LES AVENTURES DE TINTIN – LE SECRET DE LA LICORNE, satisfaisant – Critique

Adapter Tintin au cinéma n’est pas une sinécure. On a d’abord pu s’en rendre compte dans les films “live” avec Jean-Pierre Talbot (où le héros se frottait à La Toison d’Or et aux Oranges Bleues) honnêtes mais franchement pas à la hauteur de l’œuvre d’Hergé (ou de la licence de Moulinsart désormais). De même, on pouvait craindre le pire en sachant que ce film adapté d’une BD franco-belge allait être adaptée par un studio américain (même si c’est un certain Steven Spielberg qui s’en occupe) et que le projet a mis 27 ans à se monter et à sortir en salles (le réalisateur a acquis les droits en 1984, après la sortie d’Indiana Jones).

Bref, le côté intemporel de la ligne claire d’Hergé, cette icône typée franco-belge, mariée aux Etats-Unis de Spielberg et à un montage de projet extrêmement long pouvait faire craindre le pire. Le résultat est… différent. Visuellement, le cap de la 3D et de la “performance capture” du studio de SFX de Peter Jackson peut aisément partager : le rendu est à mon sens de qualité après avoir visionné l’ensemble du film mais j’avoue avoir eu du mal à m’y faire le premier quart d’heure. L’ensemble modernise le travail d’origine tout en étant très respectueux de l’œuvre originale tant par la référence à celle-ci dès le début du film que par une retranscription très subtile des mouvements “clés” du personnage dans la BD (notamment lors de la première visite à Moulinsart).

Le sentiment général qui ressort à la sortie de la salle a bien été de la satisfaction.

En ce qui concerne le reste de la réalisation, le film est bien rythmé et on retrouve à la fois la patte “Tintin” et celle d’un Spielberg penchant parfois vers des relents d’Indiana Jones bien sentis. En terme de scénario, le trio Steven Moffat (Dr Who, Sherlock), Joe Cornish (Attack The Block) et Edgar Wright (Scott Pilgrim, Hot Fuzz, Shaun of the Dead) ont opté pour certains parti-pris assez déroutants comme la manière de marier Le Crabe aux Pinces d’Or, Le Secret de la Licorne et Le Trésor de Rackham le Rouge, insister très fortement sur l’alcoolisme de Haddock ou encore celui d’évincer le personnage de Tournesol de ce premier film… Mais l’ensemble est très cohérent et là encore très respectueux de l’esprit de la BD. De même le côté à la fois daté et intemporel de l’œuvre originale d’Hergé est conservé et ne perturbe aucunement le visionnage.

Le sentiment général qui ressort à la sortie de la salle a bien été de la satisfaction en ce qui me concerne (ainsi qu’une bonne partie des spectateurs présents ce soir là qui a applaudi pendant le générique). A posteriori, ce n’est pas un “chef d’œuvre” au même titre que le matériel d’origine mais l’adaptation est fort honnête : elle relaie à la fois l’ambiance, l’esprit aventureux des personnages, l’humour des situations, etc… L’aspect visuel peut en revanche freiner mais la relecture de Spielberg/Jackson et des scénaristes Moffat / Cornish / Wright est à la fois moderne et globalement respectueuse. On attend donc la suite !

A noter par ailleurs un générique de début visuellement très bien pensé et réalisé qui met bien dans l’ambiance dès le début.

Eric

Note des lecteurs1 Note
3.5

Écoutez-nous !

Rédacteur depuis le 21.02.2010
S’abonner
Notifier de
guest
18 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Yannick
Yannick
Rédacteur.rice du site
27 octobre 2012 13 h 15 min

Un très bon Spielberg ! La magie opère, malgré un Haddock un poil trop « alcoolisé », le respect de la BD est là. 8/10

theseus black
theseus black
Invité.e
16 novembre 2011 19 h 01 min

en tout cas, c’est vraiment pathétique de défendre ce « blockbuster »… [Et entre parenthèses je suis fier de ne pas partager les goûts de différents traîtres à la petite semaine.] Eric est encore celui qui a pondu l’article le plus honnête !

Par contre si vous avez d’autres chefs d’oeuvre à défendre, aussi alternatifs, peu distribués, ainsi que subversifs, prévenez-moi svp que j’évite vos commentaires.

Yannick
Yannick
Rédacteur.rice du site
Répondre à  theseus black
17 novembre 2011 12 h 34 min

theseus black : Rien n’est pathétique à défendre pour peu que la critique soit constructive.

