Affiche de la série Arrow - Saison 1

Les nouvelles aventures de Green /Oliver Queen, combattant ultra efficace issu de l’univers de et surtout archer au talent fou, qui appartient notamment à la Justice League. Disparu en mer avec son père et sa petite amie, il est retrouvé vivant 5 ans plus tard sur une île près des côtes Chinoises. Mais il a changé : il est fort, courageux et déterminé à débarrasser Starling City de ses malfrats…

Note de l’Auteur

[rating:7/10]

Saisons : 1
Nombre d’épisodes : 23
Format : 42 minutes
Date de 1ère diffusion US : 10 Octobre 2012 (CW)
Date de 1ère diffusion FR : N/A
Titre original : Arrow
Création :
Avec , Susanna Thompson, Katie Cassidy, Colin Donnell, David Ramsey, Paul Blackthorne,

Bande-annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Sur le papier, j’étais prêt à détester Arrow. Non vraiment ! Tout d’abord, le héros n’est pas des plus originaux ou passionnants avec une sorte de vigilante millionnaire façon Batman qui se trimballe avec un arc et des flèches dans un contexte urbain : quand on voit le faible charisme que peut avoir un Hawkeye dans le film Avengers, il y a matière à s’inquiéter. De plus, l’ombre de pèse encore sur la chaîne qui diffuse la série (la CW) : principalement habituée aux séries adolescentes un peu sucrées et aux interprètes au physique flatteur, on est loin de séries du cable façon HBO, ni même de la pseudo-irrévérence de la FOX des débuts.

Force est de constater qu’Arrow surprend agréablement sur pas mal d’aspects. Alors bien sûr le casting a été fait suivant les critères esthétiques habituels de la CW, mais les acteurs et actrices sont assez adaptés à leurs personnages et, s’ils ne sont pas d’excellents comédiens, s’en sortent très bien, notamment le héros principal Stephen Amell. John Barrowman est également surprenant d’aise après ses prestations dans les séries britanniques Doctor Who et Torchwood.

Photo de la série Arrow - Saison 1

Ce qui est le plus étonnant en fait, c’est le côté “comic-book à la télé” très réussi. On est dans du pur pop-corn mais avec une trame narrative globale assez bien menée : les personnages ne sont pas manichéens, les flashbacks sont utilisés avec parcimonie et nourrissent l’intrigue, les scènes d’actions sont bien menées (surtout pour une série télé), les amourettes ne sont pas le centre de l’histoire… La violence reste en revanche très édulcorée même si bien plus présente que dans les autres séries de la chaîne et l’on reste, comme le genre le justifie souvent, dans le politiquement correct.

Arrow est un divertissement très honnête qui fait sans doute partie des meilleures surprises de la saison 2012-13 américaine.

La série prend le temps d’installer ses storylines. Elle fait revenir régulièrement certains personnages et certains ennemis pour leur donner plus d’épaisseur. De même, le réalisme souhaité par les producteurs de la série n’empêche pas pour autant d’intégrer des références du DC Universe, notamment en terme de protagonistes : Slade Wilson, Roy Harper, Huntress, Deadshot, etc… Bref, outre la qualité en terme de divertissement, Arrow se paye le luxe d’embarquer avec lui les aficionados de comic-book, là où Smallville était carrément passé à côté (au moins dans ses premières saisons).

Arrow peut arguer qu’elle est, malgré quelques “défauts” de production inhérente à son diffuseur, la meilleure série de super-héros depuis… depuis… Depuis très longtemps en fait. Elle installe ses personnages, elle propose de vrais combats et se paie même le luxe de tabler efficacement sur des thèmes typiques des histoires super-héroïques comme le sens du devoir et du sacrifice, la double identité, etc. Bref, Arrow est un divertissement très honnête qui fait sans doute partie des meilleures surprises de la saison 2012-13 américaine.

Photo de la série Arrow - Saison 1