Les Mayas, l’une des plus fascinantes civilisations que la Terre ait portées, nous ont transmis une prophétie : leur calendrier prend fin en 2012, et notre monde aussi.

Depuis, les astrologues l’ont confirmé, les numérologues l’ont prédit, les géophysiciens trouvent cela dangereusement plausible, et même les experts scientifiques gouvernementaux finissent par arriver à cette terrifiante conclusion.

La prophétie maya a été examinée, discutée, minutieusement analysée. En 2012, nous saurons tous si elle est vraie, mais quelques-uns auront été prévenus depuis longtemps…

Lorsque les plaques tectoniques se mettent à glisser, provoquant de multiples séismes et détruisant Los Angeles au passage, Jackson Curtis, romancier, et sa famille se jettent à corps perdu, comme des millions d’individus, dans un voyage désespéré. Tous ne pourront pas être sauvés…

Note de l’Auteur

[rating:5/10]


Date de sortie : 11 novembre 2009
Réalisé par Roland Emmerich
Film américain
Avec John Cusack, Chiwetel Ejiofor, Amanda Peet
Durée : 2h 40min
Bande-Annonce :


2012 – Bande-Annonce / Trailer [VF]
envoyé par Lyricis. – Regardez plus de films, séries et bandes annonces.

C’est par un énorme coup de gueule que je vais commencer ma critique sur 2012. Je ne comprends pas que l’on puisse être aussi mauvais, encore au 21ème siècle, en terme de communication ! 2012 avait bénéficié d’un énorme buzz sur internet avec la mise en place astucieuse d’une histoire annexe au film qui lui servait de préambule. Procédé original et presque indispensable de nos jours que l’on peut retrouver pour Batman : The Dark Night ou Avatar et qui n’aspire qu’à un seul et unique objectif : faire saliver le spectateur.

Ce procédé avait donc été très concluant pour 2012 et c’est tout naturellement que je faisais partie de cette population qui l’attendait avec impatience.

Et là, bien assis dans mon fauteuil, une fois la lumière éteinte, c’est le drame ! Je m’aperçois que le spectacle qui se déroule devant mes yeux n’est qu’un rallongement de tout ce qui se trouvait déjà dans la bande-annonce. Roland Emmerich n’a pas cherché très loin, il a tout révélé dans sa B.A. : la catastrophe planétaire, les héros qui s’enfuient en voiture, en avion et qui finissent par embarquer dans une Arche de Noé nouvelle génération.

Pourquoi ne pas nous laisser un peu de suspense ? Le réalisateur (et surtout son équipe de communication !) coule lui-même son propre bébé. Pourquoi ne pas dire dès le début que Brad Pitt n’existe pas dans Fight Club ? Pourquoi ne pas révéler que Kevin Spacey est LE véritable Keyser Söze de Usual Suspects ?

Après s’être lamentablement planté avec 10 000 (mais si, rappelez-vous le film tout pourri avec des hommes préhistoriques en dreadlocks !), je vois que le réalisateur a essayé de redresser la barre en mettant le paquet niveau effets spéciaux (car il faut rendre à César ce qui appartient à César, il a réellement mit le paquet pour un résultat très spectaculaire) mais s’est littéralement planté au niveau de sa comm’.

Du coup pendant toute la durée du film, on a la désagréable impression d’avoir été pris pour un con et l’on n’attend qu’une seule chose : voir quelque chose que l’on n’a pas déjà vu !

Alors que reste-t-il à sauver de ce film ? Et bien pour ceux qui ont eu la chance de ne pas voir la B.A., je dirais à peu près tout puisque 2012 nous en met plein les mirettes ! Certes c’est extrêmement exagéré et édulcoré (grosse production américaine oblige) mais le tout fonctionne plutôt bien. Le temps passe relativement vite et il n’y a pas énormément de longueurs en 2h40min, ce qui est un petit exploit en soi.

Pour ma part, la seule chose qui m’a sorti de la monotonie est la présence magistrale d’un Woody Harrelson possédé par son personnage d’aliéné fracassé du bocal. Chaque nouvelle apparition est une bénédiction qui se traduit par du rire pur et simple. Avec 2012 et Bienvenue à Zombieland, l’acteur fait un retour fracassant sur grand écran.

Au final, 2012 n’est pas un mauvais film en soi, c’est même un très bon film catastrophe qui nous prouve, grâce à un feu d’artifice d’effets spéciaux en numérique, que la technologie nous promet monts et merveilles dans les années à venir.

