NOS ÂMES D’ENFANTS, une ode à la parentalité contemporaine – Critique

Cinq après sa célébration féminine 20th Century Women, Mike Mills signe son retour aux côtés du remarquable Joaquin Phoenix. Mêlant images documentaires et fiction, le cinéaste américain livre une fable familiale au gré d’un road-trip passionnant.

Y a til une vie après la mort ? La Terre est-elle en train de mourir ? Les questions fondamentales que les enfants se posent sont ici comme des équations lancées aux adultes. Après son sacre en tant que Joker chez Todd Philips -d’ailleurs producteur de ce film-, le comédien Joaquin Phoenix se pare du costume de reporter radio souhaitant interroger le maximum d’adolescents sur leurs peurs, leurs questionnements et leurs focalisations. Le réalisateur Mike Mills poussant d’ailleurs le vice jusqu’à la réalité, demandant à l’acteur de préenregistrer de réelles interviews que le spectateur peut retrouver tout le long de cette fiction dramatique. Si le journaliste sait s’y prendre avec les enfants, est-ce réellement le cas lorsque celui-ci doit s’occuper de son neveu pour quelques jours ? C’MON C’MON – de son titre original – esquisse avec brio les traits de la famille moderne et d’un père amateur. Le film se rapporte déjà comme l’une des plus belles découvertes de cette année cinéma. Une approche père-fils sincère qui pourrait faire office de reflet délicat au Mommy (2014) de Xavier Dolan.

Joaquin Phoenix et Woody Norman ©Metropolitan Films

Le comédien américain côtoie les plus grands mais aussi les futurs grands du cinéma, et c’est tout ce que l’on souhaite au jeune Woody Norman qui incarne le neveu précoce et terriblement épatant de ce long-métrage. La révélation certaine de ce drame délicat qui semble l’exact opposé du premier film de Mike Mills, Âge difficile obscur (2006). Précocité et arriéré semble se faire face. Le gamin qui jaillit de l’écran remet son remplaçant paternel – et le spectateur par la même occasion – à sa place tout le long du film. Cherchant à avoir réponse à tout, persuadé que la vie est un complot et que les adultes sont terrifiés par la tristesse, Jesse débarque sans prévenir dans la vie de son oncle pour quelques jours. Alors que sa mère (Gaby Hoffman) se doit d’être responsable de son mari en pleine dépression, son parent éloigné doit prendre le relais. S’en suit alors un road-trip californien, véritable délicatesse de vie posée sur les principes fondamentaux de notre génération. Sans vouloir dénoncer ou culpabiliser, NOS ÂMES D’ENFANTS se projette comme une fable sentimentaliste loin d’être niaise. Juste, naturelle, comme le sont les jeux des deux comédiens principaux. Après Beginners (2011) qui observait le coming-out d’un père à travers les yeux de son fils et 20th Century Women (2016) qui honorait les femmes et les mères, Mike Mills se questionne sur le XXIe siècle et le sens du mot famille. Sur ce que peut représenter le divorce, la monoparentalité et l’enfance né sous une décennie de technologie et de réchauffement climatique.

Joaquin Phoenix et Woody Norman ©Metropolitan Films

Dans la continuité de la légèreté apporté par le casting, la mise en scène et le scénario, NOS ÂMES D’ENFANTS s’affiche par logique dans le plus simple appareil. Un noir et blanc sublime qui met en valeur Los Angeles, New-York et la Nouvelle-Orléans de la plus belle des manières. L’oeil est attiré par les détails mais aussi par la globalité de ces paysages et de tous ces visages inconnus. Une chaleureuse photographie de l’irlandais Robbie Ryan à qui l’on doit les récents La Favorite (2018) de Yórgos Lánthimos ou encore l’image délicieuse d’American Honey (2016) d’Andrea Arnold qui avait remporté le Prix du Jury au Festival de Cannes. Un noir et blanc similaire au fantastique Roma (2018) d’Alfonso Cuarón. NOS ÂMES D’ENFANTS, simple oeuvre banale sur le papier se révèle pourtant comme un moment de tendresse intense et pudique dans nos salles de cinéma. Une nouvelle parenthèse visuelle et sentimentale signée A24 entres autres, à découvrir et partager autour de soi.

Robin

Note des lecteurs7 Notes
Titre original : C’mon C’mon
Réalisation : Mike Mills
Scénario : Mike Mills
Casting : Joaquin Phoenix, Gaby Hoffmann, Woody Norman
Date de sortie (France) : 26 janvier 2022
Durée : 1h48min
Genre : Drame
Nationalité : Américain
4
ÉMOUVANT

Écoutez-nous !

Rédacteur
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
0
Un avis sur cet article ?x
()
x