Affiche de la série True Blood - Saison 4

Ayant trouvé un substitut pour se nourrir sans tuer (du sang synthétique), les vampires vivent désormais parmi les humains. Sookie, une serveuse capable de lire dans les esprits, tombe sous le charme de Bill, un mystérieux vampire. Une rencontre qui bouleverse la vie de la jeune femme…

Note de l’Auteur

[rating:7/10]

Saison : 4
Nombre d’épisodes : 12
Format : 52 minutes
Date de 1ère diffusion US : 26 juin 2011 (HBO)
Titre original :
Création :
Avec , ,
Trailer VO de la saison :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Pour moi, True Blood est un véritable paradoxe. Je m’explique. Cela fait trois saisons que scénaristes et réalisateurs s’attardent à nous en mettre plein les yeux avec pas grand chose. Quand on y pense, il ne se passe pas tellement de choses dans chaque saison, saison qui retrace généralement le quotidien durant quatre à cinq jours (jamais plus) des habitants de Bon Temps. Et c’est là que les scénaristes ont fait très fort. Là où une autre série nous aurait très vite lassé avec le même procédé, True Blood capte notre entière attention à chaque nouvel épisode. Car si l’on fait le tri entre les dialogues inutiles, les longueurs et le manque d’action permanent, il n’y a que dix minutes intéressantes dans chaque épisode mais celles-ci sont tellement bien réparties que la magie opère. Cette quatrième saison ne dérogera pas à cette règle. [pullquote]True Blood reste et restera longtemps une série magnétique à l’atmosphère bestiale et sexuelle qui redore son blason aux vampires quand d’autres niaiseries dont je ne citerais pas le nom s’en donnent à coeur joie pour le salir.[/pullquote]

Après les vampires, les loups-garous, les panthères-garous, les déesses et les métamorphes, True Blood incorpore de nouvelles espèces à un bestiaire déjà bien remplit : les fées, les sorcières et les médiums. Si la première espèce rajoutée apparaît plus comme une véritable arnaque pour le moment (peut-être que la cinquième saison fera taire mes propos…), c’est du côté des sorcières et des médiums que True Blood arrivera à nous convaincre. Lafayette et Jésus deviennent les personnages récurrents au fil des épisodes et sans tomber dans le spoiler, l’apparition des sorcières sera jouissive au regard de la pagaille qu’elle va instaurer dans le monde de ces êtres à dents pointues. Spiritisme, légendes espagnoles et mexicaines viendront pimenter l’ensemble.

Photo (1) de la série True Blood - Saison 4

Hormis cela, cette quatrième saison continue son train-train quotidien. Le triptyque amoureux de Sookie se transforme cette fois en quatuor, Jason est toujours là où il ne faut pas et ce que je trouve décevant c’est l’ellipse temporelle du début. Les scénaristes ne sachant certainement pas comment changer certaines habitudes des habitants de Bon Temps (par exemple le shérif Bellefleur ou encore ce cher Bill), ils ont simplement sauté un peu plus d’une année avec comme motif le voyage de Sookie au pays des fées (et oui, 5 minutes représentent en réalité une année ! Il fallait s’en douter).

Malgré cela, True Blood reste et restera longtemps une série magnétique à l’atmosphère bestiale et sexuelle qui redore son blason aux vampires quand d’autres niaiseries dont je ne citerais pas le nom s’en donnent à coeur joie pour le salir.

Photo (2) de la série True Blood - Saison 4