Considéré pendant un temps comme le fils spirituel de Tarkovski, Alexandr Sokourov s’est finalement lentement mais sûrement éloigné des influences du Maître du cinéma soviétique ; FRANCOFONIA pourrait presque ressembler à un Godard tardif, sur lequel on aurait greffé Jafar Panahi. Difficile de résumer la dernière réalisation de Sokourov, rencontre expérimentale, presque opaque, du roman historique, du traité politique, de l’essai artistique et d’un métadiscours philosophique.

On connaît Sokourov pour ses films à dispositif (l’unique plan-séquence de L’Arche Russe, le cadre confiné de Faust), mais avec cette nouvelle œuvre, son cinéaste semble plus composer qu’à son habitude. En résulte un montage patchwork, une écriture découpée, fonctionnant par paragraphe. FRANCOFONIA est une dissertation à la hiérarchie logique mais n’échappant pas à la digression, aux envolées lyriques, à l’ambiguïté de fond et à la pose égocentrique.

L’art, la dictature, la mémoire et le rôle de relais : Sokourov, après son Elégie de la traversée et L’arche russe, continue son cycle thématique sur l’importance du musée dans l’inconscient européen. Ce qu’il y a de plus perturbant dans cette approche de la collection du souvenir, c’est qu’elle possède deux visages : d’un côté, le plus évident puisque le cinéaste russe le répète inlassablement, est celui de sa propre fascination pour ces constructions mémorielles ; l’autre, traversant plus ou moins subtilement son texte, est une analyse politique schizophrène sur le poutinisme et l’état actuel de la politique européenne.

Photo du film FRANCOFONIA : LE LOUVRE SOUS L'OCCUPATION

© Sophie Dulac Distribution

FRANCOFONIA décompose son propos par illustrations, aux tons et aux caractéristiques d’origines et de techniques multiples – de l’image d’archive à la fiction, de la webcam à l’effondrement du quatrième mur. Sokourov réalise un fantastique travail en transcendant sa perspective à chaque changement de cadre, mais le véritable orfèvre est sans doute le chef opérateur Bruno Delbonnel, qui fait de l’image de son metteur en scène un outil malléable qu’il sublime à chaque seconde – et ce n’est pas seulement dû à la très réussie post-production.

“Avant d’être un film, FRANCOFONIA : LE LOUVRE SOUS L’OCCUPATION est une expérience.”

Mais le chemin emprunté par Sokourov présente rapidement ses limites. Dans la succession parfois un peu chaotique de la palette d’esprits qu’il s’amuse à mélanger, le spectateur pourra être laissé sur le carreau. Car avant d’être un film, FRANCOFONIA est une expérience, une tentative de cinéma ambitieuse, cryptique, singulière – l’essai est courageux, mais l’indigestion n’est jamais très loin. A trop vouloir jouer au malin, le Russe perd parfois de sa sincérité ; et les intentions politiques sonnent souvent faux.

Suivre @kamaradefifien

LES AUTRES SORTIES DU 14 OCTOBRE 2015

INFORMATIONS

Affiche du film FRANCOFONIA : LE LOUVRE SOUS L'OCCUPATION

Réalisation : Alexandr Sokourov
Scénario : Alexandr Sokurov
Acteurs principaux : Louis-Do de Lencquesaing, Benjamin Utzerath, Vincent Nemeth
Pays d’origine : France, Allemagne, Pays-Bas
Sortie : 11 novembre 2015
Durée : 1h28min
Distributeur : Sophie Dulac Distribution
Synopsis : 1940. Paris, ville occupée. Et si, dans le flot des bombardements, la guerre emportait La Vénus de Milo, La Joconde, Le Radeau de La Méduse ? Que deviendrait Paris sans son Louvre ?
Deux hommes que tout semble opposer – Jacques Jaujard, directeur du Louvre, et le Comte Franz Wolff-Metternich, nommé à la tête de la commission allemande pour la protection des œuvres d’art en France – s’allient pour préserver les trésors du Musée. Au fil du récit de cette histoire méconnue et d’une méditation humaniste sur l’art, le pouvoir et la civilisation, Alexandre Sokourov nous livre son portrait du Louvre.

BANDE-ANNONCE