Un groupe de jeunes adolescents britanniques vivent à Bristol et font leurs premières expériences du monde adulte, en se déchirant autour de sujets comme la religion, la sexualité, la drogue, les déséquilibres alimentaires…

Note de l’Auteur

[rating:7/10]


Saison : 4
Nombre d’épisodes : 8 épisodes
Format : 45 minutes
Date de 1ère diffusion en France : 06 décembre 2007
Création : Jamie Brittain, Bryan Elsley
Avec Kaya Scodelario, Lisa Backwell, Jack O’Connell (II)
Bande-annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Quatrième saison de cette série britannique qui continue sur le même schéma narratif : une première saison délirante principalement axée sur une comédie brut de décoffrage et une seconde saison plus psychologique qui met la dramaturgie sous le feu des projecteurs. Ceux qui savent compter en conviendront donc, cette quatrième saison sera pleinement dramatique ou ne sera pas ! Cependant a contrario d’une seconde saison qui combinait plus ou moins ensemble drame et comique pour ne pas trop bouleverser les spectateurs, cette saison-ci, exception faite d’un ou deux épisodes, met pleinement l’accent sur le drame. Chaque protagoniste laisse apparaître sa zone d’ombre qu’il tentait de cacher auparavant et se laisse aller à quelques confidences. Tromperies, drames familiaux et internements seront de la partie.

Malheureusement, si les personnages éveillent toujours autant notre intérêt avec une personnalité propre à chacun, on pourra regretter une légère similitude avec les deux premières saisons. Sans dévoiler les grandes lignes et gâcher inutilement le plaisir de ceux qui n’ont pas encore vu cette saison, il conviendra de dire uniquement que la surprise ne sera pas aussi importante que lors de certains twists antérieurs. La faute aux scénaristes qui par soucis de rapidité ou par simple fainéantise ont réitéré les grands axes narratifs qu’ils avaient utilisé auparavant. Dommage car rien ne surprend, les virages annoncés ne sont pas aussi dangereux qu’ils auraient pu l’être et un léger arrière-goût de bâclé pourra se faire ressentir lors du dernier épisode.

Néanmoins, le plaisir est toujours de la partie et même si Skins ne surprend plus, il ne déçoit pas et rien que pour cela il convient de lui tirer notre chapeau. Sans trop d’artifices, sans un budget pharamineux, la série britannique est parvenue à captiver notre attention sans sourciller et cela malgré quatre saisons à son compteur. C’est tout à son honneur quand on regarde les autres séries diffusées qui partent tambour battant pour finalement rater le coche deux ou trois saisons plus tard. Skins n’est donc pas un chef-d’œuvre à proprement parler mais avec elle le mot divertissement prend tout son sens. Une chose est désormais sûre, son futur remake américain aura fort à faire pour lui arriver à la cheville. Wait & See.

Print Friendly, PDF & Email

1
Laisser un commentaire

Please Login to comment
avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Viic' Recent comment authors
  S'abonner  
Récents Anciens Populaires
Notifications :
Viic'
Invité
Viic'

Bonjour, Esque c’est possible de savoir la date de sortie de la saison 4 (version française) de Skins ??

Merce :)

[critique série] Skins – Saison 4

1