Après avoir passé près d’un an à essayer de faire éclater la vérité au grand jour, Stella va tout tenter pour se venger de Lilith, un puissant vampire responsable de l’attaque contre son village en Alaska.

Note de l’Auteur

[rating:3/10]


Date de sortie : en DVD et Blu-Ray le 20 octobre 2010
Réalisé par Ben Ketai
Film américain
Avec Mia Kirshner, Rhys Coiro, Harold Perrineau
Durée : 1h 45min
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Sur le papier, son ainé comportait une idée plutôt alléchante mais qui l’était nettement moins sur grand écran. La première partie était très bien construite avec une ambiance soignée et envoûtante, un décor captivant, un jeu d’ombre et de lumière saisissant et des personnages attrayants. La mise en place de l’histoire donnait naissance à de grands moments de tension et d’angoisse. Malheureusement, dès que l’action démarrait, tout commençait à aller de travers, l’ambiance particulièrement efficace laissait place à un bain de sang conventionnel et sans grande créativité, le scénario ne tenait plus la route et l’on tombait rapidement dans les méandres d’un film de genre déjà vu. Le final trop sage finissait de nous achever et l’on se surprenait même à rêver du générique de fin. 30 Jours De Nuit premier n’était donc pas la réussite escomptée et venait malheureusement rejoindre les ratés du genre en restant néanmoins un divertissement honnête et dynamique.

Deux années plus tard une suite réussissait à pointer à l’improviste son museau et s’invitait dans notre contrée par le biais du direct-to-dvd. Toute cette longue introduction pour dire que si son ainé décevait lors de sa seconde partie, cette suite n’attend pas autant de temps et nous entraine dès les premières secondes dans les supplices d’une série B fade et indigeste.

En fait 30 Jours De Nuit 2 : Jours Sombres souffre d’un manque flagrant de conviction quant au réel intérêt d’une suite. L’esthétique est une nouvelle fois soignée notamment au niveau des jeux de clair/obscur qui pourront procurer quelques sueurs froides aux moins habitués du genre mais dans l’ensemble cela reste très limité. Le scénario est plat, les acteurs ont autant de charisme qu’un flamant rose unijambiste (Harold Perrineau en tête), les effets spéciaux sont pour le moins rebutants (vive le jus de raisin en guise de sang !), chaque scène est empruntée à un film de genre (Blade 1 & 2 pour ne citer qu’eux), bref le fiasco, le vrai. Le pire dans tout cela est que le film se prend au sérieux et c’est sans doute son plus grand tort dans cette affaire.

Avec plus de fun moins de nombrilisme, il est certain que ce 30 Jours De Nuit 2 : Jours Sombres n’aurait pas été abordé de la même manière et aurait sans doute sans trop de difficulté pu accéder au rang de série B divertissante et occasionnelle. Que nenni il n’en sera rien !

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Please Login to comment
avatar
  S'abonner  
Notifications :

[critique] 30 Jours De Nuit 2 : Jours Sombres

0