Le final de la saison 4 est trop grand pour nous faire replonger dans l’ennui…

Note de l’Auteur

[rating:6/10]

Saison : 4
Année de production : 2009
Création : James Manos Jr.
Avec Michael C. Hall, Jennifer Carpenter, Julie Benz
Bande-Annonce :

Après 3 saisons notre tueur en série favori s’essouffle !
La saison 4 est diffusée sur la chaîne américaine Showtime depuis quelques semaines et touche déjà à sa fin. Diffusée depuis 2007 chez nous sur Canal+, la première saison était tout simplement parfaite et a bénéficié d’une très bonne audience. Au fil des saisons, on se rend compte d’une certaine redondance dans le dénouement : un nouveau tueur en ville, Dexter le traque, manque de se faire prendre par ses collègues, s’en sort bien et hop, happy end. Au bout de trois saisons on se lasse un peu de ce dénouement, et j’avoue avoir commencé cette quatrième saison en me disant que j’allais juste regarder « si j’ai le temps », rien de bien spectaculaire, de toute façon je connais la fin.

Première innovation : le générique du premier épisode, il annonce la couleur, cette saison sera axée sur la nouvelle vie de Dexter, sa vie de famille… Bref, je sens que je vais m’ennuyer… Et en effet, c’est ça. Ça dévoile la vie privée d’un peu tous les personnages, surtout leurs vies sentimentales, des nouveaux couples dans la brigade, des « ex » qui reviennent, des petites copines un peu douteuses… Et bien sur là-dedans, des meurtriers et leurs victimes. Certes, ça peut plaire, moi je trouve que ça donne un aspect un peu plus niais à la série qui se veut être un drame policier. Si je veux du niais de ce genre je regarde Desperate Housewives, ça ne colle pas à Dexter.

Ce coté un peu pompant est heureusement relevé par l’intrigue réellement révélée qu’à la moitié de la saison, que Dexter n’aborde pas de manière habituelle et passe une phase d’observation qui nous permet d’en apprendre un peu plus sur ses doutes concernant la gestion de ses vies parallèles. Il voit en Trinity son propre double, jonglant aussi avec vie de famille et crimes en série. Ce qui l’amène à changer ses méthodes, pourtant bien rodées, avec tous les risques qui en découlent. Généralement sûr de sa victime, il commet plusieurs erreurs qui mèneront au triste final car c’est certain, il ne maitrise plus grand chose dans cette saison, il patauge.

[pullquote]Bref, de cette saison, on en retiendra seulement une partie et quelques épisodes clefs.[/pullquote] Le premier lance en quelque sorte la réelle intrigue : deux coups de feux, deux personnages au sol (épisode 4). Le second, quand un secret est à deux doigts d’éclater (épisode 10) et, oh étonnement ! Le dernier ! Et non, pas de dénouement classique, la fin nous scotche, J’ai regardé les dernières minutes la bouche ouverte. Maintenant c’est certain, on attend énormément de la saison 5 (prévue pour octobre 2010 aux USA) et il ne faudra surtout pas nous décevoir messieurs les scénaristes, le final de la saison 4 est trop grand pour nous faire replonger dans l’ennui…