© Splendor Films

[critique] MILLER’S CROSSING

MISE EN SCENE
8
SCENARIO
7.8
CASTING
7.6
PHOTOGRAPHIE
8
MUSIQUE
8.5
Note lecteurs1 Note
8.3
8

Les Frères Coen sont de véritables touches à tout. Leur filmographie a parcouru quasiment tous les genres du cinéma et ce dès leur premier film Blood Simple une série B auto-produite qui s’apparente au polar. Deuxième essai: Arizona Junior une satire sociale qui mêle comédie grotesque et drame.
Avec ce 3ème longs ils arborent le film de gangster avec l’autodérision qui les caractérise et une esthétique propre à leur univers. A l’époque d’ailleurs leur directeur photo n’est autre que Barry Sonnenfeld le réalisateur des Men in Black.

MILLER’S CROSSING revisite donc la période de la prohibition américaine. Une période floue qui a amené une grande vague de banditisme et le développement de chef de clan voulant à tout prix gouverner sur leur ville.
Chez les Frères Coen, on ne lésine pas sur l’hommage des films noirs des années 40. Ici le bras droit Tom (magnifiquement interprété par Gabriel Byrne à la froid et manipulateur) doit faire face à deux clans. Celui de Leo un irlandais qui contrôle la ville et a la police à ses pieds. Puis l’italien Johnny Caspar son rival qui rêve d’avoir la ville pour lui.

MillersCrossing02-e1431341880810

Le film s’articule à travers le personnage de Tom tel un puzzle où les pièces s’imbriquent une à une. On ne comprend pas toujours tout mais on prend un malin plaisir à le suivre tel une enquête policière. Sous une musique parfaitement adapté; Carter Burwell, le compositeur attitré des deux frères au même titre qu’Angelo Badalamenti l’est pour Lynch, a su créer une partition remarquable qui s’apparente vraiment à la tonalité noire de ce genre de production.

« MILLER’S CROSSING est un coup de maître(s), un véritable hommage aux films de gangsters. »

Avec ce MILLER’S CROSSING les deux Frères sont vraiment rentrés dans la case metteur-en-scène-de-génie, grâce à la maîtrise des codes du genre. Une mise en scène qui n’oublie pas les plans mis en mouvement via de magnifiques travellings-avant (qu’on retrouvera également à la fin) et un montage très subtil, le tout avec une direction d’acteurs remarquable.
Entre les seconds rôles très bien écrits et le caméo amusé de Sam Raimi*, MILLER’S CROSSING est un tour de maitre(s), un véritable hommage aux films de gangsters pourtant un genre pas du tout évident à renouveler (au même titre que le Western dont les Frères on fait la même chose, avec True Grit.

INFORMATIONS

MILLER'S CROSSING

Titre original : Miller’s Crossing
Réalisation : Joel Coen (Ethan Coen : non crédité)
Scénario : Joel Coen et Ethan Coen
Acteurs principaux : Gabriel Byrne, Marcia Gay Harden, John Turturro…
Pays d’origine : U.S.A.
Sortie : 27 février 1991 / 20 février 2013 (reprise)
Durée : 2h02min
Distributeur : Splendor Films
Synopsis : A l’époque de la Prohibition, le gangster Tom Reagan, bras droit d’un caïd irlandais, trahit et manipule son entourage, l’utilisant à ses propres fins, même par la violence, afin de se faire une place.

Interdit aux moins de 12 ans

BANDE ANNONCE (VF)


*Sam Raimi, ami de longue date, avec qui les deux frères avaient collaboré auparavant sur le scénario de Crimewaves, le second film du réalisateur papa d’Evil Dead et Spiderman.

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Plus d'articles
LES MEILLEURES INTENTIONS, histoire d’une séparation – Critique