[critique] Submarino

Deux frères mènent, dans la même ville, des existences parallèles, séparés à jamais par les blessures de l’enfance. Pourront-ils un jour se retrouver et changer le cours de leur destin ?

Note de l’Auteur

[rating:8/10]

Date de sortie : 1 septembre 2010
Réalisé par Thomas Vinterberg
Film suédois, danois
Avec Jakob Cedergren, Peter Plaugborg, Patricia Schumann
Durée : 1h50min
Titre original : Submarino
Bande-Annonce :

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xe6xfm_bande-annonce-submarino_shortfilms[/dailymotion]

Thomas Vinterberg continue de nous tétaniser ; de nouveau son œuvre, Submarino, laissent en nous une empreinte indélébile de malaise. Il s’intéresse encore une fois à la famille brisée par un souvenir d’enfance. Comme les enfants violés de Festen, ceux de Submarino entretiennent toujours d’étranges rapports avec les autres et avec eux-mêmes. Les questions sont silencieuses, les réponses absentes.

Les deux frères ont grandit, poursuivis par leur souvenir. S’en sortir à tout prix, se racheter, avoir une seconde chance avec Martin… s’en sortir. Mais le courant les éloigne constamment au large où la tempête menace. Thomas Vinterberg maîtrise parfaitement ses personnages et n’a besoin de rien d’autres que de leur présence et de leur mutisme pour annoncer leur impuissance. Les visages, les regards sont magistralement filmés par un maître toujours à la recherche de la solitude de ses protagonistes, enfermés par le cadre, leur propre vie et leur avenir.

Cette intensité est en partie le fruit d’une véritable collaboration entre Thomas Vinterberg et des « conseillers en stupéfiants ». Le tournage des séquences de vente a réellement été effectué dans un des quartiers « chauds » de Copenhague, et les figurants ont été sélectionnés dans un centre pour toxicomanes et alcooliques. Ce réalisme, poussé à son maximum, provoqua même l’arrivée de policiers venus aborder l’acteur-dealer.

Bien qu’il s’agisse en apparence d’une véritable descente en enfer, l’espoir ne quittera jamais ces personnages à la recherche des autres. Chacune de leur action, ou parfois de leur erreur, est le symbole de cette quête interminable et impossible. Le spectateur est happé à son tour par le destin tragique des deux frères qui ne baissent pas les bras. Des destins croisés que le film met parfaitement en scène. Les souvenirs, le temps et les accidents se confondent et se frôlent jusqu’à ce que les deux frères se retrouvent enfin une dernière fois.

Écoutez-nous !

Soutenez-nous !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
0
Un avis sur cet article ?x