Affiche du film AMOUR

Georges et Anne sont octogénaires, ce sont des gens cultivés, professeurs de musique à la retraite. Leur fille, également musicienne, vit à l’étranger avec sa famille. Un jour, Anne est victime d’un accident. Lorsqu’elle revient chez elle, l’amour qui unit ce vieux couple va être mis à rude épreuve. Ce film a reçu la Palme d’or à Cannes en 2012.

Note de l’Auteur

[rating:8/10]

Date de sortie : 24 Octobre 2012
Réalisé par 
Avec , ,
Film franco-autrichien
Durée : 2h00
Titre original : Amour
Bande-annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Après sa Palme d’Or à Cannes en 2009 avec Le Ruban Blanc, Michael Haneke est de retour à Cannes avec un autre film : Amour. Et à nouveau, il gagne la Palme d’Or. Deux palmes d’or en 3 ans, je dirais qu’il y a du génie dans l’air. Que l’on soit d’accord ou pas avec ce prix, les deux jurys s’y connaissent aussi en Cinéma. Ce qui force donc de découvrir les films de Michael Haneke. Et en voyant ce film, vous ne serez pas déçu mais plutôt bouleversé. Après Le Ruban Blanc et une majorité d’autres de ses films, on pourrait enfin dire avec ce film que Michael Haneke a un coeur que l’on croyait disparu. Même si la violence dont le cinéaste fait preuve dans certains de ses films est toujours présente.

Quand on voit tout ce qu’il inflige à Emmanuelle Riva et à Jean-Louis Trintignant – même à Isabelle Huppert malgré ses quelques apparitions – c’est tout de même hallucinant. Michael Haneke mène aussi bien la vie dure à ses personnages qu’aux spectateurs. Mais en parallèle, il insère des gestes tout en douceur, des gestes très précis et des phrases tendres. Tout ceci afin de montrer tous les sentiments qu’il y a au sein du couple.

Michael Haneke joue avec nos émotions et notre tristesse tout au long de son film. Surtout qu’il a décidé de nous enfermer dans ce huis-clos avec ses personnages (sauf au tout début avec le plan séquence magnifique de face à face entre nous et un public fictif). Un huis-clos angoissant et étouffant de nervosité. On ne sait jamais de quoi sera fait la suite jusqu’à nous donner une chute. Une chute qui laisse place au silence de la surprise totale dans la salle après la fin du film.

Une fin qui est à l’image du cinéma de Michael Haneke : il montre une réalité afin de nous laisser interpréter. En effet, ce n’est pas parce qu’il fait un film avec les sentiments d’un couple que Michael Haneke va perdre sa force cinématographique de montrer la réalité telle qu’elle est. Le cinéaste autrichien nous livre un film sur les derniers instants d’un couple. Et il s’interroge en même temps qu’il nous interroge aussi sur « que ferions-nous ? » dans ces situations. Certains trouvent cela démonstratif, moi je réponds que c’est éblouissant de réalisme, et ça change.

Photo du film AMOUR

Michael Haneke parle d’amour, de lien entre la vie et la mort en ajoutant la violence et le huis-clos. Un film sur la condition humaine, débordé de bons sentiments.

Mais ce n’est pas tout, pour accompagner cette ambiance angoissante, étouffante de violence entre quatre murs où la symétrie règne dans les plans fixes, Michael Haneke réunit un duo d’acteurs qui donne le sourire aux lèvres. Un sourire qui traduit le plaisir de revoir Jean-Louis Trintigant au cinéma après des années où il refusait de revenir sur un tournage. Et le sourire signifiant le partenariat incroyable avec Emmanuelle Riva, étonnante en femme âgée très malade.

Ajoutez à ceci le grand point qui caractérise le cinéma de Michael Haneke. On parle bien sûr de l’obsession de Michael Haneke de traiter la palette grise qui est peinte en chacun de nous. Ce mélange de noir et de blanc que l’on retrouvait aussi bien dans les images et les personnages du Ruban Blanc, on le retrouve ici aussi. Amour est peut-être en couleur, mais il y a une nuance grise qui en ressort à côté des sentiments.

Et c’est ce qui fait toute la puissance du film. A travers la tristesse et la violence, Michael Haneke en tire une tendresse et un sentiment d’amour incomparables. Le réalisateur de Funny Games nous livre une bataille entre la vie et la mort (le côté tristesse, violence, etc) où l’amour sortira vainqueur. L’amour a le dernier mot et l’amour lie des personnes à jamais. L’amour efface les souffrances et quelques pointes d’humour atténuent un peu la situation.

Et enfin, j’aimerais revenir sur l’incroyable photographie du film. Des lumières aussi étincelantes que lorsqu’on voit une pièce de théâtre, des lumières qui illuminent le lien entre la vie et la mort rapporté dans le film. De plus, il y a également les plans du film. A part quelques mouvements de temps en temps, les caméras sont placées dans un coin d’une pièce de l’appartement et ça ne bouge plus. Préférant donc le hors-champ au mouvement, comme dans son précédent film. Se demandant encore une fois après Le Ruban Blanc ce qu’il peut montrer ou ce qu’il ne peut pas montrer dans cette angoisse quotidienne que vit le couple d’octogénaire. Ce film est un petit bijou sur l’humanité.

Photo du film AMOUR

Finalement, Amour est un film sur la condition humaine. Difficile à vivre, étouffant, angoissant et triste. Débordé d’émotions, ce film signe également les marques du cinéma de son réalisateur. Michael Haneke parle d’amour puis de lien entre la vie et la mort en ajoutant la violence et le huis-clos. Michael Haneke n’en a pas fini d’oculter la palette grise de l’homme, et tant mieux.