Beaucoup de téléspectateurs ont quitté Rust Cohle (Matthew McConaughey) et Martin Hart (Woody Harrelson) avec émotion et regret. Ils espèrent sans doute avec la saison 2 de rencontrer des personnages aussi charismatiques que ceux de la première saison, afin d’en prolonger le plaisir.  Cette deuxième saison est aussi très attendue par les critiques qui avaient unanimement salué l’écriture de Nic Pizzolatto et la réalisation de Cary Fukunaga, en osmose parfaite (voir la critique de Colin True Detective – saison 1). Au delà d’un scénario mature, Nic Pizzolatto a réussi à imposer un format longtemps invisible, celui de l’anthologie. Chaque saison de sa série est une histoire en soi, indépendante de celles passées ou à venir. Le concept a permis au « show runner » de convaincre des stars du cinéma de jouer pour HBO le temps de huit épisodes, avec la visibilité médiatique qu’on lui a connu.

Cet article est destiné à revenir uniquement sur l’épisode 1 de la saison 2, ainsi que sur les attentes des spectateurs après la première saison. La qualité de The Western Book of The Dead pourra être réévaluée à la lumière des épisodes à venir.

Spoiler Alert : résumé de l'intrigue
Ray Velcoro (Colin Farrell), flic violent et alcoolique, a accepté un pacte avec le diable, le très sobre mafiosi Frank Semyon (Vince Vaughn). Ce dernier a livré a Ray le toxicomane qui a battu sa femme : dans le monde du crime aussi, il y a des limites à ne pas dépasser. En parallèle, on découvre l’enquêtrice Ani Bezzerides (Rachel McAdams), une tête brûlée passionnée d’armes blanches, qui s’implique bien plus qu’elle ne devrait dans la disparition d’une jeune femme, jusqu’à remonter au centre spirituel que dirige son propre père. Le patrouilleur Paul Woodrugh (Taylor Kitsch) s’enivre de sexe et de vitesse pour oublier un trauma, peut-être lié à la guerre.

Les trajectoires de ces quatre personnages s’enchevêtrent autour de la disparition de l’administrateur Caspere, en charge de la signature finale du contrat de BTP qui doit assurer la pérennité de la ville de Vinci. Le mafieux Frank Semyon (Vince Vaughn) temporise auprès des investisseurs russes, tandis que Ray Velcoro (Colin Farrell) est chargé de l’enquête, ce dont il se débarrasserait bien. Les deux autres personnages rejoignent par hasard leur route à la fin de ce premier épisode.

Nic Pizzolatto n’a jamais caché son ambition de rebattre les cartes à chaque saison, mais personne n’aurait cru qu’il garderait ses atouts aussi longtemps. L’épisode entier semble avoir été sacrifié pour permettre au reste de la saison de se dérouler à un rythme plus soutenu. Prendre une heure de leur temps aux spectateurs pour poser le décor, les personnages et le début de l’intrigue, est pour le moins atypique. Le créateur de TRUE DETECTIVE  parie gros sur ce pilote, comme un joueur compulsif annonçant « tapis » immédiatement après avoir remporté la première manche.

 

True Detective Saison 2

Le principal défaut de ce premier épisode est de s’attarder à énumérer tous les aspects de ses personnages, sans nous montrer sur quel terrain ils peuvent s’affronter. La très grande partie des informations qui nous sont divulguées sur les personnages passe par des dialogues d’exposition pour situer les relations de parenté, les défauts, les fantômes que traînent nos héros. Au bout d’un quart d’heure, on a vraiment l’impression de s’être enfoncé dans un tunnel de dialogues pour baliser la route des protagonistes.

L’intrigue de True Detective – saison 1 passait vite au second plan, mais seulement après avoir installé la relation conflictuelle entre Rust Cohle (Matthew McConaughey) et Martin Hart (Woody Harrelson), deux flics aux méthodes et caractères diamétralement opposés, forcés de collaborer sur un meurtre mystérieux. Il manque précisément à The Western Book of The Dead, un conflit central et un mystère suffisamment épais pour nous maintenir en éveil.

