Produit et réalisé par Lili Fini Zanuck, ce documentaire retrace la vie de Eric Clapton, de sa plus tendre enfance à aujourd’hui.

Très discret depuis son dernier album, I Still Do, le roi du blues anglais, fait son comeback avec un documentaire sur sa vie. Tendre, parfois étonnant, mais surtout frappé d’authenticité, le documentaire ERIC CLAPTON : LIFE IN 12 BARS nous transporte au milieu de la carrière d’un bluesman que la vie a mis à rude épreuve.

En ayant assisté l’avant-première à Montpellier en présence de Stan Cuesta, journaliste et critique musical, on a pu voir le film avec quelques clés de lecture en main. Une des phrases que Cuesta a prononcé avant le début du film a retenti pendant tout le visionnage, et a permis de mieux comprendre certains aspects de la vie de Clapton :

« Clapton n’a pas eu la chance de mourir jeune. »

Cela sonne sinistrement vrai, puisqu’au fur et à mesure du film, nous constatons que la vie n’a pas été toujours clémente avec lui. Le film s’attarde beaucoup sur sa jeunesse, et ses inspirations ; les drames familiaux qui sont et resteront toujours le voile noir de la vie d’Eric Clapton, mais surtout, le film met l’accent sur la musique. Car si Clapton ne fait pas partie du « club des 27 » et n’est pas mort jeune, c’est parce qu’il avait la musique. Il avait la guitare, sa seule compagne qui lui restait fidèle dans les moments durs.

Et si le film a une résonance tragique aussi particulière, c’est également parce que les caractéristiques classiques du biopic sont chamboulées. Là où l’aspect documentaire s’attarde parfois sur des témoignages de gens qui ont connu l’artiste, assis sur un canapé en plan fixe avec par moment l’audace d’un plan débullé ou décadré, nous avons ici une très bonne utilisation de la voix off.Photo du documentaire ERIC CLAPTON - LIFE IN 12 BARSLili Fini Zanuck réinvente la forme du biopic avec subtilité et finesse. Les proches ne sont jamais montrés, seule leur voix les définissent. La volonté n’est pas d’attendrir, mais de simplement décrire la vie mouvementée d’un bluesman qui a marqué son époque. C’est d’ailleurs le coté « patchwork » du film qui lui donne toute sa force. La réalisatrice a en effet mêlé des archives personnelles à des performances uniques, ainsi que des messages provenant des inspirations les plus fortes de Clapton, comme BB King, les membres de Cream, Blind Faith, ou encore les Beatles et Bob Dylan.

On ressent l’inspiration d’autres biopics, comme celui sur Kurt Cobain, Montage of Heck, ou encore Amy, mais celui-ci laisse une certaine distance entre l’artiste et le spectateur. Il a une très grande part d’objectivité, et il nous est difficile de sortir de la séance en ayant un point de vue totalement noir ou blanc sur l’artiste : nous avons été immergé dans la vie d’un homme (et pas n’importe lequel) pendant deux heures. Nous avons vu ses joies, ses peines. Ses drames, ses addictions. Nous l’avons vu chuter, puis remonter la pente. Nous avons redécouvert ses succès, et avons vu sa vie au travers de ses yeux et de ceux de ses proches.

Photo du documentaire ERIC CLAPTON - LIFE IN 12 BARS

Eric Clapton lors de son concert Unplugged en 1992.

En réalité, ce film n’est pas simplement un documentaire sur Eric Clapton : il est une ode de la part de l’artiste, à tous ceux qui ont vécu et vivront des moments durs. Comme le dit le guitariste dans le film « La musique m’a sauvé. » Et elle sauvera quiconque a besoin de s’en sortir.

Pour revenir à ce que disait Stan Cuesta sur le fait que Clapton n’ait pas eu la chance d’être parti jeune, il a raison. Mourir jeune aurait fait de lui un symbole, comme Hendrix, Joplin, ou Cobain. Mais le fait qu’il ait traversé autant d’épreuves, autant de fausses notes sur la partition de sa vie, fait de lui un survivant. Quelqu’un que la musique a brisé, puis a sauvé à de multiples reprises. Certes, il n’a pas eu la chance d’avoir, comme ceux qu’il a laissé derrière lui, une carrière écourtée mais parfaite ! Des faux pas, il en a fait. Des erreurs de parcours, il en a fait aussi. Et ces imperfections font de lui l’homme qu’il est aujourd’hui. Il a eu la chance de ne pas mourir jeune.

Car comme dirait BB King à Clapton  :

« Puis-je vivre pour toujours et toi vivre pour toujours et un jour [de plus] ; car je détesterais vivre si tu n’es plus là. »

Myriem Bayad

Votre avis ?

ERIC CLAPTON - LIFE IN 12 BARS : la fin du rock ? - Critique
Titre original : Eric Clapton : Life in 12 bars
Réalisation : Lili Fini Zanuck
Scénario : Larry Yelen, Stephen Weintraub
Acteurs principaux : Eric Clapton, Duane Allman, Ginger Baker
Date de sortie : 8 septembre 2017
Durée : 2h15min
4.0intéressant
Avis des lecteurs 0 Avis

ERIC CLAPTON – LIFE IN 12 BARS : la fin du rock ? – Critique

0