SPENSER CONFIDENTIAL signe la cinquième collaboration entre Peter Berg et Mark Wahlberg pour un buddy movie divertissant quoi que loin d’être mémorable.

Fidèle aux récentes évolutions de sa filmographie, Mark Wahlberg participe à un nouveau buddy movie devant la caméra de Peter Berg. Depuis quelques années, l’acteur américain a progressivement abandonné sa place de jeune espoir hollywoodien (Les Infiltrés, La Nuit nous appartient, Fighter…) pour s’enfoncer dans les méandres des films d’action aux réceptions plus que mitigées. Insatisfait de ses échecs consécutifs, l’acteur s’est ainsi tourné au début des années 2010 vers la comédie. Afin de redorer son blason, il a notamment pris le risque de s’imposer dans l’univers très particulier du buddy movie. Genre se déclinant à l’infini, ce dernier se caractérise par une camaraderie entre deux hommes que tout oppose. Very Bad Cops, Ted, No Pain No Gain, 2 Guns, Ted 2, Very Bad Dads… tous ces films revendiquent ainsi l’empreinte du buddy movie. En 2020, l’acteur américain nous fait donc enfin le plaisir d’abandonner son ours en peluche pour créer un duo atypique avec Winston Duke même si l’originalité semble avoir été également délaissée au passage.

Ancien membre de la police de Boston, Spenser (Mark Wahlberg) sort de prison après avoir purgé une peine pour avoir agressé son supérieur. Le soir de sa libération, ce dernier est mystérieusement retrouvé assassiné. Un coup dur pour l’ex-officier qui va bien évidemment se mettre en tête d’enquêter avec l’aide de son nouveau colocataire, Hawk (Winston Duke). Bien loin de l’alchimie de Mel Gibson et Danny Glover dans L’Arme fatale, SPENSER CONFIDENTIAL s’inscrit néanmoins dans le sous-genre très spécifique du buddy cop movie dans lequel l’un des deux héros est policier. Et ce, pour un scénario prévisible malheureusement rythmé par des scènes sans grande originalité.

Photo du film SPENSER CONFIDENTIAL

Netflix

Malgré une bonne volonté de vouloir se positionner en tant que nouveau leader dans le genre du buddy cop movie, SPENSER CONFIDENTIAL enchaîne malheureusement les clichés tout au long d’un scénario sans profondeur ni saveur. Peter Berg s’enlise ainsi dans une intrigue sinueuse qui n’a finalement aucun intérêt et où les corruptions sont aussi attendues que les séances de boxe de Mark Walhberg. Souffrant de nombreuses longueurs, le long-métrage ne permet donc pas à ce dernier de dévoiler l’étendue de son talent comique à défaut d’exhiber ses muscles. Mais malgré sa préparation physique, le film ne semble tenir que sur les épaules d’Alan Arkin (Henry Cimoli), seul personnage ayant un faux-semblant de caractère. Bien évidemment, ceci est sans compter sur le personnage horripilant d’Iliza Shlesinger (Cissy) qui est rapidement remplacée par un chien par Spenser… Mais n’est pas John Wick qui veut.

Néanmoins, en dépit de tous ses défauts, SPENSER CONFIDENTIAL reste un long-métrage tout à fait distrayant. Certes, le spectateur ne sera pas aussi hilare que devant Simon Pegg et Nick Frost dans Hot Fuzz, mais il sera très certainement diverti pendant 110 minutes. Mark Wahlberg et Winston Duke s’appliquent en effet à respecter les codes pour un résultat tout à fait acceptable à défaut d’être abouti.

Notre critique de HOT FUZZ

Photo du film SPENSER CONFIDENTIAL

Netflix

Au final, SPENSER CONFIDENTIAL reste un film d’action aussi divertissant que rapidement oubliable comme l’avait écrit le New York Times : « the movie may be an easily forgettable action comedy, but as a Mark Wahlberg vehicle it is also easily watchable. » Divertissement sans prétention, le long-métrage arrivera donc malgré tout à distraire les spectateurs désespérés par le confinement et en quête de légèreté.

Sarah Cerange

Votre avis ?

SPENSER CONFIDENTIAL, votre buddy movie de confinement - Critique
Titre original : Spenser confidential
Réalisation : Peter Berg
Scénario : Sean O'Keefe
Acteurs : Mark Wahlberg, Winston Duke, Alan Arkin
Date de sortie : 6 mars 2020
Durée : 111 min
2.0Distrayant
Avis des lecteurs 1 Avis

SPENSER CONFIDENTIAL, votre buddy movie de confinement – Critique

0