Le Dr Cal Lightman est un scientifique spécialisé dans la détection du mensonge. Qui que vous soyez, il sait si vous dites ou non la vérité… Véritable détecteur de mensonges fait homme, il sait décrypter sur un visage, dans une attitude ou au son d’une voix, la fausseté et le secret. Cette extraordinaire aptitude l’aide tout particulièrement dans les enquêtes criminelles qu’il résout au sein de son agence de détectives privés. Mais, dans sa vie privée, c’est une toute autre histoire…

Note de l’Auteur

[rating:6/10]

Saison : 1
Nombre d’épisodes : 13
Format : 42 minutes
Date de 1ère diffusion US : 21 janvier 2009
Date de 1ère diffusion FR : 29 avril 2010 sur M6
Création : Sam Baum
Avec Tim Roth, Kelli Williams, Brendan Hines
Générique :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Quand on entend parler de la venue d’une nouvelle série comme Lie To Me sur le petit écran, un certain regret se fait ressentir. En effet, Lie To Me est une série de plus ayant pour rouage principal un expert qui tentera grâce à une spécialité qui le rend unique aux yeux de tous (un peu comme Mentalist, Bones, Médium et j’en passe) de démasquer de vils personnages ayant basculés du côté obscur de la force. Pas de quoi faire des bonds de dix mètres donc avec cette série. Et pourtant… Lie To Me possède un petit quelque chose qui le fait sortir du lot (le temps d’une saison en tout cas).

L’attrait principal d’une série comme Lie To Me est indiscutablement la présence (quasi inconcevable) d’une personnalité comme Tim Roth. Acteur fétiche de Quentin Tarantino, le charisme et le talent de ce britannique ne sont plus à prouver. Mais que vient-il donc faire ici ? N’a-t-il pas eu de choix plus alléchant ? A-t-il des problèmes d’impôts ? Et bien les mauvaises langues qui pensèrent de telles choses seront vite rassurées car le créateur Sam Baum a donné un rôle à la mesure de son talent : les dialogues sont succulents (à condition de ne pas regarder l‘horrible version française qui dénature complètement l’esprit du personnage et enlève cet accent britannique qui le rend incontournable), les mises en situations sont bien souvent jouissives… l’acteur se fait plaisir et nous fait plaisir par la même occasion. Comme quoi, la Roth-mania n’a rien perdu de sa superbe.

Second gros point fort de la série : son approche scientifique basée sur la connaissance approfondie de l’attitude et des traits du visage pour « démasquer » la vérité. Outre les gestuelles et autres mimiques qui sautent aux yeux et que tout le monde connaît, Lie To Me met sous le feu des projecteurs sur des émotions, des petits détails qui ne sautent pas aux yeux dans l’immédiat. Approche très intéressante que les spectateurs pourront essayer de découvrir l’efficacité dans leur quotidien (attention : l’abus de cette méthode peut entrainer des querelles conjugales dévastatrices).

Maintenant, ce même concept qui donne sa saveur à cette série est également sa plus grosse ennemie. Dès la première saison, les intrigues se suivent à finissent par se ressembler. Le dénouement est toujours le même (il a froncé les sourcils donc c’est lui le tueur, son petit doigt est crispé il doit être dans le coup…), l’approche ne change jamais et seuls un ou deux épisodes retiendront définitivement notre attention en sortant plus ou moins du lot. Trop peu pour une série qui en plus ne dure que 13 épisodes et qui risque malheureusement de s’évaporer aussi vite qu’elle est arrivée. Reste désormais à faire confiance aux scénaristes pour qu’ils arrivent à sortir des sentiers battus en nous proposant une nouvelle recette. Affaire à suivre…