Lorsqu’un agent secret est viré, il ne reçoit pas une lettre des ressources humaines, mais une «  ». Sans en connaître la raison, l’ex-espion Michael Westen en a été victime et le gouvernement en a fait un indésirable. Aidé de son ex petite amie et de son ancien partenaire, Michael cherche à savoir pourquoi il a été mis sur la touche, pourquoi il a été ainsi éliminé. Pour parvenir à ses fins, il ne peut employer les méthodes habituelles et doit éviter à tout prix d’attirer l’attention de ses anciens collègues espions. Afin de financer son enquête personnelle, il propose ses services à ceux que le police ne peut pas, ou ne veut pas, aider…

Note de l’Auteur

[rating:7/10]


Saison : 1
Nombre d’épisodes : 12
Format : 42 minutes
Date de 1ère diffusion en France : 05 février 2009
Création :
Avec , ,
Bande-annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Parfois il y a des séries comprenant beaucoup de promesses et de belles paroles mais qui n’arrivent pas du tout à attirer notre attention et parfois il y a d’autres séries, plus réservées et moins prétentieuses, qui arrivent à nous capter et à nous scotcher au fauteuil du premier coup. Burn Notice appartient à cette seconde catégorie.

Doté d’un scénario pour le moins banal (un espion cherche par tous les moyens à découvrir qui l’a évincé du système), Burn Notice séduit par une brochette d’acteurs intéressante, des dialogues fins et raffinés et des situations jonglant parfaitement entre la comédie et l’action. Dès le premier épisode, la mayonnaise prend : les relations entre notre trio de têtes brulées font mouche à chaque fois et gagnent en profondeur au fil des épisodes pour se terminer en apothéose lors du dernier double épisode de cette première saison. Jeffrey Donovan et Gabrielle Anwar se la jouent « je t’aime moi non plus » avec une crédibilité qui ne décroît pas et Bruce Campbell (ah Bruce Campbell ! L’immortel ! Le dieu de toute une génération !) remplit parfaitement son rôle de guignol tête à claque de première classe. Un rôle de composition ? Mon petit doigt me dit qu’il n’a pas du aller chercher très loin pour s’imprégner de son personnage…

Au niveau de l’intrigue, les révélations arrivent au compte-goutte, l’ambiance prend le temps de s’installer en douceur et notre cher héros n’ayant plus le contrôle de sa carte bleue, chaque épisode développe une sorte de mini histoire dans laquelle on le voit remplir un contrat pour une personne lambda. Ces contrats permettent d’exploiter au maximum le filon action/comédie et permettent par la même occasion d’apercevoir des stars d’hier comme (). Petit plus non négligeable surtout quand ces icônes du passé se prêtent au jeu et n’hésitent pas à se tourner en dérision un peu comme le fait désormais Bruce Campbell.

Au final, Burn Notice a tout du divertissement idéal pour l’été : une intrigue qui gagne en puissance, des acteurs déclenchant toute notre sympathie, de l’humour, de l’action… Le tout dans l’atmosphère survoltée d’un Miami tout feu tout flamme. Un véritable bol d’air frais dans lequel on replongerait volontiers une seconde saison.