Au fin fond du Maine, aux Etats-Unis, Haven est une ville où les malédictions ont sévi pendant plusieurs décennies. L’agent du FBI Audrey Parker est chargé d’enquêter sur d’étranges phénomènes surnaturels qui ont refait surface récemment…

Note de l’Auteur

[rating:3/10]


Saison : 1
Nombre d’épisodes : 13
Format : 42 minutes
Date de 1ère diffusion en France : 26 octobre 2010
Création : Scott Shepherd
Avec Eric Balfour, Lucas Bryant, Emily Rose
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

De nos jours il devient de plus en plus difficile pour une série de perdurer dans le conscient collectif comme une création originale que l’on a envie de suivre au fil des années. L’oubli plane comme une épée de Damoclès sur la tête des scénaristes et du ou des réalisateurs qui ne redoutent qu’une seule sanction : l’annulation. C’est malheureusement ce que risque de connaître Haven, la nouvelle série fantastique à soi-disant suspense.

Associer le nom de Stephen King a toujours un petit quelque chose de stimulant. Le spectateur hésite, doute de son choix car il peut se poser devant l’une de ses nombreuses adaptations pour apercevoir soit un chef-d’œuvre s’il est chanceux soit un navet dans les règles de l’art. Adapter ce romancier à succès est une chose aisée tant son univers est magnétique et riche mais le faire de manière correcte est beaucoup plus difficile tout à coup. Les réussites peuvent se compter sur les doigts de nos deux mains. La Ligne Verte, The Mist, Christine, Cujo, Shining, Carrie, Misery et j’en passe font partie de ces pépites que l’on ne se lassera jamais de regarder encore et encore. D’un autre côté, les échecs fusent et ne se privent pas pour porter préjudice à l’œuvre originelle. Haven appartient malheureusement à cette seconde catégorie.

Librement adaptée du roman « The Colorado Kid », Haven nous conte l’histoire d’une jeune recrue du FBI venant enquêter dans une petite ville banale comme en comptent par milliers les États-Unis. Seulement voilà, une fois sur place, Audrey Parker retrouve de mystérieuse trace de son passé, passé qu’elle n’a jamais réellement connu. S’en suivra 13 épisodes où le fantastique sera de vigueur. De là, on pourra aisément en convenir, sur le papier, Haven a de quoi séduire les amateurs mais une bonne idée n’accouche pas toujours du résultat escompté. Haven en est un cruel exemple.

Car loin d’être totalement mauvaise, Haven ne surprend à aucun moment et la seule phrase qui nous vient à l’esprit la première saison achevée avec un twist risible au possible est « Tout ça… pour ça ! ». La frustration de se dire que l’on aurait pu passer du premier épisode au dernier sans rien rater et donc d’avoir perdu notre temps se fait ressentir. Les acteurs sont tout juste passables, les stéréotypes fusent à grande vitesse et les effets visuels sont une fois sur deux médiocres. Haven n’est ni plus ni moins qu’un concentré de bonnes intentions exploitées avec les pieds. Espérons que les choses changent avec une seconde saison déjà confirmée ou cette série, loin d’être la première et la dernière, signera sa propre mise à mort.