Affiche de la série SPARTACUS

Dans la foulée de la fuite sanglante de la Maison de Batiatus qui a conclu la série : Le Sang des gladiateurs, la rébellion de gladiateurs se poursuit et la crainte s’installe dans la République romaine. Gaius Claudius Glaber et ses troupes sont envoyés à Capoue pour écraser la bande croissante d’esclaves libres que conduit avant que celle-ci puisse causer des dégâts supplémentaires. est confronté au choix de satisfaire son besoin de vengeance personnelle contre l’homme qui a conduit sa femme à l’esclavage et la mort ou faire tous les sacrifices nécessaires pour garder son armée au complet. Contenant des scènes d’action sanglantes, de la sexualité exotique, la vilenie et l’héroïsme venus distinguer la série, les aventures de reprendront de manière épique.

Note de l’Auteur

[rating:9/10]

Saisons : 2
Nombre d’épisodes : 10
Format : 60 minutes
Date de 1ère diffusion US : 27 janvier 2012 sur Starz
Date de 1ère diffusion FR : prochainement
Titre original :
Création :
Avec , , , , ,

Bande-annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Subissant un revers inattendu avec la mort de son personnage central dès la fin de la première saison, les producteurs de Spartacus avaient eu la brillante idée de faire un mini préquel de six épisodes le temps de relever la tête hors de l’eau. Sans pour autant être aussi délicieux que la première saison, ce dernier était néanmoins un succulent divertissement dans lequel nous ne pouvions cacher notre joie de revoir les personnages clés de la série. Ce préquel terminé, il était temps de passer à la seconde saison, celle où tout allait se jouer. Spartacus allait-il continuer à éblouir les spectateurs ou allait-il se perdre et passer dans la catégorie des calamités qui auraient du s’arrêter plus tôt ? Levée de rideau.

Dès les premières minutes le ton est donné et l’on sait clairement dans quel spectacle on va s’embarquer. Cette seconde saison est une véritable tuerie ! Violente, sensuelle et narrée à la perfection, elle balaie d’un seul revers de la main les craintes de chacun en nous prouvant de la plus belle des façon que l’équipe entière n’a rien perdu de sa superbe. Chaque épisode est un régal pour nos papilles gustatives qui nous poussera à en demander plus, toujours plus. La transition d’esclaves à hommes libres permet d’évoluer désormais en dehors des murs de l’arène et de combattre en plein air les soldats de l’impitoyable armée romaine. Les combats n’ont rien perdu de leur nervosité, bien au contraire, et donnent naissance à des séquences plus sanglantes et épiques les unes que les autres.

Photo (1) de la série SPARTACUS

Divinement orchestrée, sensuelle, nerveuse, épique, jubilatoire, cette seconde saison manque de qualificatif tant le résultat dépasse de très loin nos attentes.

Le scénario fait passer le spectateur par toutes les émotions possibles et inimaginables, prend de surprenants virages, ne stagne jamais au point de lâcher son emprise sur un spectateur sans cesse sur le qui-vive. C’est là la principale qualité du show comme Spartacus. Étant un divertissement dopé à la testostérone, un scénario d’une simplicité presque enfantine était à prévoir. Que nenni, les scénaristes se sont creusés les méninges sur chaque épisode. Si l’on ajoute à cela un casting aussi sauvage qu’électrisant, le résultat risque d’en faire baver plus d’un. Chaque protagoniste joue son rôle à la perfection malgré une sensation de stéréotype permanente en aucun cas gênante et bien que le nouveau Spartacus ne possède pas le charisme de son prédécesseur et manque par moment de crédibilité, il peut aisément se vanter de s’en être sorti avec les honneurs.

En bref, divinement orchestrée, sensuelle, nerveuse, épique, jubilatoire, cette seconde saison manque de qualificatif tant le résultat dépasse de très loin nos attentes. Du très grand spectacle clouant chaque spectateur à son fauteuil. Vivement la troisième saison !

Photo (2) de la série SPARTACUS