« Privé » à Harrisburg, Pennsylvanie, Tom Welles mène une vie banale avec sa femme Amy et leur petite fille. Entre deux filatures pour adultère, il rêve de l’affaire exceptionnelle qui fera de lui un grand parmi les grands. Lorsqu’une richissime veuve lui demande d’enquêter sur le film 8 mm qu’elle a découvert dans le coffre de son défunt mari, Tom bascule dans un univers dont il ne soupçonnait pas l’existence. Les sévices et le meurtre de la jeune inconnue filmés sur la bobine sont-ils seulement une perverse mise en scène ou bien une terrifiante réalité ?

Note de l’Auteur

[rating:8/10]


Date de sortie : 10 mars 1999
Réalisé par
Film américain, allemand
Avec , ,
Durée : 2h03min
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Sorti il y a déjà plus de onze ans sur nos écrans, est un film policier d’une rare intensité ayant défrayé la chronique à l’époque. La faute à quoi ? Simplement au fait que Joel Schumacher (qui n’était pas encore en déclin) a osé mettre sous le feu des projecteurs une abomination de la nature : le Snuff Movie. Ce dernier est une sorte de film porno ultra gore dans lequel une personne se fait réellement tuer sous l’œil de l’objectif. Vous avez dit dérangeant ? 8MM nous entraine donc dans les bas fonds de cet univers sordide à travers le regard d’un inspecteur de police (Nicolas Cage) appelé par une vieille dame. Cette dernière a trouvé dans les affaires de son défunt mari l’une de ces fameuses cassettes et entend bien vérifier son authenticité.

Commençant comme une banale enquête policière, 8MM possède cette force, cette aura magnétique nous entrainant dans un crescendo de la terreur et de la folie humaine. On commence par l’univers du porno pour doucement basculer dans le Snuff Movie à l’état pur avec un final plus que réussi nous permettant de toucher du doigt le véritable problème soulevé par le film : où s’arrête la fiction et où commence la réalité ? La mise en scène répond à nos attentes d’explorateurs d’un monde je l’espère inconnu pour vous et le casting permet de rendre le tout réaliste et crédible. Nicolas Cage est très bon mais c’est du côté de Joaquin Phoenix (acteur qu’on ne présente plus) et de (, ) qu’il faut se tourner pour recevoir une belle claque en pleine figure.

Au final, 8MM nous offre une plongée palpitante au sein des Snuff Movies, films légendaires et undergrounds où le porno se transforme vite en un bain de sang réel. Un film sombre, dérangeant où l’on peut sentir à travers l’écran la putréfaction de lieux bordés de dégueulis et d’excréments. Quoiqu’en prétende l’opinion bien pensante et proprette sur elle, 8MM est un excellent policier au casting prestigieux dirigé d’une main de maître par un Joel Schumacher alors en pleine possession de son Art.