Le film de Roland Emmerich mérite donc de trouver son public et le trouvera sûrement, je ne me fais pas de soucis à ce niveau (une note de 7/10 aurait été mérité). Il y a juste des erreurs impardonnables, inimaginables au 21ème siècle, qui ne peuvent être laissées sous silence.

Print Friendly, PDF & Email

18
Laisser un commentaire

Please Login to comment
avatar
15 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
13 Comment authors
CyrsNicolas MorelLoris ImbarratoLenoxSucreDeLune Recent comment authors
  S'abonner  
Récents Anciens Populaires
Notifications :
Alex
Invité

Euh 10.000 est vraiment très bon, le problème, c’est que tout le monde l’a pris au pied de la lettre et à cru à un Apocalypto version Emmerich, ce qui n’est pas le cas, mais qui est plus dans sa mise en scène (et surtout par son final), une sorte de version longue des images que découvre Daniel Jackson dans Stargate, la rébellion des humains…

Par contre pour 2012, j’ai trouvé le film très moyen, car la critique du monde, du pouvoir de l’argent, de l’anti sélection, naturelle, des vices des hommes n’est pas assez mise en avant contrairement au très très bon “The Day After Tomorrow” où le gouvernement US était directement pointé du doigt.

Val'
Invité

Je l’ai vous aujourd’hui !
La salle était pleine a craquer avec pleins de petits curieux comme moi qui attendait d’en savoir un peu plus et aussi d’avoir des images inédites par rapport au bande-annonce.
Et comme toi, grosse déception ! :)
C’est long pendant une bonne quarantaine de minutes après ça remonte les catastrophes commencent vraiment après deux trois craquelure dans le sol.
Ensuite je me suis cru dans un film de science-fiction avec ces arches de Noè moderne (un croisement entre un bateaux et un sous-marin !
Les acteurs sont plutôt bon même si la réalisation me fait penser a un téléfilm, c’est un peu flou quand l’image commence à bouger,dommage.
Niveau effets spéciaux c’est impeccable ! Tout est grandiose ça pété dans tout les sens. Après pas de nouveauté c’ets un peu l’effet “prémonition” toutes les scène impressionnantes était dans les extraits !
Je remercie Roland Emerich de ne pas nous faire finir le monde avec une invasion d’ET !
Bon pis si vous voulez en savoir plus sur mon avis vous allez voir mon blog ! :D

tyriades
Invité
tyriades

Nunuche à souhait, gavé de clichés reprenant les films du genre sans originalité, 2012 traine en longueur sur un scénario sans fond dans lequel aucun personnage n’est intéressant, sauf peut-être Monsieur Effets spéciaux…
Les grands réalisateur tels que Kubrick, Cronenberg, Linch, où qu’ils soient, doivent en être malades !
Combien de fois le personnage principal a failli mourir ? 10, 20 fois ? Alors chaque deux secondes on nous sert des clichés de catastrophes (comme la chapelle Sixtine qui se fissure pile poil entre le doigt de l’homme et de Dieu (peinture de Michelangelo)), entrecoupé de scènes larmoyantes et moralisatrices à souhait, on ne s’attache ni aux personnages, ni à la base historique maya qui était censé être culturellement intéressant.
Faux sous tous rapports, on y fait même pas une analyse du genre humain, et lorsqu’un gamin d’à peine 7ans plonge sous des litres d’eau pour aller sauver son père, on perd patience.
Seule morale peut-être « seuls les riches s’en sortent et représenteront le genre humain »…
Adaptez au plus inculte, utopiste et niais des spectateurs, 2012 ne tiendra certainement aucune place dans les chefs d’œuvres cinématographiques de notre histoire si nous devons mourir en 2012…
Même pas un bon moment de divertissement puisqu’on s’ennuie souvent, sauf peut-être lorsque les effets spéciaux cataclysmiques nous font tourner de l’oeil tellement tout est trop !

Mark
Invité
Mark

Quelqu’un devrait te définir le mot critique.
Le film est sans doute moyen,
mais ta critique aussi.
Expliquer pourquoi serait inutile.

Yannick
Rédacteur

Ça ne nous donne pas ton avis sur le film, je pense que c’est là où réside le pourquoi des commentaires :)
Car ta remarque concernant la critique même est tout bonnement tout aussi inutile.

[critique] 2012