5 - DE NOS FRÈRES BLESSÉS, en quête de justice - Critique
Crédits : Les Films du Belier / Laurent Thurin-Nal

DE NOS FRÈRES BLESSÉS, en quête de justice – Critique

Porté par un Vincent Lacoste encore une fois impérial, DE NOS FRÈRES BLESSÉS met en lumière avec brio un fait divers bien trop méconnu de la guerre d’Algérie.

Un regard, l’échange de quelques mots et une danse : le temps d’une séquence, Fernand et Hélène accèdent à la romance, détachée des rouages implacables d’un drame imminent. De jolis instants figés, quasi-oniriques, qui s’évaporeront au gré des désillusions politiques de l’époque. Rares seront les plans où Fernand et Hélène cohabiteront et, plus qu’un brûlot politique, DE NOS FRÈRES BLESSÉS est avant tout le récit d’une fracture progressive. Pour son second film (sept ans après le déjà étonnant Vandal) Hélier Cisterne substitue à l’injustice d’un fait divers une séparation amoureuse et offre avant tout un véritable film de personnages.

2 2 - DE NOS FRÈRES BLESSÉS, en quête de justice - Critique
Crédits : Les Films du Belier / Laurent Thurin-Nal

S’ils cristallisent les principaux enjeux narratifs, la condamnation de Fernand et son procès ne sont en réalité qu’un faire-valoir à l’intrigue principale. Du cours d’histoire d’un récit rétrospectif, qui est le tout-venant des scénarios du genre, le film conçoit une tragédie minimaliste, préférant l’étude d’un impact émotionnel plutôt que la grandiloquence manichéenne. En mariant le politique et l’humain, DE NOS FRÈRES BLESSÉS trouve un joli point d’ancrage, évitant les ennuyeuses tournures didactiques, écueils du genre. 

3 2 - DE NOS FRÈRES BLESSÉS, en quête de justice - Critique
Crédits : Les Films du Belier / Laurent Thurin-Nal

Surtout, on apprécie de retrouver Vincent Lacoste dans un vrai rôle de composition. Caméléon s’adaptant à toutes circonstances, le jeune acteur suscite l’émotion et donne vie aux convictions de Fernand. L’alchimie du couple qu’il forme avec Vicky Krieps est telle qu’elle permet au film d’atteindre certaines sphères symboliques inespérées. Ainsi, on se délecte du maniérisme avec lequel Cisterne va exploiter son décor. Du domicile conjugal, véritable confessionnal émotionnel, jusqu’à la réalité mortifère de la guerre, une frontière visuelle prend forme sur l’échiquier, par l’intermédiaire d’une porte. La technique bressonienne rend explicite les rites vécus par Fernand, de sa prise de conscience jusqu’à l’acte de rébellion. Chaque passage est un pas de plus vers l’explosion et la condamnation. Comme s’il était contaminé par l’époque et des mœurs qui l’indignent, Fernand comprend que la soif de justice qui l’envahit prend le pas sur un amour devenu impossible. Ainsi, l’ultime regard qu’il porte vers Hélène et la maison devient métonymique de l’épilogue initiatique. Une bien belle surprise, à l’heure où le cinéma français de genre n’offre que de multiples redites.

Emeric

Note des lecteurs0 Note
1 1 - DE NOS FRÈRES BLESSÉS, en quête de justice - Critique
Titre original :De nos frères blessés
Réalisation : Hélier Cisterne
Scénario : Hélier Cisterne, Antoine Barraud
Acteurs principaux : Vincent Lacoste, Vicky Krieps, Jules Langlade, Marc Brunet
Date de sortie : 23 mars 2022
Durée : 1h35min
3.5
Une réussite

Auteur·rice

Nos dernières bandes-annonces

Rédacteur
S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
0
Un avis sur cet article ?x