le sel des larmes
Crédits : G.-Ferrandis / Rectangle Productions / Close Up Film / Arte France Cinéma / RTS Radio Télévision Suisse / SRG

LE SEL DES LARMES, un film bien amer – Critique

Cet article a pu être réalisé grâce à notre partenaire Ciné+. Son contenu est indépendant et conçu par la rédaction.

Avec un scénario plutôt prometteur, un casting intéressant et une scène d’ouverture électrisante, LE SEL DES LARMES est pourtant le pire film qu’il nous ait été donné de voir depuis ce début d’année. 

Un long-métrage en noir et blanc de Philippe Garrel. Une bande originale de Jean-Louis Aubert. Des interprétations d’Oulaya Amamra et de Souheila Yacoub. En lançant LE SEL DES LARMES, on espérait ne pas réfléchir. On espérait pouvoir se laisser aller en toute confiance, fermer les yeux et se laisser porter… Malheureusement, ce film était tellement invivable qu’on n’a pas réussi à oublier qu’aujourd’hui, réaliser un film aussi misogyne est toujours possible. 

LE SEL DES LARMES raconte l’histoire de Luc (Logann Antuofermo), jeune campagnard qui s’apprête à intégrer une école de menuiserie et qui enchaîne les histoires d’amour sous les yeux de son père (André Wilms). Le film pourrait aussi être présenté comme étant l’âge d’or d’un pauvre jeune artiste qui couche avec toutes les femmes qu’il rencontre sans se rendre compte qu’il n’est qu’un sombre idiot. Ou encore comme l’histoire d’un garçon, qui grandit, qui aime et qui déçoit sous les yeux de son père, vieillissant. 

le sel des larmes
Crédits : G.-Ferrandis / Rectangle Productions / Close Up Film / Arte France Cinéma / RTS Radio Télévision Suisse / SRG

Ce père, attendrissant de justesse, n’a pourtant même pas droit à un nom. Il consacre sa vie à son fils à qui il souhaite de réussir là où il a échoué et à qui il partage sa passion pour l’astronomie sans se rendre compte que ce dernier n’en a que faire. Avec un personnage aussi lâche et égocentrique que Luc face à un père aussi touchant, LE SEL DES LARMES aurait aussi pu être l’histoire d’une confrontation générationnelle. Il aurait pu être l’occasion parfaite d’examiner le rôle que jouent les parents dans l’avenir de leurs enfants… Mais si le propos de Philippe Garrel est de comparer l’ancienne génération à une nouvelle, incarnée par un homme immature qui accable une femme enceinte et qui ne connait pas le respect que de nom, cela n’a malheureusement rien pour plaire.

Car Luc est un des pires personnages du cinéma français actuel. Égoïste et prédateur, insouciant et cruel, il ne fait rien à part dévaster toutes ses compagnes qu’il s’agisse de Djemila (Oulaya Amamra), Geneviève (Louise Chevillotte) et Betsy (Souheila Yacoub). Un focus est d’ailleurs nécessaire sur les notions de consentement et de respect que le jeune homme ne connaît visiblement pas alors qu’il harcèle Djemila de questions avant de la renvoyer seule chez elle suite à son refus d’avoir une relation sexuelle avec lui. De même, il n’hésite pas à accabler Geneviève de reproches lorsque celle-ci tombe enceinte, comme si on devait lui rappeler qu’un enfant se fait à deux. 

le sel des larmes
Crédits : G.-Ferrandis / Rectangle Productions / Close Up Film / Arte France Cinéma / RTS Radio Télévision Suisse / SRG

Néanmoins, un personnage n’a pas besoin d’être sympathique pour être intéressant. Et il faut souligner la différence entre “être sexiste” et exposer le sexisme à travers le comportement d’un personnage. Le souci est qu’ici, rien ne contrebalance Luc. On ne voit pas d’évolution dans son personnage, pas de critiques de la part de son entourage, aucun commentaires qui souligneraient son comportement problématique. Or, aujourd’hui, il paraît malheureusement encore utopique de penser que tous les garçons savent vraiment ce qu’est le consentement, le sexisme ou encore le harcèlement sexuel. Il est facile pour un spectateur non averti de considérer comme acceptable la réflexion de Luc : “il a soudainement eu envie de la revoir, pensant qu’il pouvait coucher avec elle”. Dans un pays où la culture du viol est souvent confondue avec une “liberté d’importuner”, on se demande si beaucoup se rendent compte à quel point LE SEL DES LARMES est misogyne.

En regardant LE SEL DES LARMES, on se sent pris en otage par un réalisateur français qui n’a pas encore appris que les hommes qui traitent les femmes comme de la merde, ce n’est pas de l’art, même si c’est filmé en noir et blanc. 

Sur un malentendu, il est possible d’oublier cet aspect même s’il paraît aberrant d’avoir à rappeler qu’il n’y rien de bien à filmer les relations toxiques de façon romantique. On peut prendre le parti d’affirmer que le cinéma peut être provocateur et que l’on peut être en désaccord avec le propos d’un film mais le reconnaître à sa juste valeur. Sauf que ce long-métrage n’est pas bon. À l’exception d’une scène de danse, la mise en scène n’est pas innovante et la voix off ne sert qu’à détruire l’atmosphère du film. Aussi, les innombrables moments de nudité féminine ne semblent être là que pour souligner que LE SEL DES LARMES est un film d’auteur français. De plus, les personnages se révèlent avoir la profondeur d’une huître. Toutes les femmes qui y évoluent n’ont finalement qu’un seul trait de caractère : leur désir pour Luc, l’homme toxique par référence. 

Au final, plus on passe de temps en compagnie de Luc, plus on se rend compte à quel point il est exécrable. Non seulement dans ses relations avec les femmes, mais aussi dans son rapport avec son père. Et le fait que certains critiques aient osé comparer le personnage d’Emma Bovary à celui du jeune homme est juste incompréhensible tant celui-ci est fade, creux et plat. Néanmoins, nous aussi on finirait sûrement par avaler de l’arsenic si on devait regarder ce film une deuxième fois.

Sarah Cerange

Note des lecteurs0 Note
Titre original : Le Sel des larmes
Réalisation : Philippe Garrel
Acteurs : Oulaya Amamra, Loggan Antuofermo, Souheila Yacoub, Louise Chevillotte
Date de sortie : 17 juin 2020
Durée : 100 minutes
1.5
Accessoire

Écoutez-nous !

Soutenez-nous !

Rédactrice
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
0
Un avis sur cet article ?x