Après des déboires avec ses supérieurs, le marshall Raylan Givens est muté au Kentucky, dont il est originaire. Là encore, ses méthodes assez peu orthodoxes et son style, très old school, vont faire des étincelles…

Note de l’Auteur

[rating:5/10]


Saison : 1
Nombre d’épisodes : 13
Format : 42 minutes
Date de 1ère diffusion aux USA : 16 mars 2010
Création :
Avec , ,
Bande-annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Justifed est le cas typique d’une série multipliant les bonnes idées mais n’arrivant jamais réellement à les exploiter correctement. En résulte une première saison en demi-teinte qui n’arrivera jamais à s’affirmer et à convaincre.

Après un premier épisode annonçant une saison haute en couleurs avec une introduction très western dans la mise en scène (atmosphère et personnages confondus), s’enlise dans la monotonie de situations se résumant à des regards filmés en gros plan, un coup de feu par ci par là et une intrigue qui patine dans la semoule. Seul le dernier épisode renoue un peu avec cette espérance suscitée par l’épisode pilote et nous prouvera que ce tâtonnement de l’intrigue n’était finalement pas laissé au hasard. Cela restera malheureusement trop peu pour nous arracher de cet endormissement progressif qui nous gagne à chaque nouvel épisode.

Que reste-il à sauver de cette série ? Pas grand-chose malheureusement hormis peut-être un générique bien travaillé qui retranscrit une ambiance qu’on aurait souhaité présente dans la série et un Timothy Olyphant toujours aussi charismatique qui tente tant bien que mal d’éviter le naufrage à Justified. La série repose uniquement sur ses épaules et ne semble même pas s’en cacher avec des seconds rôles d’une maigreur psychologique déroutante. Plus vide tu meurs ! Dommage car certains personnages méritaient d’être plus approfondis, notamment (, ) qui apparaît top peu fouillé pour être crédible un seul épisode.

Au final, Justified est un peu la coquille vide de cette année avec beaucoup de bruit et de poudre aux yeux pour pas grand-chose au final. La série se résume rapidement en un coup de feu, un petit coup vite fait bien fait dans une chambre d’hôtel et des dialogues d’une finesse inégalable. Dommage car sur le papier, ce western urbain promettait de rassasier l’appétit des amoureux du genre. Il n’en sera rien ! Espérons désormais que la deuxième saison trouve un meilleur angle d’approche et peaufine un scénario loin d’être creusé. Pas une mauvaise série, juste une série qui ne fait ni chaud ni froid.

Laisser votre avis

Veuillez vous connecter pour commenter
avatar
  S’abonner  
Me notifier des