Sarah
Sarah
Membre
16 novembre 2011 18 h 14 min

Vincent, je ne me rappelle plus de sa critique d’Avatar, et comme je l’ai dit je ne suis pas toujours d’accord avec lui (il me semble par exemple qu’il adoooore Lost in Translation qui est pour moi un des films les plus soporifiques du monde, mais qu’importe), mais je comprends ce que tu veux dire question crédibilité… Cela dit, moi j’ai beaucoup aimé le look du film et le côté hyper lisse des personnages, limite sans âme… ç’aurait été étrange de voir un Tintin avec de vrais acteurs, de vrais visages, là j’ai trouvé le rendu plutôt « fidèle ».
Quant à l’absence de Tournesol, ça fait partie des petites infidélités que Dayez se disait prêt à excuser… Et puis c’est l’apanage des adaptations, les petites modifications… (d’ailleurs Haddock ne rencontre pas Tintin dans le Secret de la Licorne, par exemple). Quand je vois à quel point les scénaristes de la série Walking Dead se permettent de changer le scénario original, à côté Tintin c’est du pipi de chat!

Et oui c’est assez agréable de vivre chez vous :) (encore plus quand on regarde les JT français)

Vincent
Vincent
Membre
16 novembre 2011 15 h 14 min

@ Sarah

Drole cela que tu evoques un sentiment de ‘haine’ a l’egard de Dayez, synchronicite criante pour ce sentiment que je viens d’evoquer avec un ami dans un mail il y a une heure!!! Comme quoi tout est lie! Non Sarah, ne crois pas qu’il s’agisse de haine, Dayez je l’ai ecoute pis qu’a pendre pendant des annees, dans ce cas-ci, il n’est pas coherent dans son argumentation, donc plus credible, voila tout! Lorsque je l’entends parler de ce film, je suis le cul entre deux chaises, ce n’est pas le Dayez qui tirait a boulets rouges sur les personnages sans vie d’AVAtar, et quand je l’entends encenser, non, sanctifier les personnages de ce Tintin, que lui arrive-t-il? Lui, tintinophile dans l’exigeance intellectuelle, pas un mot sur l’absence d’un Tournesol?!Tu as raison, je prefere de loin le mec qui encense Melancholia et The Hangover dans la meme tribune, et plus ce bonhomme qui se vautre dans le dithyrambe quasi pathologique -)et je suis heureux qu’une hexagonienne se plaise chez nous!

Sarah
Sarah
Membre
16 novembre 2011 14 h 35 min

theseus black> C’est ironique? Je ne vois pas ce que j’ai pu dire qui te fasse croire que je suis « raciste » envers les belges, ça fait 5 ans que j’habite à Bruxelles et je suis très bien ici, merci…
(et puis, à la rigueur, je vois pas en quoi mon racisme envers les belges pourrait poser problème, y’en a bien qui se permettent un anti-américanisme relativement primaire, donc)

Après je vois pas pourquoi tant de haine envers Hugues Dayez, peut-être parce que je partage sa manière de « juger » le cinéma, à savoir prendre un film pour ce qu’il veut être, sans se prendre la tête et sans être snob, ce qui n’est pas le cas de tout le monde… (et toujours avec humour) Je trouve ça cool d’avoir un mec qui peut encenser aussi bien « The Hangover » que « Melancholia ». Je suis pas forcément toujours d’accord avec lui, mais il n’empêche que c’est pas la moitié d’un con et qu’en général, je lui fais confiance.

Mais bon bref pour en revenir à la question initiale à propos du terme franco-belge… je ne suis pas d’accord mais on va pas épiloguer, c’est pas un drame, je trouve juste que la simplification (quasi systématique) est assez symptomatique de la tendance qu’ont les français de vouloir tirer la couverture et, personnellement, je trouve ça agaçant! Y’a a priori aucune raison de dire que c’est « franco-belge », c’est une BD qui est extrêmement ancrée dans Beaucoup de patrimoines. Comme je le disais, ça a été traduit dans genre 50 langues, donc les espagnols doivent autant avoir l’impression que ça fait partie de leur patrimoine que les français ou même les anglais. Donc oui ça a été initialement édité en langue française, mais c’est tout… (Hergé utilise d’ailleurs beaucoup de « brusseler », notamment pour les noms)
Mais bref, c’était relevé en toute sympathie, hein! (contrairement à d’autres)

18
0
Un avis sur cet article ?x
()
x