Une brillante cruciverbiste décide, après un première rendez-vous rapide, qu’un cameraman de CNN est son âme soeur. Etant donné que le métier du caméraman le fait se déplacer ça et là, elle traverse le pays de long en large, profitant de l’occasion pour participer à des évènements médiatiques, tout en essayant de le convaincre qu’ils sont faits l’un pour l’autre. Lors de son périple, elle rencontre un groupe de marginaux qui l’apprécient pour ce qu’elle est.

Note de l’Auteur

[rating:2/10]


Date de sortie : 24 mars 2010
Réalisé par Phil Traill
Film américain
Avec Sandra Bullock, Thomas Haden Church, Bradley Cooper
Durée : 1h 35min
Bande-Annonce :

Voilà un film qui mérite que l’on parle un peu de lui : All About Steve. Ce nom ne vous dit peut-être encore pas grand chose et pour cause, il ne sortira sur nos écrans que le 24 mars prochain. Mais bon l’ayant vu il y a quelques temps aux USA je décide avec un peu de retard de vous parler d’un film qui va peut-être devenir culte en battant de nombreux records. Alors que la course aux oscars commence petit à petit à démarrer, une autre cérémonie, et pas des moindres, se tient en parallèle : les Razzie Awards. Et c’est là qu’intervient notre chère comédie américaine en entrant en compétition dans pas moins de cinq catégories différentes à savoir pire film, pire actrice, pire couple à l’écran, pire réalisateur et pire scénario. Alors devant ce déluge de critiques, une question émerge : All About Steve est-il si mauvais que ça ? La réponse est oui, un très grand OUI même.

Bête comme tout, le scénario n’est qu’un empilage de situations grotesques sentant bon le réchauffé. Pour ainsi dire, je crois que le réalisateur a commis deux erreurs. La première est qu’il a regardé les pires comédies américaines de ces dix dernières années et qu’il les a compilées pour donner un patchwork vulgaire et insoutenable et la deuxième est qu’il a confondu légèreté et stupidité inadéquate. Résultat des courses All About Steve est très loin d’être drôle, pire le spectateur rit jaune durant la projection se demandant qu’elle folie a bien pu le pousser à s’asseoir devant cet écran déversant une bêtise caricaturale indigeste plus agaçante qu’autre chose. Un problème de transit messieurs dames ? All About Steve est LA solution à votre problème ! Pas besoin d’être chercheur ou pharmacien pour aider les gens, suffit simplement d’être un très mauvais réalisateur.

Au niveau des acteurs, rien d’intéressant à l’horizon non plus puisque le vide abyssal prédomine sur chacun des aspects pouvant ressembler de près ou de loin à de l’intelligence. Alors premièrement, comment Bradley Cooper dont la carrière connait une ascension fulgurante depuis quelques années a-t-il pu atterrir dans une telle production ? Des impôts à payer ? Des dettes de jeux depuis son passage à Vegas ? En tout cas j’espère sincèrement qu’il ne commettra plus d’erreurs de la sorte sous peine de cataloguer sa carrière à de vulgaires comédies aussi savoureuse que des raviolis en conserve (Hummm et bonne appétit bien sur !). La présence de Ken Jeong finira de cataloguer All About Steve en une escroquerie essayant de rameuter les fans des loufoqueries du duo dans Very Bad Trip.

Et que dire de Sandra Bullock ? La pauvre est vraiment tombée bien bas. En plus de 35 années de carrière (avec quand même de gros passages à vide assez mérités), l’actrice n’a pas évolué d’un chouilla. Ce qui pouvait paraître drôle et divertissant à ses débuts commence à devenir de plus en plus alarmant et pathétique. C’est très rare mais j’arrive presque à avoir de la compassion pour elle. Ou plutôt de la peine. Se cantonner à des rôles aussi fades et déprimant est le témoignage d’un grand besoin d’auto-flagellation de la part de l’actrice. Une bonne psychanalyse ne pourrait lui faire que du bien.

All About Steve, après une réflexion et une délibération poussées à l’extrême, mérite amplement ses petites statuettes aux Razzie Awards malgré une concurrence rude avec notamment l’infatigable Will Ferrell et son Monde (Presque) Perdu. Alors bon j’entends déjà un bon nombre d’entre vous me dire que je suis excessif dans mes propos, que je n’y connais rien, que je n’ai aucun goût et bla et bla et bla. Je finirais donc ma critique par une pointe d’optimisme : All About Steve se laissera regarder si l’on est cloué au lit avec 40 de fièvre et que l’on se bourre d’aspirines au préalable (le mal de tête ne pourra donc pas pointer le bout de son nez nous sommes sauvés !). Tomber de rideau.

1
Laisser un commentaire

Please Login to comment
avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Platinoch Recent comment authors
  S'abonner  
Récents Anciens Populaires
Notifications :
Platinoch
Invité

Je partage globalement l’avis de la critique sur ce film qui est en effet très mauvais et pas drôle. Pour autant, je trouve un peu dures les attaques contre Sandra Bullock qui n’a jamais eu la prétention de faire des grands films. En prime, elle a eu l’intelligence et l’humour d’aller chercher son razzie la veille de recevoir son Oscar, preuve qu’elle mérite sans doute un peu plus de compassion qu’elle n’en obtient sur ce site;)
Bonne continuation!