flashback, pas un plan sur l’extérieur, rien. Paul Conroy suffoque, et on suffoque avec lui. Ses espoirs, ses crises de panique et ses accès de rage sont les péripéties qui rythment la narration, et, l’identification s’effectuant impeccablement, elles sont d’une efficacité aussi redoutable que surprenante. On ressort du film avec une envie farouche d’étriper ces personnes absentes dont les voix métalliques résonnent dans les répondeurs téléphoniques, et de brûler toutes ces chiennes sans cœur qui nous mettent en attente avec de la musique classique ; on passe les dernières minutes en apnée, les mains crispées sur les accoudoirs de nos sièges et les jointures blanches.

Mais c’est bon signe, très bon signe, même. Ca veut dire qu’on vient de vivre un moment cinématographique d’une intensité et d’une puissance rares, et ce genre de choses ne s’achète pas (spéciale dédicace à James Cameron). On peut donc remercier Rodrigo, mais aussi, bien entendu, Ryan Reynolds, vu que le film repose sur lui. S’il jouait mal, c’était foutu. S’il avait une gueule de petite frappe, c’était foutu, et s’il avait eu une gueule de gros dur, c’était foutu aussi.

Au final, le pari est gagné, et c’est tout bénéf pour lui. Avant, il était ce petit jeunot qu’on remarquait à peine dans Blade III vu qu’il ne faisait le poids ni face aux courbes de Wesley Snipes ni face à celles de Jessica Biel ; en l’espace de 90 minutes, il est devenu un grand acteur. Et il le mérite.

Buried est une grande leçon de cinéma, une leçon de suspense, et une leçon de jeu. A une époque où les images de synthèse et les écrans verts deviennent des supports et non plus des compléments, et où les gros pontes vénaux d’Hollywood cherchent à battre des records de budget au lieu de chercher à battre des records de qualité, ça fait un bien fou de voir qu’il reste encore des artistes, qu’ils soient acteurs ou réalisateurs, pour faire du vrai cinéma avec des tripes, des couilles et du cœur.

Buried remet les points sur les i et se creuse une belle place dans l’histoire : si les effets spéciaux sont en constante évolution et deviennent vite ringards, vous pouvez être sûr que tant qu’il y aura des cercueils, on flippera de se retrouver à l’intérieur…

S’abonner
Notifier de
guest
5 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Romain
Romain
Membre
18 mars 2011 23 h 51 min

Je viens de le voir et c’est effectivement remarquable d’intégrité. Aussi bien dans la mise en scène (on ne sort jamais de la boite, ce qui en fait un plus gros défi que 127 heures, que j’ai déjà beaucoup aimé), dans l’épaisseur du personnage (le coup de fil à sa boite, sans mauvais jeu de mot et à sa mère en disent plus long en 30 secondes que tous les flash-backs hollywoodiens réunis), jusqu’à la fin, qui m’a scotché!
La très grande classe, avec trois bouts de ficelle! Moralité: prenez une caméra (ou un téléphone) et faites des films!

copa738
copa738
Invité.e
26 janvier 2011 20 h 28 min

Entièrement d’accord avec toi.
Pour moi, c’est le meilleur film de 2010, et l’un des meilleurs de tous les temps.
Qu’est-ce que je pourrai dire de plus, puisque ta critique résume tout à fait ce que j’ai ressenti.
C’est vrai que dans le même style, « Frozen » (que je viens de voir) et « Saw » sont de bons exemples (le dernier étant plus un chef d’oeuvre que le premier.
PS : je viens de découvrir ton blog, et je t’annonces que je vais le mettre dans mes liens de blogs préférés (je suis chez allocine) ; je passerai régulièrement pour savourer ta prose.

ycie
ycie
Invité.e
10 décembre 2010 8 h 41 min

Je n’ai pas encore vu le film, mais ton argumention donne envie de le voir. Cependant dans Blade 3 l’actrice principal n’est pas Jessica Alba mais jessica Biel. De rien. :)

summerday
summerday
Invité.e
8 décembre 2010 10 h 48 min

J’ai vu le film hier soir et je l’ai aussi ressenti comme une expérience très forte. C’est un projet audacieux et déroutant pour le spectateur mais aussi très excitant. Il faut vraiment dire du bien de ce film et lui permettre un beau parcours grâce au bouche à oreille, car malgré les bonnes critiques j’ai peur que le public soit effrayé par le concept. C’est un film à voir en salles, car l’efficacité de la mise en scène s’y ressent certainement plus que sur un petit écran. Je lis régulièrement vos avis sur les sorties et les dvds et je profite de ce commentaire pour vous féliciter sur la qualité des articles et le ton et le style que je trouve très sympa.

5
0
Un avis sur cet article ?x
()
x