Affiche du film AGORA

IVème siècle après Jésus-Christ. L’Egypte est sous domination romaine. A Alexandrie, la révolte des Chrétiens gronde. Réfugiée dans la grande Bibliothèque, désormais menacée par la colère des insurgés, la brillante astronome Hypatie tente de préserver les connaissances accumulées depuis des siècles, avec l’aide de ses disciples. Parmi eux, deux hommes se disputent l’amour d’Hypatie : Oreste et le jeune esclave Davus, déchiré entre ses sentiments et la perspective d’être affranchi s’il accepte de rejoindre les Chrétiens, de plus en plus puissants…

Note de l’Auteur

[rating:8/10]

Date de sortie : 6 janvier 2010
Réalisé par Alejandro Amenábar
Film hispano-maltais
Avec , , Oscar Isaac
Durée : 2h06min
Titre original :
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Alejandro Amenábar est un peu un touche à tout au niveau réalisation : il y a eu Tesis et ses snuff movies, le thriller psychologique d’, le fantastique de Les Autres et le somptueux drame de .
Puis vînt Agora et son péplum venu du fin fond de l’Égypte. Un péplum. Un genre qui se fait très rare dans le 7ème Art depuis de nombreuses années, hormis un et un qui ont retenu l’attention. Mais cela n’a pas effrayé le réalisateur qui en fit même un espèce de défi personnel.

Agora a coûté cher, plus de 70 millions de dollars (65 millions de dollars pour 300 par exemple). De quoi faire des effets spéciaux dignes de ce nom. Car là où le film est en partie réussi, c’est bien dans les FX. L’Égypte et la ville d’Alexandrie n’ont jamais été aussi bien reconstruits et façonnés, on peut s’y balader et y dénicher des détails jonchant les rues et les habitations.
Le second intérêt du film réside dans sa philosophie : on y suit la mathématicienne, astronome et philosophe Hypatie, qui a un seul but, deviner comment les astres – et plus particulièrement la Terre – évoluent et se déplacent dans l’univers. Cependant, un dénouement plus tragique se prépare : une guerre ouverte entre christianisme et paganisme. Une guerre de religions comme il y en a encore de nos jours malheureusement. Une guerre entre l’évêque Cyrille d’Alexandrie et le païen Oreste, préfet de son état.
Le scénario est donc basée sur une intrigue qui devient vite combinée et indissociable d’une autre.

Agora est sans nul doute l’un des meilleurs péplums que le cinéma ai pu construire et réaliser.

Enfin, le troisième intérêt d’Agora est la présence du duo Rachel Weisz / Max Minghella. On a pu voir la première dans La Momie, ou encore My Blueberry Nights. Le second est tout simplement le fils du réalisateur Anthony Minghella (, , Retour A Cold Mountain), qu’on a pu voir dernièrement dans (Divya Narendra).
L’émotion, la force se dégageant de ses deux personnes se ressentent tout au long du film et son dénouement ne fait qu’achever définitivement cette vérité implacable.
Agora est sans nul doute l’un des meilleurs péplums que le cinéma ai pu construire et réaliser. Un péplum qui ose – pour la première fois ? – marier action et philosophie. A espérer que son réalisateur, Alejandro Amenábar, visionnaire et novateur dans ses œuvres, ne soit pas à son dernier bijou.