Affiche du film CRAZY DAD

Un père frappadingue débarque la veille des noces de son fils, qu’il a eu lorsqu’il était un jeune adolescent, et va lui pourrir la vie…

Note de l’Auteur

[rating:6/10]

Date de sortie : 20 mars 2013 (DVD)
Réalisé par Sean Anders
Film américain
Avec Adam Sandler, Andy Samberg, Leighton Meester, James Caan, Milo Ventimiglia, Susan Sarandon, Ian Ziering, Vanilla Ice
Durée : 1h56min
Titre original : That’s My Boy
Bande-Annonce :

D’abord annoncé pour une sortie en salles (en août puis en novembre), c’est finalement en DVD (pas en Blu-ray pourtant annoncé, grosse déception) que la dernière comédie d’Adam Sandler débarquera en France. Alors que ses précédents films – considérés comme de belles bouses par certains dont surtout Jack et Julie, le grand gagnant des Razzie Awards 2012 (pas si mal en fait) – avaient tous eu le droit à une sortie technique ou sur une combinaison restreinte. C’est une première pour lui, mais il faut le reconnaître, il ne fait pas légion en France (un peu comme Will Ferrell).

Crazy Dad marque un certain retour aux sources puisqu’il s’entoure ici d’Andy Samberg, ex-pilier du Saturday Night Live (la jeune génération de 2005 à 2012). Adam Sandler a fait ses débuts à travers ce show comme tout bon comique américain qui se respecte. Ensemble, ils forment un duo père-fils plutôt efficace. Dans son cinéma, Adam s’attache toujours à la famille « middle class » limite beauf. Il en a même fait sa marque de fabrique.
L’histoire est quand même hallucinante. Elle met au centre du récit le thème du garçon qui rêve et couche avec sa bombasse de maîtresse. Campée d’ailleurs, dans une excellente intro back to the 80’s, par Eva Amurri. Anecdote rigolote, son rôle est interprété dans le présent (celui où joue également Sandler) par sa mère à la vie, Susan Sarandon, qui dégage un sacré sex-appeal. La scène où elles vont boire à la fontaine dans leur époque respective va marquer nos esprits à tout jamais.

Photo (1) du film CRAZY DAD

Un film qui se trouve être plutôt dans la bonne moyenne mais qui ne marquera pas les esprits.

Fidèle à lui-même (il oscille entre l’humour balourd en-dessous de la ceinture très pipi-caca et un humour régressif), c’est à la fois sa qualité principale mais qui peut être considéré à la longue comme un gros défaut ou un manque d’audace. D’ailleurs, quand il joue la carte de l’indépendant, il fait des bides.
Judd Apatow (Funny People), Paul Thomas Anderson (Punch-Drunk Love, un de mes préférés) ou encore James L. Brooks (Spanglish), tous les 3 très bons d’ailleurs. Mais on est bien loin de Rien que Pour vos Cheveux, qui avait atteint le summum de la débilité (dans le bon sens du terme) avec ce personnage du coiffeur gériatrique le Zohan.

Pour le reste du casting, on note aussi la présence de Leighton Meester (Gossip Girl) qui se débrouille plutôt bien dans le registre de la comédie sandlerienne. Et surtout la présence de Vanilla Ice (son tube « Ice Ice Baby ») en vendeur d’ice cream ! Il intervient dans son propre rôle, qui, à défaut de savoir bien jouer la comédie, offre un excellent passage de comique de répétition à chacune de ses apparitions.

Au final, Crazy Dad est un film plaisant mais qui est loin d’égaler ses classiques. Il est plutôt dans la bonne moyenne mais il ne marquera pas les esprits. On retrouvera Sandler prochainement dans sa première suite, Copains pour Toujours 2 (loin d’être son meilleur mais gros succès US).
À noter que côté tradition, Allen Covert fait un petit caméo mais on n’a plus de nouvelles de son ami de longue date Rob Schneider (préféré à Nick Swardson, du moins dans ses derniers).

Photo (2) du film CRAZY DAD

[CRITIQUE DVD] CRAZY DAD

0