HAPPINESS THERAPY – Critique

Dernière mise à jour:

Tout est bon dans Happiness Therapy et comme dans le cochon, ça fait beaucoup d’abats ! En clair, le film est séduisant dans son originalité et franchement indigeste lorsqu’il emprunte les sentiers battus.

David O. Russell, à qui l’on doit le très réussi Fighter, tente ici de calquer son univers au genre éculé et si normé de la comédie romantique. La singularité de Happiness Therapy tient à la folie qui entoure les personnages, à commencer par les protagonistes. L’un et l’autre sont aux prises avec la dépression ou la bipolarité donnant une scène de rencontre savoureuse. Pour point commun, ils compareront leurs traitements médicamenteux respectifs, scène jouissive qui échappe aux conventions du genre. La bonne idée est d’étendre la folie à toute la classe moyenne américaine : une cocotte minute sous pression, remplie d’individus déséquilibrés chacun porteur d’une névrose, d’une folie certaine. Qu’ils soient diagnostiqués ou non, institutionnalisés ou en liberté, ils présentent tous un déséquilibre. La plupart sont tangents moralement, on ne les aime pas immédiatement, ils ne sont pas les monolithes que l’on rencontre habituellement. On apprécie de ne pas devoir aimer avec le couteau sous la gorge.

Tout est bon dans Happiness Therapy et comme dans le cochon, ça fait beaucoup d’abats !

Les familles sont dysfonctionnelles et demeurent pourtant soudées. Dans Fighter déjà, les familles, les couples restaient unis par une force quelque peu mystérieuse. Tous fous ? Oui, mais fort heureusement nous nous trouvons dans une comédie romantique et le film oublie vite sa folle fraicheur. Pour David O. Russell, le couple est notre planche de salut. Le réalisateur, probablement touché par le discours d’Aristophane dans un fameux Banquet, filme l’individu hors-couple comme partiel, démembré et déséquilibré. Ainsi, le leitmotiv du personnage est de trouver littéralement sa moitié et l’équilibre. Le climax du film est d’ailleurs d’obtenir 5,0/10 à un concours de danse. L’histoire du cinéma compte des moteurs narratifs plus dingues. In fine, les comédies romantiques se clivent entre daube rance et filet mignon gourmet sur la seule question de l’attachement aux personnages. Là, le film se sauve par ses interprètes, surtout Bradley Cooper franchement convaincant (même Robert De Niro retrouve un peu de son talent). La midinette en nous ne peut s’empêcher d’être content pour les amoureux ; le film fonctionne donc en partie.

C’est surtout l’histoire d’un film d’horreur, d’une industrie cinématographique américaine, d’une moissonneuse-batteuse qui, sans pitié pour d’innocentes idées originales, resservira au-delà de la nausée les mêmes histoires et les mêmes scènes ; malheureusement les spectateurs ne se renouvellent pas assez vite. Il devient insupportable de regarder les films en creux et d’imaginer ce qu’ils auraient pu être.

Rédacteur depuis le 22.04.2011
  1. Je viens de voir le film et je dois dire que j’ai du mal avec le coup du concours de danse … Qu’est ce que cela vient faire dans le scenario globale ? Pour moi, on dirait que le réalisateur peinait tout simplement a trouvé une façon d’amener la tension entre les deux personnages a son maximum et juste a montré les belles formes de Jennifer Lawrence …

    Outre ce details, le trio Cooper / Lawrence / De Niro fonctionne parfaitement et nous gratifie de certaines scènes vraiment hilarante. Le film ne révolutionnera pas le monde du cinéma, l’idée principale étant repris depuis des années même si celui-ci se démarque un peu, mais nous permet de démontrer une fois de plus que Jennifer Lawrence est clairement l’actrice la plus prometteuse de ces dernière années. Véritable coup de cœur pour elle !

    Tres belle critique, bravo :)

    0
    0
  2. Je viens de voir le film et je dois dire que j’ai du mal avec le coup du concours de danse … Qu’est ce que cela vient faire dans le scenario globale ? Pour moi, on dirait que le réalisateur peinait tout simplement a trouvé une façon d’amener la tension entre les deux personnages a son maximum et juste a montré les belles formes de Jennifer Lawrence …

    Outre ce details, le trio Cooper / Lawrence / De Niro fonctionne parfaitement et nous gratifie de certaines scènes vraiment hilarante. Le film ne révolutionnera pas le monde du cinéma, l’idée principale étant repris depuis des années même si celui-ci se démarque un peu, mais nous permet de démontrer une fois de plus que Jennifer Lawrence est clairement l’actrice la plus prometteuse de ces dernière années. Véritable coup de cœur pour elle !

    Tres belle critique, bravo :)

    0
    0

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Plus d'articles
NEVER RARELY SOMETIMES ALWAYS, not a Girl, not yet a Woman – Critique