Et si la Norvège, grande productrice de pétrole, cessait toutes ses exportations au profit d’une énergie renouvelable révolutionnaire ?

Tel est le postulat d’OCCUPIED, série venue de Scandinavie, tout comme ses excellentes consœurs Borgen ou The Killing. Incontestablement, les scénaristes venus du froid ont un réel talent pour poser les bonnes questions-qui-fâchent. Les ressources naturelles et leur utilisation sont au cœur du débat de la COP 21, tandis qu’OCCUPIED développe un scénario catastrophe diablement plausible : l’invasion de la Norvège par les Russes en représailles de la cessation de production de pétrole. Encore plus glaçant, cette Russie est soutenue par un puissant lobby européen, bien déterminé à ne pas renoncer au pétrole et aux profits qu’il en dégage. Progressivement, nous assistons, pétrifiés,  à l’occupation officieuse et rampante des Russes, à travers quatre personnages : le premier ministre norvégien (), devant faire face à l’invasion tout en renonçant à ses promesses électorales écologiques ; son garde du corps (), mis dans une position équivoque quand on lui demande de protéger les membres du contingent russe ; un journaliste d’investigation () dénonçant l’ingérence et sa compagne (), restauratrice, qui voit de nombreux clients russes affluer dans son restaurant auparavant mal en point. Cet échantillon de personnages, qui se croisent à plusieurs reprises, décrit à merveille les diverses réactions face à l’envahisseur. Comment 5 millions de Norvégiens peuvent-ils résister à l’invasion ? Doivent-ils résister ou se soumettre ? C’est le cœur du problème de cette série d’anticipation écologique, unique en son genre, dont les multiples rebondissements par épisodes ne nous lâchent jamais.

Photo de la série OCCUPIED

© Aksel Jermstad

OCCUPIED vire en effet très vite au thriller politique. Les situations auxquelles les personnages principaux sont confrontés amènent leur lot de suspens, que ce soit le kidnapping d’un important personnage politique, une tentative de meurtre ou les menaces d’un groupuscule. De plus, l’ingérence des Russes grandit au moindre incident. Ingérence systématiquement justifiée, avec un aplomb révoltant, par une inquiétante ambassadrice (Ingeborga Dapkūnaitė, délicieusement détestable). Petit à petit, le spectateur devient Norvégien et appelle à la Résistance ! Chaque épisode, d’une grande densité dramatique et soutenu par une mise en scène dynamique, complexifie la situation, créant ainsi un excellent scénario à tiroir, souvent imprévisible. Les créateurs, , et ,  maintiennent un intérêt constant durant cette première (et unique ?) saison. La photographie suit sans cesse le rythme de l’intrigue, tantôt stable, tantôt mobile. Le casting est excellent et les acteurs justes. La série est à déguster en version originale si possible, pour plus de saveur et pour un dépaysement total !

« Incontestablement, avec OCCUPIED, les scénaristes venus du froid ont un réel talent pour poser les bonnes questions qui fâchent. »

OCCUPIED , par son intelligence et son aspect novateur, nous rappelle qu’une prise de conscience urgente concernant l’utilisation des ressources ne sera possible qu’avec le consentement des politiques…et des puissants lobbys qui ne considèrent que leurs propres intérêts. A voir absolument, tant pour la réflexion que pour la tension que crée cette série produite par la France, la Suède et la Norvège.

Suivre @CarnetsCritique

INFORMATIONS

Affiche de la série OCCUPIED

Saisons : 1
Nombre d’épisodes : 10
Format : 42 minutes
Date de 1ère diffusion Norvège : 4 octobre 2015 (TV2)
Date de 1ère diffusion FR : 19 novembre 2015 ( – en cours de diffusion)
Distribution : Arte
Titre original : Okkupert
Création : Erik Skjoldbjaerg ,Jo Nesbø et Karianne Lund
Avec :  Henrik Mestad, Eldar Skar, Vegar Hoel, Ane Dahl Torp

BANDE-ANNONCE