Après un contrat qui a mal tourné à Londres, deux tueurs à gages reçoivent l’ordre d’aller se faire oublier quelque temps à Bruges.
Ray est rongé par son échec et déteste la ville, ses canaux, ses rues pavées et ses touristes. Ken, tout en gardant un oeil paternaliste sur son jeune collègue, se laisse gagner par le calme et la beauté de la cité.
Alors qu’ils attendent désespérément l’appel de leur employeur, leur séjour forcé les conduit à faire d’étranges rencontres avec des habitants, des touristes, un acteur américain nain tournant un film d’art et essai européen, des prostituées et une jeune femme qui pourrait bien cacher quelques secrets aussi sombres que les leurs…
Quand le patron finit par appeler et demande à l’un des tueurs d’abattre l’autre, les vacances se transforment en une course-poursuite surréaliste dans les rues de la ville…

Note de l’Auteur

[rating:6/10]

Date de sortie : 25 juin 2008
Réalisé par Martin McDonagh
Film britannique
Avec Colin Farrell, Brendan Gleeson, Ralph Fiennes
Durée : 1h41min
Titre original : In Bruges
Bande-annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Il n’y a pas que la grande Amérique ou les studios d’Hollywood dans la vie. Il n’y a pas que des supers effets spéciaux de la mort qui tue ni de grands acteurs dans la vie. Non, il suffit de peu pour faire un film agréable, oscillant entre drame, policier et comédie.
Une ville, Bruges. 3 acteurs, Colin Farrell, Brendan Gleeson et Ralph Fiennes.

Bruges est une ville de Belgique située en Région flamande. Là où d’autres réalisateurs auraient sans doute choisi de tourner Bons Baisers de Bruges aux Etats-Unis – Bons Baisers de Las Vegas, ça donne moins bien, c’est certain – Martin McDonagh (Six Shooter) élit domicile en Belgique pour y tourner sons premier long métrage.
Un film où on tient en équilibre sur un fil, avec d’un côté un drame policier, de l’autre une comédie légère, emmené par un Colin Farrell (Minority Report, Phone Game, Miami Vice – Deux Flics A Miami) très en forme. En forme de quoi ? Un espèce de clown, un brin simplet mais touchant par le fait de son passé. Face à lui, un autre irlandais, Brendan Gleeson – vous savez, le professeur Alastor ‘Fol-Oeil’ Maugrey dans les Harry Potter – plus sérieux, plus terre à terre, mais très porté sur l’Histoire. Il n’y a pas plus heureux que lui quand on leur annonce à tous les deux, après un contrat qui a mal tourné, de se faire oublier à Bruges.
Puis il y a Ralph Fiennes (The Constant Gardener, Spider et puis bien évidemment Lord Voldemort dans la saga Harry Potter). Apparition dans le derniers tiers du film seulement, pour y jouer le chef, Harry. Un jeu dont on n’a pas le temps d’évaluer le degré. Un peu dommage.

Bruges est une très belle ville, et le film le lui rend bien. La Venise du Nord comme on la nomme comprend de nombreux canaux et petits ponts qui traversent la ville. Sans compter les bâtiments d’époque et le Beffroi, accompagné de son carillon. Une petite visite virtuelle, à travers un film, où l’on se rend compte qu’il y a de belles villes en Europe. Bruges est incontestablement une ville à découvrir, qu’on n’aime ou pas la Belgique, qu’on n’apprécie ou non l’Histoire.
De jour ou de nuit, la ville nous révèle ses secrets, ses petites rues pavées, ses places. Seul bémol à ce niveau, on aurait apprécié une présentation un peu plus détaillé de ses habitants, poumons d’une ville tout de même.
Notons enfin certains lieux où le tournage s’est effectué : le musée Groeninge, le Lac d’Amour (Minnewater), la place Jan Van Eyckplein, la gare de Bruges, le restaurant Cafedraal, le Diligente Bar et la Basilique du Saint-Sang.

Niveau scénario, également écrit par Martin McDonagh, ça ne vole pas très haut. Il ne faut pas s’attendre à un film très compliqué mais c’est sans doute un des souhaits du réalisateur. Cependant, de grosses incohérences – je ne les citerais pas, spoilers en vue – jalonnent le film. OK, c’est un film, du cinéma, mais on ne peut pas non plus faire n’importe quoi, de peur de faire sourire le spectateur alors que normalement il devrait plutôt s’émouvoir. Je pense bien évidemment à la fin du film et de certaines scènes de poursuites et de chutes.
Cependant, Bons Baisers de Bruges est un film inattendu, de par le fait de son choix d’acteurs et de son lieu de tournage. On s’ennuie par moment, il y a des pics assez extrêmes entre des dialogues inexistants et de l’action à revendre.
Il n’est pas évident d’être tueur à gages, de tenir une arme sur soi, d’avoir un contrat et de l’honorer en bonne et due forme. Sans heurts, sans casse, sans bavure. Le film montre ce doute – croissant au fur et à mesure du film – dans la tête de Ray et Ken. Une descente aux enfers sur fond d’une certaine féerie que dégage l’endroit.

Print Friendly, PDF & Email

15
Laisser un commentaire

Please Login to comment
avatar
14 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
9 Comment authors
Pink ParadoxGene SbombeDendraDamienYannick Recent comment authors
  S'abonner  
Récents Anciens Populaires
Notifications :
Sarah
Membre

Un très bon film, comme tu l’as dit.
Par contre, je ne sais pas si tu as déjà été à Bruges ou non, mais c’est (en fait) un bon choix de la part du réalisateur de ne pas avoir montré les habitants… Ça permet justement de garder intact le charme de cette ville…

Sarah
Membre

Ouais, ils sont mauvais les gens là-bas.

Mais c’est sérieux en plus !
En repartant le soir, ma mère m’a dit “C’est vraiment une très jolie ville. C’est juste dommage qu’y’a les flamands.”
(Comme quoi y’a pas que les francophones qui habitent en Belgique qui le disent…)

Peekidus
Invité

Franchement j’ai vu le film et j’ai été déçu. La bande annonce avait l’air marrant mais le film était vraiment ennuyeux.

Jérôme
Invité
Jérôme

Un très bon film également a mon gout. Le choix de la ville de Brugges est particulièrement bien vu.

Il est vrai qu’il y a quelques incohérences (les héros sont très long a mourir) mais finallement c’est pas pire que dans beaucoup de films …

Jérôme

[critique] Bons Baisers de Bruges