Construire une série est un exercice périlleux, semé d’embûches en tout genre. Il faut pouvoir développer une intrigue qui pousse les spectateurs à avoir envie d’en découvrir la suite tout en gardant une alchimie, une ligne directrice claire. Beaucoup de séries ont été contestées pour s’enfoncer dans une routine fatale. A d’autres, on a reproché leur brusque changement de bord. RECTIFY réussit à conserver sa trame d’origine en y apportant de petites transformations au fur et à mesure des épisodes. Dans sa constance et sa maturité, la série me rappelle Les Sopranos ou Breaking Bad par sa capacité à explorer avec minutie et profondeur un univers particulier, d’aller jusqu’au bout des choses. Pas besoin de grandes scènes d’action ou de revirements scénaristiques invraisemblables pour tenir les téléspectateurs en haleine, simplement la série joue sur ses atouts sans chercher à trop faire. Son honnêteté et son dénuement nous plongent dans le quotidien d’une famille déchirée sans vouloir privilégier un point de vue en particulier.

Réduite à seulement six épisodes, cette troisième saison reprend juste après la signature du plea deal. Désireux de laisser son passé derrière lui, Daniel reconnaît avoir violé et assassiné Hanna pour éviter un nouveau procès et les interminables complications qui s’ensuivraient. Une décision qui plonge ses proches dans un profond désarroi, surtout Amantha (la fragile et magnifique aperçu dans les saisons 2 de Suits et True Détective et dans Avengers : L’Ère d’Ultron), qui a passé sa vie à se battre pour que son frère soit reconnu innocent. Un effort que Daniel vient d’annihiler sans vraiment se rendre compte de la portée dévastatrice de son geste. Dans RECTIFY, l’important n’est pas de savoir si Daniel est oui ou non coupable, mais de quelle manière ses proches et lui-même peuvent reconstruire leurs existences après une expérience aussi traumatisante.

Photo de la série RECTIFY - Saison 3

© Channel

Le casting, principal artisan du succès de la série, n’évolue pas. En effet, les showrunners ont bien compris qu’il n’y avait aucun intérêt à rajouter de nouveaux personnages quand ceux présents possèdent des personnalités suffisamment complexes et ne demandent qu’à être explorés plus en profondeur. Aden Young continue son récital. Ses tentatives maladroites afin de s’intégrer dans une société qui le considère comme un paria sont magnifiques de courage bien qu’elles soient vouées à l’échec. Ainsi même au sein de sa propre famille les relations avec ses proches sont parfois tendues. Piégé dans des relations inégales, Daniel doit faire face à la virulence de son beau-frère, au mal-aise de son beau-père ou pire encore à la pitié de sa mère et au rejet de sa sœur. Ne sachant jamais sur quel pied danser, il tente malgré tout de suivre son petit bout de chemin.

« La saison 3 de RECTIFY atteint une beauté rarement égalée sur le petit écran. Dénuement, sincérité, maturité, tout y est ! »

Sa réinsertion est un processus long, malaisé, truffé de rechutes, mais qui exerce sur nous une fascination remarquable, difficilement compréhensible mais indéniable. Sans jamais tomber dans le voyeurisme, RECTIFY nous donne l’opportunité d’observer le monde tel qu’il apparaît aux yeux de Daniel. On comprend que les priorités ne sont pas les mêmes (l’épisode où il tient absolument à finir de repeindre la piscine), que si longtemps brimé, il ne s’autorise plus aux moindres rêves, et que chaque petits plaisirs de la vie quotidienne, même de courte durée, est pour lui une source de joie intense.
L’intrigue principale demeure d’une qualité rare, mais les scénaristes ne se sont pas reposés sur leurs lauriers et continuent d’approfondir les autres protagonistes. La séparation de Tawney (Abigail Spencer) et Teddy (), qui s’était dessinée à cause de Daniel, prend une ampleur inattendue et nous maintient en haleine. Mélange de dureté, de regrets, de choix à effectuer, de peur de l’inconnu, les deux acteurs nous émerveillent par leur prestation d’une grande sensibilité.

Photo de la série RECTIFY - Saison 3

© Sundance Channel

Le dernier épisode laisse entrevoir de belles promesses pour la suite avec un nouveau départ pour notre anti-héros qui va continuer sa réinsertion loin de son sombre passé. Nul doute que la renaissance de Daniel va permettre à la série de se renouveler tout en gardant son ossature et ses idées.

La saison 3 de RECTIFY atteint une beauté rarement égalée sur le petit écran. Dénuement, sincérité, maturité, tout y est ! Daniel est un personnage à part, plein de bonne volonté et de courage mais néanmoins perdu dans un monde qui ne l’a pas attendu pour continuer à avancer. Rarement un personnage n’aura provoqué une si grand empathie en dévoilant à ce point ses faiblesses. Le seul personnage similaire qui me vient à l’esprit est le héros de la série fantasy L’Assassin Royal de Robin Hobb, Fitz Chevalerie.

INFORMATIONS

Affiche de la série RECTIFY - Saison 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Titre original : Rectify – saison 3
Créateur :
Acteurs principaux : , Abigail Spencer, Clayne Crawford, , , , Bruce McKinnon
Pays d’origine : États-Unis
Date de diffusion : Juillet-Août 2015
Format : 6×45 minutes
Diffuseur : Sundance (U.S.A)/Arte (France)
Synopsis : Après 19 années passées en prison pour viol et meurtre, Daniel Holden est finalement disculpé grâce à des analyses ADN. De retour dans sa ville natale, cet homme, qui n’avait que 18 ans lorsqu’il avait été emprisonné et condamné à mort, tente de se reconstruire une nouvelle vie. Pas évident quand ton entourage te considère toujours comme un criminel et qu’on a passé ces dernières années à attendre la mort !

 

 

 

 

 

BANDE-ANNONCE