Soutenir Le Blog Du Cinéma ? Cliquez ici !
SUITE FRANÇAISE
© Steffan Hill

[CRITIQUE] SUITE FRANÇAISE

Mise en scène
5
Scénario
2
Casting
5
Musique
4
Photographie
3
Note des lecteurs8 Notes
5.1
3.8

Ce n’est pas une mince affaire que de se lancer dans l’adaptation de SUITE FRANÇAISE d’Irène Némirovsky, dont l’histoire de l’écriture et de la publication est peut-être encore plus célèbre que son contenu. Pentalogie inachevée, écrite pendant la seconde guerre mondiale et redécouverte un demi-siècle plus tard, contant tour à tour l’Exode de 1940, l’Occupation et les prémices de la Résistance, c’est ici le metteur en scène Saul Dibb – déjà réalisateur de THE DUCHESS – qui s’occupe de la mise en images du deuxième tome de cette saga acclamée. Un élément qu’il est important de noter puisque c’est bel et bien la romance au cœur de ce roman qui est mise en avant, au détriment du reste.
Acteurs américains et britanniques – Schoenaerts et Lambert Wilson perdus au milieu de tout ce beau monde – production en grande partie originaire d’outre-manche, tournage dans la langue de Shakespeare : nul besoin de tourner autour du pot, SUITE FRANÇAISE y va méchamment sur les clichés. France rurale fantasmée, Allemagne conquérante superficielle… Mais ce n’est en soit pas le cœur du problème : malgré cette immersion difficile, l’ensemble dispose d’un budget imposant – tourné par ailleurs en pellicule – et la reconstitution visuelle vaut le détour. La vraie fausse note, c’est l’écriture de cette histoire et de ses protagonistes.

Photo du film SUITE FRANÇAISE
© Steffan Hill

Il y a une histoire d’amour, une vague peinture de l’Occupation en arrière-plan, mais les personnages au cœur de ces arcs narratifs ne sont jamais incarnés : ils sont creux, incohérents, ou tout du moins écrits à la va-vite. Impossible de les comprendre, et par extension de s’y attacher. C’est pourtant un fait contradictoire avec le passé littéraire de cette aventure, facile et narrativement très vide.
Les quelques performances d’acteurs plutôt convaincantes ne viennent pas sauver ces différents visages aussi clichés qu’ils ne semblent aller nulle part. Cette absence d’enjeux évolutifs fait stagner le long-métrage qui finit fatalement par ennuyer.

« Un mélo mielleux pas détestable, mais constellé de facilités et d’erreurs d’écriture plus affligeantes les unes que les autres. »

La nouvelle réalisation de Saul Dibb est tout à fait regardable mais manque de tout ce qui aurait pu lui donner un semblant d’intérêt : on ne voit que très rarement une vision étrangère de la France sous l’occupation, et SUITE FRANÇAISE aurait pu apporter un point de vue neuf, si ce n’est révisionniste, de cette période très controversée – tabou ? – de l’histoire. Se retrouver alors face à un mélo mielleux pas détestable mais constellé de facilités et d’erreurs d’écriture plus affligeantes les unes que les autres est en soit une belle déception. Ringard.

KamaradeFifien

D’ACCORD ? PAS D’ACCORD ?

[divider]INFORMATIONS[/divider]

[column size=one_half position=first ]

Affiche du film SUITE FRANÇAISE

[/column]
[column size=one_half position=last ]

Réalisation : Saul Dibb
Scénario :  Matt Charman, Saul Dibb, d’après Irène Némirovsky
Acteurs principaux : Michelle Williams, Kristin Scott Thomas, Matthias Schoenaerts, Sam Riley, Ruth Wilson, Lambert Wilson
Pays d’origine : Royaume-Uni, France, Belgique
Sortie : 1er avril 2015
Durée : 1h47min
Distributeur : UGC Distribution
Synopsis : Été 1940. France. Dans l’attente de nouvelles de son mari prisonnier de guerre, Lucile Angellier mène une existence soumise sous l’oeil inquisiteur de sa belle-mère. L’arrivée de l’armée allemande dans leur village contraint les deux femmes à loger chez elles le lieutenant Bruno von Falk. Lucile tente de l’éviter mais ne peut bientôt plus ignorer l’attirance qu’elle éprouve pour l’officier…

[/column][divider]BANDE-ANNONCE[/divider]

Écoutez-nous !

Soutenez-nous !

