Photo du film LE SORCIER ET LE SERPENT BLANC

[critique] Le Sorcier et le Serpent Blanc

Colin Rédacteur depuis le 14.02.2012

Affiche du film LE SORCIER ET LE SERPENT BLANC

Ce film fantastique est inspiré d’une vieille légende chinoise et relate l’histoire d’un herboriste qui tombe amoureux d’un serpent vieux de cent ans déguisé sous les traits d’une femme. C’est alors qu’un sorcier découvre la supercherie et se bat pour sauver l’âme du vieil homme.

Note de l’Auteur

[rating:6/10]

Date de sortie : 4 septembre 2012 en DVD
Réalisé par Ching Siu-Tung
Film chinois, hong-kongais
Avec Jet Li, Shengyi Huang, Raymond Lam
Durée : 1h40min
Titre original : Bai she chuan shuo
Bande-Annonce :

Comme la plupart des productions de Hong-Kong, cette histoire reprend une vieille légende populaire chinoise, à savoir celle du serpent blanc dont Tsui Hark (Green Snake en 1983) avait déjà fait une adaptation. Et comme à l’accoutumée, le film mêle action, romance et fantastique.

Siu-Tung, célèbre chorégraphe et réalisateur de Kingdom of War (+ un Seagal, Un Aller pour l’Enfer, je fais de la pub pour ma rubrique Nanar), nous livre une belle histoire d’amour impossible entre un herboriste (Raymond Lam) et une jolie femme-serpent. Vous allez me dire « Mais que vient faire Jet Li dedans ? ». Et bien il joue un prêtre qui combat les forces démoniaques afin d’éradiquer toute menace sur Terre.

Ce récit est au fond un prétexte à un combat épique entre le bien et le mal. Avec d’un côté des moines combattants et un disciple de Li contre les deux sœurs serpents et les forces de la nature (animaux, tsunami inclus). Tout pour assurer un grand spectacle.

Le souci majeur de ce métrage, ce sont les effets spéciaux pas toujours réussis. Certains combats en deviennent illisibles d’ailleurs car trop présents. On pense d’ailleurs aux séquelles d’Anaconda parfois ou pire à des productions The Asylum pour certains plans reptiliens (combat aérien). Mais malgré cela on ne peut être que sous le charme de cette belle histoire (ça vaut 100 fois un Twilight par exemple). Autre petit bémol la présence de vampires (je n’ai pas très bien compris le rapport), même s’ils sont des démons, une autre « race » aurait été plus efficace. Surtout que le réalisateur les a doté de grandes oreilles, limite ridicules.

Pour ceux qui voudraient découvrir ce film à cause de Li, pensant avoir beaucoup de combats d’arts martiaux, feraient mieux de se tourner vers Hero ou bien mettre de côté leur testostérone pour laisser place au romantisme.
Enfin le charme de la belle Eva (son prénom à l’international) aidera et suffit donc à faire aimer ce métrage tant son naturel illumine chaque plan. A chaque sourire émis, notre cœur d’homme vibre. Une lady à suivre…

Ce récit est au fond un prétexte à un combat épique entre le bien et le mal. Avec d’un côté des moines combattants contre les deux sœurs serpents et les forces de la nature. Tout pour assurer un grand spectacle.

Photo du film LE SORCIER ET LE SERPENT BLANC

Rédacteur depuis le 14.02.2012
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
0
Un avis sur cet article ?x
()
x