Votre mot de passe vous sera envoyé.

Sans être inoubliable, Le Canard à l’orange est une comédie italienne plaisante où les couples se déchirent et se reforment.

Livio, publiciste d’une quarantaine d’années, apprend que sa femme, Lisa, le trompe. Restant très calme, il lui demande de lui parler de son amant. Espérant la reconquérir, il décide d’organiser une rencontre avant qu’elle ne le quitte définitivement. Le temps d’un week-end, ils vivront tous les quatre ensemble, avec la secrétaire de Livio, présente pour susciter la jalousie de Lisa.

LE CANARD À L’ORANGE est une adaptation d’une pièce de théâtre de William Douglas Home (1967) réalisé par Luciano Salce. Si à l’origine Dino Risi était pressentie pour le projet, il abandonnera finalement la production et laissera sa place à Salce. Ce dernier réunit alors ses deux amis, Monica Vitti (déjà associée au projet du temps de Risi) et Ugo Tognazzi (imposé par Salce). Le film suit un schéma assez classique d’un mari découvrant l’infidélité de sa femme qui décide de rencontrer son amant et tentera de la reconquérir. Sauf qu’entre les mains de Luciano Salce, réalisateur touche-à-tout connu pour ses comédies, populaires mais exigeantes, LE CANARD À L’ORANGE trouve une certaine fraîcheur et sera un gros succès à sa sortie en 1976.

Le Canard à l'orange

Dès les premiers instants, Salce impose son ton décalé. Lisa (Monica Vitti) expliquant à son mari, Livio (Ugo Tognazzi), comment elle a fini par tomber dans les bras de son amant, avec des mensonges et des exagérations totalement assumés. Des dialogues qui contrastent avec le burlesque de ce qu’il se passe à l’image. Car Salce use notamment de séquences oniriques provenant de l’imagination fantasque de ses personnages. Cependant, si le film convainc dans un premier temps, sa seconde partie, qui voit la femme, son amant, son mari et la secrétaire de ce dernier cohabiter ensemble, peine sur la longueur. Certes, la situation est particulièrement cocasse et sujette à beaucoup de drôlerie. Néanmoins, une certaine lassitude se fait irrémédiablement ressentir tandis que les événements deviennent de plus en plus prévisibles. Comme cette longue séquence qui voit le mari et la femme simuler des ébats amoureux bruyants pour se rendre jaloux mutuellement.

Malgré cela, LE CANARD À L’ORANGE amuse et se montre même charmant à chaque souvenir du couple. Ceci provenant principalement du jeu de la sublime et talentueuse Monica Vitti. Celle-ci se montre pour une fois dans un registre comique qui lui va à ravir. Clope en bouche, aussi maladroite en séductrice qu’en épouse jalouse, mais pas dénuée de piquant, la comédienne reste la première qualité du film qui, encore aujourd’hui, saura divertir.

Pierre Siclier

Votre avis ?

Positive : <img src=”LIEN” height=”350px” width=”100%”>

 

[CRITIQUE] LE CANARD À L'ORANGE (1976)
Titre original : L'Anatra All'Arancia
Réalisation : Luciano Salce
Scénario : Bernardino Zapponi
Acteurs principaux : Monica Vitti, Ugo Tognazzi, Barbara Bouchet
Date de sortie : 1976 (en DVD/BR le 27 juin 2017
Durée : 1h50min
3.0Note finale
Avis des lecteurs 0 Avis

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifications :