a une place assez singulière dans la comédie française.
Ses films ont en commun un sens de la rupture de ton très poussé, au service d’un parcours humain qui s’inscrit dans une description détaillée du quotidien.
Le caractère comique de ses films n’est absolument pas frontal mais se situe dans le décalage et dans la mélancolie de ses personnages. Une sensibilité similaire à celle de Noémie Lvowski, mais avec un budget de réalisation sensiblement inférieur, des sujets tout autant personnels, mais dont l’humour est plus précis mais moins oral, moins touchant.

ARRÊTE OU JE CONTINUE ne déroge pas à la règle  et nous présente Pomme et Pierre, couple quarantenaire en crise.
Lui, est cynique et fantaisiste, n’éprouve plus de passion pour Pomme, en tous cas, ne le montre plus, ou alors ne sait plus comment. On à l’impression que la réalisatrice hésite entre un regard sexiste sur les hommes, ou sa propre version de l’autre sexe. Mathieu Amalric, heureusement, atténue ces doutes grâce à son interprétation mystérieuse de cet homme parfaitement insupportable. Car Sophie Fillières traite un peu tous les hommes de la même manière, c’est à dire en en faisant des indécis, mi je-m’en-foutistes, mi-inintelligibles. Ils ne comprennent décidément rien aux femmes et posent systématiquement les pieds dans le plat.
elle, interprète Pomme de façon théâtrale, comme à son habitude, avec moult tics de jeu, parfois énervants, parfois attendrissants. Si Pomme rassemble les mêmes défauts que Pierre, la réalisatrice porte toutefois à ce personnage toute sa sympathie, comme s’il s’agissait d’un double d’elle même. Elle lui concocte un vécu sans doute un peu « Vie De Merde », entre mari débonnaire, fils ingrat, corps vieillissant. VDM, mais assez commun, en tout cas à la limite. Pomme réagit violemment à la crise qui les touche, elle et son couple ; Sophie fillières prend tout de même suffisamment de recul pour ne pas faire de son personnage un cliché de femme forte et réactive.

474849

© Les Films du Losange

Le sujet du film est somme toute assez classique, surtout dans le cinéma d’auteur français : la crise dans le couple, les doutes quant à l’évolution de la relation.
Toutefois, Sophie Fillières développe avec Pomme le fantasme du « J’t’emmerde ! » féminin de façon assez singulière. Elle emmène ainsi Pomme et son film sur une piste aventureuse, assez rafraîchissante car dénuée de second degré, de métaphore. Tout passe par l’image, et les dialogues.
Ceux-ci sont la grande réussite du film. Ils insufflent une énergie légèrement comique qui fonctionne grâce aux quiproquos qu’ils engendrent. Sophie Fillières nous cisèle un texte d’une finesse exemplaire dont les principales qualités sont conjuguées : trivialité et précision.

”on pourrait définir ARRÊTE OU JE CONTINUE comme un film légèrement féministe, mais suffisamment décalé pour ne pas être agressif ni cliché.”

Ainsi, les personnages décrivent leur quotidien, leur interactions avec le monde avec moult détails, prennent le temps de décrire précisément une moment insignifiant…
Cela accentue l’absurdité de l’instant car ces choses sont bien sur, trop triviales pour être racontées sur pellicule.
Simone : – « Je joue (au scrabble) toute seule, Romain n’aime pas, il se moque de moi, ça me fait de la peine parfois. (…) on l’a eu gratuit, sur l’autoroute, un plein plus 1.99€ j’essaie de battre mon propre record : 617 points.
Pomme : – C’est bien. »
ou encore, Pierre, au téléphone :
– « On est pas dans le même rayon, elle est aux surgelés… Non juste des glaces ! et tu sais? pour ces toutes petites saucisses et ces tous petits boudins, on reçoit Sonia et son mec demain ». Etc.
Elle installe par la un climat enveloppant et immersif, qui met constamment les personnages face à leur propres contradictions. Une ambiance étrange mise en valeur par les acteurs singuliers que sont Devos et Amalric.

Puis aparté total, c’est toujours un plaisir d’observer le cinéma français lorsqu’il évolue dans une autre ville que Paris, ici, Lyon.
Une forme de simplicité émane des déplacements des personnages, des interactions entre eux. Le ton est différent, comme les différences, au sein d’un même genre, que l’on peut ressentir entre une réalisation hollywoodienne et une réalisation européenne.
Au final, on pourrait définir ARRÊTE OU JE CONTINUE comme un film légèrement féministe, mais suffisamment décalé pour ne pas être agressif ni cliché.

LE DVD

Le film propose en bonus trois entretiens, avec la réalisatrice, Sophie Fillières, et les acteurs Emmanuelle Devos et .
Les entretiens dévoilent avec précision la vision de la réalisatrice.
Devos, qui a beaucoup travaillé avec Fillières revient sur son parcours avec la réalisatrice. Amalric explique son personnage tout à fait en désaccord avec nous. Il ressent l’amour de la réalisatrice pour les hommes. Bon.

Le transfert du DVD est quelconque, rien à signaler de ce coté.

CASTING
Titre original :
Réalisation : Sophie Fillières
Scénario : Sophie Fillières
Acteurs principaux : Emmanuelle Devos, Mathieu Amalric,
Pays d’origine : France
Sortie : 5 mars 2014, sortie DVD le 1er Juillet 2014
Durée : 1h42min
Distributeur : Les Films du Losange
Synopsis : Pomme et Pierre.
Ils sont ensemble depuis longtemps. Trop longtemps ?
Ils sont pris dans cette combine qu’est devenu leur couple, ce discret désastre, pris dans ce numéro qui se joue presque malgré eux.
« Arrête ou je continue » l’un comme l’autre pourrait le dire.
Ils ont l’habitude de longues marches en forêt. Au cours de l’une d’elle, Pomme refuse de rentrer. Non. Juste non. Qu’il lui file le kway, qu’il lui file le pull, qu’il lui file le sac, elle reste…
Elle disparaît dans les taillis. Sans fracas…
BANDE-ANNONCE