Le pitch : Annie est une orpheline, pauvre, mais enjouée, son rêve est deretrouver ses parents, qui l’ont abandonée bébé. Un jour, la chance lui sourit : elle rencontre un riche entrepreneur désirant à tout prix être maire de New York…

Le film se résume facilement: une grosse friandise ultra-sucrée, dégoulinante de bons-sentiments, au parfum de manichéisme hardcore.
La comédie musicale est utilisée pour exagérer les points susmentionnés, un excellent rythme et quelques numéros musicaux bien organisés permettent de tenir jusqu’au bout, sans ennui.

ANNIE met en scène le parcours à réaliser entre deux antagoniques, d’un coté les valeurs fondamentales de l’Amérique (argent, réussite, famille), de l’autre, la pauvreté / les orphelins. Le choix de la charismatique Quvenzhané Wallis et de Jamie Foxx pour incarner ces deux extrêmes incite malgré tout, à un semblant de réflexion sociétale.

On salue ainsi dans ANNIE,  l’initiative de Sony qui tend à se défaire d’une certaine catégorisation du public et/ou de ce qu’on lui raconte, en proposant un casting ethniquement mixte, où, pour parler plus directement, la couleur de peau ne définit pas le personnage. Pas si fréquent, si l’on excepte les films de quelques acteur ultra-bankables comme Denzel Washington, ou Will Smith.
Surtout lorsque, comme argument économique implacable, le scandale du Sony-Gate avait révélé une vision très froide de la question ethnique, via un échange entre deux producteurs analysant le succès relatif du film Equalizer comme lié à l’identification difficile avec un noir.
Pour autant, dans ANNIE tout comme dans Equalizer cela fonctionne. Le plus important n’est peut-être pas la couleur de peau, comme les analystes et les comptables de studios le pensent, mais la qualité d’une histoire, des acteurs, de l’émotion véhiculée, etc.
En tous cas, c’est le propos d’ANNIE, qui nous explique qu’une bonne mise-en-scène suffit généralement à convaincre le public.

Annie - rose Byrne - Quvenzhané Wallis

Résumer une histoire à son expression la plus basique : le manichéisme. Gentils, méchants, personnages positifs, personnages négatifs.
Pourtant, chacun des partis est motivé par un unique sentiment : l’appât du gain. Monétaire d’un coté, affectif de l’autre. Dans les deux cas, il s’agit de manipuler l’image, celle qu’on donne de soi aux autres. Manipuler l’image, c’est manipuler le public. Contrôler le public, c’est la seule façon de réussir, d’arriver à ses fins. ANNIE propose ainsi une intéressante mise-en-abîme indépendamment de la qualité du film; mise en abîme cynique ? Culturel et inconsciente ? Difficile à dire.

Au final, ANNIE délivre tout de même un discours hardcore sur la réussite par soi-même, fondement à mon avis, de la société américaine (explorateurs, pionniers, grands bâtisseurs, etc.) Il met ainsi en perspective des volontés individualistes, contrastant énormément avec l’idée de communion que véhicule le style « comédie musicale ». Une singulière ambivalence.

INFORMATIONS
25 février ANNIE

Titre original : Annie
Réalisation : Will Gluck
Scénario : Will Gluck, Aline Brosh McKenna, Emma Thompson, D’après l’oeuvre de Thomas Meehan, Harold Gray
Acteurs principaux : Quvenzhané Wallis, Jamie Foxx, Rose Byrne, Cameron Diaz
Pays d’origine : U.S.A.
Sortie : 25 février 2015
Durée : 1h57min
Distributeur : Sony Pictures Releasing France
Synopsis : Une nouvelle adaptation de Annie, la comédie musicale de Broadway.

BANDE-ANNONCE