Dernière mise à jour:

Après avoir suivi le quotidien d’une famille préhistorique complètement déjantée et confrontée à la fin du monde dans LES CROODS, les studios Dreamworks nous invitent cette fois-ci à découvrir le quotidien de Théo alias TURBO, un escargot passionné de course automobile. Malheureusement sa condition de mollusque l’oblige à ressasser avec ses semblables les tomates d’un potager, rien de bien exaltant pour ce petit être assoiffé de vitesse et de sensations fortes.

Accoutumé à observer des courses de voitures, il ne s’attendait sûrement pas à être happé par l’une d’entre elles, quitte à absorber une dose de nitroglycérine ! Mais cet étrange accident l’a tout de même transformé en escargot supersonique, s’affranchissant de son statut de simple gastéropode pour aller narguer tous ceux qui ont titiller l’asphalte avant lui en leur démontrant sa nouvelle vitesse fulgurante !

Elle servira d’ailleurs à sauver son frère Chet, kidnappé par des corbeaux, ce qui les emmènera en plein cœur d’un petit centre commercial délabré où ils rencontreront Tito, vendeur de tacos et organisateur de courses d’escargots à ses heures perdues. Ce dernier comme Turbo, animés par un désir de reconnaissance et de succès vont se convaincre de courir les 500 miles d’Indianapolis, compétition automobile normalement réservée aux humains. Une idée qui n’est pas vraiment du goût de Chet et d’Angelo le frère de Tito, qui a défaut d’être réellement pessimistes tentent au mieux d’être réalistes, en insistant sur le fait que tous les rêves ne peuvent pas être réalisés et qu’il est parfois mieux de se contenter de ce que l’on a. Un parallèle fraternel humain/escargot intéressant et très bien mené.

Mise en scène vivace, avalanches de gags, musique entraînante et émotion, TURBO délivre de sérieuses doses d’adrénalines à s’offrir en 3D.

Malgré tout, le message véhiculé par Turbo est qu’il faut croire en ses rêves, peu importe ce que les gens diront pour stopper votre démarche, votre volonté et votre détermination prendra le dessus. Malgré cette morale convenue et son scénario prévisible, TURBO n’est jamais déplaisant premièrement grâce à ses personnages haut en couleurs, attachants et décalés formidablement doublés par un casting étonnant : Ryan Reynolds (LES CROODS), Paul Giamatti (PARKLAND), Michael Pena (GANGSTER SQUAD), Maya Rudolph (MES MEILLEURES AMIES), Michelle Rodriguez (FAST AND FURIOUS 6), Samuel L. Jackson (DJANGO UNCHAINED), Ken Jeong (VERY BAD TRIP) ou même le rappeur Snoop Dogg ! On se laisse entrainer avec plaisir dans leurs aventures plus cocasses les unes après les autres où ils parviennent à nous séduire de plus belle grâce à un humour ravageur.

Le rythme du film est égal à la détermination et à la vitesse de Turbo, c’est-à-dire effréné et intense. A l’omniprésence de l’humour s’ajoute des scènes de courses réellement nerveuses où l’on ressent pleinement la sensation de vitesse. Une immersion renforcée par de beaux effets de mise en scène, tâtant presque du jeu-vidéo. Et pour booster le tout nous avons droit a une bande-son hip-hop des plus plaisantes (Snoop Dogg, Run-DMC, Pharell Williams…) mais aussi au thème de Rocky, « The Eye of the Tiger » de Survivor, hymne absolu du dépassement de soi !

Mise en scène vivace, avalanches de gags, musique entraînante et émotion, TURBO délivre de sérieuses doses d’adrénalines à s’offrir en 3D. On en ressort avec l’agréable sensation d’avoir assisté à un mix entre CARS et FAST & FURIOUS. On pourrait même parler de RUSH en évoquant l’affrontement entre deux coureurs majeurs que tout oppose, bon ici c’est un franco-québecois égocentrique contre un …gastéropode. Mais ça compte quand même !

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Plus d'articles
TIEMPO DESPUÉS, futur (sur)réaliste – Critique