Soutenez-nous !
Rédacteur
S’abonner
Notifier de
guest

9 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
SarahB
SarahB
Membre
16 février 2016 15 h 03 min

Salut collégue, je suis tombé sur ton compte et je dois avouer que je suis assez fan de ton style et de ton écriture , fraiche , argumentée et documentée. Je n’ai pas lu toutes tes critiques mais je ne partage pas ton opinion sur Suite Française. J’ai la sensation que tu es passé à coté. Je ne crois pas ici qu’il était question d’un quelconque propos sur la France rural , l’Allemagne , ni même l’occupation. Tout cela est peu développé car ce n’est qu’un back ground, secondaire dans le scénario et traité comme tel. Ce qu’on veut nous raconter dans ce film c’est une histoire d’amour impossible et donc « étouffée », « niée » par l’un de ces protagoniste lui même. Et en ce sens je trouve que le film est plutôt une réussite. On n’est pas dans un film historique mais bel et bien dans une histoire d’amour , alors pourquoi ne pas avoir chercher a comprendre la mise en scéne très pudique de celle-ci et t’être attachée à la partie reconstitution historique qui n’est pas le propos?
Tes arguments sont solides mais je crois qu’il est important de regarder le film en considérant le propos du réal et la , et bien , je trouve que tu n’as pas abordé le film sous le bon angle. My opinion , that’s all.

SarahB
SarahB
Membre
Répondre à  Vivien
17 février 2016 21 h 30 min

Comme quoi , tout est quand même question de subjectivité et (d’un peu) de projection , car tu vois moi j’ai trouvé les « scènes de la vie conjugale » de Bergman mille fois plus froides que ce Suite française….

Loïc Guillou
Loïc Guillou
Invité.e
16 avril 2015 22 h 49 min

J’ai évidemment vue SUITE FRANCAISE.Je me serais pas permis de dire ça.
Je trouve que c’est un bon film et je ne comprends pas du tout cette critique.
Dabord pourquoi Schoenaerts et Wilson seraient perdue parmis « tout ce beau monde »?
Je cite : « Le film y va méchamment sur les clichés. France rurale fantasmée, Allemagne conquérante superficielle… »
La France rurale dépeinte dans ce film est fantasmée? ça veux dire quoi concrètement? Que c’est pas réaliste? Précise ta pensée!
Allemagne conquérante superficielle? En quoi la description des envahisseurs Allemand dans ce film est superficielle? Argumente!
Je cite: « La vraie fausse note, c’est l’écriture de cette histoire et de ses protagonistes. »
Vraiment? voyons les arguments.
Je cite: »les personnages au cœur de ces arcs narratifs ne sont jamais incarnés »
Comment ça?
Je cite: « ils sont creux, incohérents, ou tout du moins écrits à la va-vite »
Creux? Faut pas exagérer!Les Personnages sont épurés, simples, pas creux.
Incohérents? J’ai rien vue d’incohérent dans les personnages.Donne nous des exemples concret d’incohérence dans les personnages!
Je cite:  » Impossible de les comprendre »
Impossible de les comprendre?!Je rêve? Un nazi tombe amoureux d’une française.Qu’est ce que tu comprends pas la dedans?!
Je cite: « C’est pourtant un fait contradictoire avec le passé littéraire de cette aventure, facile et narrativement très vide. »
Tu fait une critique du film ou du livre?
Je cite: « Les quelques performances d’acteurs plutôt convaincantes ne viennent pas sauver ces différents visages aussi clichés qu’ils ne semblent aller nulle part »
Qu’est ce qui es cliché dans ce film concrètement?
Je cite: « Cette absence d’enjeux évolutifs fait stagner le long-métrage qui finit fatalement par ennuyer »
A te lire on pourrais penser qu’il ne se passe rien pendant tout le film.Tous les personnages évoluent durant le film.Les enjeux sont là.Ouvre les yeux!
Je cite: « on ne voit que très rarement une vision étrangère de la France sous l’occupation »
Qu’est ce que tu veux dire par là exactement?
Que la france depeinte dans ce film ne donne pas l’impression qu’elle soit vue à travers les yeux d’un étranger?
Donc qu’elle ne soit pas assez fantasmé!
Hors, un de tes premiers argument était que la France rurale est fantasmé dans ce film.Et que c’est un cliché.
Il y a pas une contradiction là?
Je cite: « et SUITE FRANÇAISE aurait pu apporter un point de vue neuf, si ce n’est révisionniste, de cette période très controversée – tabou ? – de l’histoire. »
Un point de vue neuf de cette période très controversée de l’histoire? Tu es historien maintenant? Décidemment tu es trop fort!
je cite: « Se retrouver alors face à un mélo mielleux pas détestable mais constellé de facilités et d’erreurs d’écriture plus affligeantes les unes que les autres est en soit une belle déception »
Donc pour faire court ce film est une merde!
Je cite: « ringard »
Idem

Loïc Guillou
Loïc Guillou
Invité.e
13 avril 2015 22 h 24 min

C’est ce qui s’appelle une critique de merde.
Que des conneries du début à la fin!
Bravo!

Pénélope Bonnaud
Pénélope Bonnaud
Invité.e
Répondre à  Loïc Guillou
23 octobre 2020 0 h 58 min

Bravo pour cette critique facile à laquelle on peut reprocher tout ce que vous reprochez au film. J’admire ceux qui ont la plume facile concernant la critique, ils n’ont qu’à passer à l’écriture de romans ou de scénarios, là ils feront preuve d’un réel courage. Mais encore faudrait-il en être capable.

9
0
Un avis sur cet article ?x