Le personnage de Colin Farrell ne manque pas de saveur, avec quelques punchlines bien cuisinées (« Si tu brutalise encore quelqu’un, je reviens pour enfoncer le corps mort de ton père dans le cul de ta mère »), mais à la fin de l’épisode on se demande encore à qui il va bien pouvoir s’opposer sur l’ensemble de la saison. Le mafieux interprété par Vince Vaughn est encore trop lisse (littéralement un gentleman qui manque de confiance), et ceux de Rachel McAdams et Taylor Kitsch apparaissent surtout comme des victimes de leur passé pour l’instant.

« Le créateur de TRUE DETECTIVE parie gros sur ce pilote, comme un joueur compulsif annonçant « tapis » immédiatement après avoir remporté la première manche. »

Au-delà de l’écriture, les approximations auxquelles le spectateur doit faire face dans ce pilote de la saison 2 de TRUE DETECTIVE, sont probablement liées au changement de réalisateur opéré depuis la saison 1. Cary Fukunaga fut en charge des huit épisodes de la première saison, donnant aux personnages de Rust Cohle (Matthew McConaughey) et Martin Hart (Woody Harrelson) l’espace et le temps nécessaire pour exprimer leur richesse. Les longs plans fixes d’interrogatoire ou de discussion en voiture entre les enquêteurs permettaient aux deux acteurs de laisser libre cours à leur talent de composition, d’incarner leur personnage avec justesse.

Justin Lin signe un épisode de TRUE DETECTIVE saison 2 de bonne facture pour un show américain, mais sans grande originalité. Passer de deux personnages principaux à quatre dans cette nouvelle saison n’a pas du faciliter la tâche du réalisateur, mais Justin Lin a exacerbé la narration parallèle imposée par Nic Pizzolatto par un montage plus dynamique, au détriment de l’épure émotionnelle de la première saison. Malgré le « dossier » d’informations que le spectateur se fait durant le visionnage de The Western Book of The Dead, impossible pour l’instant d’être en empathie avec un des quatre héros.

Pour le troisième épisode, le réalisateur Janus Metz Pedersen est annoncé, un changement de taille en cours de route qui indique soit que le créateur de la série Nic Pizzolatto a été mécontent du travail de Justin Lin, soit qu’il envisage désormais la production de sa série comme la plupart des shows américains : des tournages simultanés pour économiser temps et argent. Dans tous les cas, la patte artistique de TRUE DETECTIVE en sera affectée, à moins d’en faire un produit standardisé.

The Western Book of The Dead se regarde comme un téléfilm distrayant, cependant il échoue à susciter l’enthousiasme. True Detective – saison 1  était une drogue dure, le début de la saison 2 se déguste comme les mafieux de la ville de Vinci sirotent leur whisky. Nic Pizzolatto avait signé un chef-d’œuvre l’an passé avec la première saison, laissons-lui le bénéfice du doute sur la qualité de ce nouveau cru, le temps de goûter cet apéritif un peu trop long en bouche.

@thomas_coispel

A lire également l’analyse du générique de cette saison 2.

INFORMATIONS

© HBO

Récapitulatif des épisodes

Titre original : The Western Book of The Dead / True Detective Saison 2, épisode 1
Réalisation : Justin Lin
Scénario :
Acteurs principaux : , , et
Pays d’origine : USA
Sortie : 22/06/15
Durée : 60mn
Distributeur : HBO / OCS
Synopsis : Vinci, ville corrompue jusqu’à l’os, est bouleversée par une campagne de presse contre les autorités en place, de mèche avec la mafia. Plusieurs enquêteurs se trouvent mêlés à la résolution d’un meurtre qui pourrait mettre à bas ce système.

BANDE-ANNONCE