Quatre mois après le tragique accident de voiture qui a tué leurs parents, Elena Gilbert, 17 ans, et son frère Jeremy, 15 ans, essaient encore de s’adapter à cette nouvelle réalité. Belle et populaire, l’adolescente poursuit ses études au Mystic Falls High en s’efforçant de masquer son chagrin. Elena est immédiatement fascinée par Stefan et Damon Salvatore, deux frères que tout oppose. Elle ne tarde pas à découvrir qu’ils sont en fait des vampires…

Note de l’Auteur

[rating:6/10]


Saison : 1
Nombre d’épisodes : 22
Format : 42 minutes
Date de 1ère diffusion aux USA : 10 septembre 2009
Création : ,
Avec , ,
Bande-annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Voguant sur la vague vampirique remise sérieusement sous le feu des projecteurs avec la saga et la série à succès a tout de l’entre-deux parfait. Pas aussi mauvais qu’un Twilight avec lequel la série comporte de nombreux points communs comme ce triptyque amoureux unissant les caractères entre eux et pas aussi sérieux et adulte qu’un True Blood, cette création signée Kevin Williamson et Julie Plec s’affirme dès les premiers épisodes comme une série pour adolescents surfant sur le mythe de ces suceurs de sang aux dents longues. Et il faut bien reconnaître qu’elle s’en sort plutôt bien.

Savant exactement comment toucher son cœur de cible, Vampire Diaries est un peu comme un catalogue de tendances et des centres d’intérêts des jeunes. Absolument tout y passe : du mythe du vampire vu en long, en large et en travers aux phénomènes paranormaux comme le spiritisme en passant par une bande originale très rock (la série a eu l’intelligence de nous éviter Justin Bieber nous sommes sains et saufs !), rien n’est laissé au hasard et rien n’échappe à ces magnats de la rentabilité facile.

Outre ces procédés qui discréditent certaines situations qui auraient pu être muy caliente et d’une violence à vous en décrocher un haut-le-cœur, Vampire Diaries a le mérite de nous offrir une intrigue certes simpliste et prévisible mais qui se laisse regarder et qui ne laisse pas l’ennui s’installer. Chaque nouvel épisode est suffisamment travaillé (notamment aux niveaux des dialogues, de l’atmosphère et des personnages) pour nous proposer sans cesse un petit plus évitant de nous faire basculer dans une monotonie où la seule échappatoire resterait les bras chaleureux de notre meilleure amie, Morphée.

En bref, Vampires Diaries n’est pas la série de l’année comme on pouvait aisément s’en douter mais elle arrivera surement à trouver son public auprès des jeunes qui n’en manqueront surement pas une miette. Pour les autres, si le charme de True Blood est loin de vous convaincre et si Twilight vous horripile au plus haut point mais que vous êtes quand même friand de l’univers vampirique, cette sorte de Frères Scott aux pays des noctambules s’avérera être le parfait entre-deux. Reste maintenant à savoir si la seconde saison poursuivra sur cette lignée. Affaire à suivre…