L

’adage veut que ça soit dans les vieux pots que l’on fait les meilleures soupes. prouve une fois de plus que cet adage ne se vérifie pas. Adapté du 10ème roman de la série consacré au détective Matt Scudder créé par , il prend le relais d’un film sorti en 1986 où Jeff Bridges incarnait déjà le personnage de bien meilleure manière. Dans 8 millions de façons de mourir, Hal Ashby était parvenu à retranscrire le sentiment que l’on peut ressentir devant un excellent film noir, s’attirant  même les faveurs de Quentin Tarantino qui voue un culte au long métrage. Cette nouvelle percée dans l’univers créé par le romancier prolifique aurait mérité de se faire sans prétention, à savoir sans une sortie salles. L’aspect feuilletonesque du scénario allié au fait que ne fait que répéter une variation de son personnage de Taken empêche le spectateur de véritablement s’intéresser au sort des personnages, l’issue du film étant connue d’avance.

© Metropolitan FilmExport

© Metropolitan FilmExport

Si la réalisation fonctionnelle parvient à donner une teinte mélancolique aux images de New York, invitant la galerie de personnages à s’enfoncer dans la noirceur de la ville, l’aspect grisâtre omniprésent reste un simple artifice cachant la misère d’un script inintéressant au possible. Pourtant, le réalisateur en la personne de a longtemps biberonné à l’écriture de scénarios adaptés de polars réussis et d’écrivains efficaces et talentueux (Hors d’atteinte ou Get Shorty pour Elmore Leonard, Vengeance Froide pour James Lee Burke). Cette culture littéraire l’incite à rendre hommage à Sam Spade et Philip Marlowe, ce qui n’est pas en sa faveur tant nous remémorer les réussites que sont Le grand sommeil ou Le faucon maltais nous fait comprendre que ce personnage de détective moderne ne leur arrive jamais à la cheville. De plus, difficile à croire que sur les 15 autres romans de la saga de Lawrence Block, il n’y en avait pas un autre qui méritait que l’on s’y attarde.

”L’aspect grisâtre omniprésent reste un simple artifice cachant la misère d’un script inintéressant[…]”

Bien que le film se hisse tout de même en haut du panier des actioners innommables et innombrables qu’enchaîne Liam Neeson depuis quelques années, il n’en reste pas moins fainéant dans sa démarche, les 2 heures de métrage semblant exister uniquement pour justifier une exploitation en salles. Une déception d’autant plus forte lorsque l’on sait que Joe Carnahan était initialement à la tête du projet, accompagné d’Harrison Ford dans le rôle du privé. Espérons qu’à l’instar de Taken, les producteurs ne décident de transformer Matt Scudder en un héros de franchise car cela finirait de clouer le cercueil que s’est confectionné l’acteur, lui faisant rejoindre les rangs des Seagal et cie…

CASTING
Titre original : 
Réalisation : Scott Frank
Scénario : Scott Frank, d’après le roman de Lawrence Block
Acteurs principaux : Liam Neeson, Dan Stevens, Boyd Holbrook
Pays d’origine : U.S.A.
Sortie : 15 OCTOBRE 2014
Durée : 1h54mn
Distributeur : Metropolitan FilmExport
Synopsis : Ancien flic, Matt Scudder est désormais un détective privé qui travaille en marge de la loi. Engagé par un trafiquant de drogue pour retrouver ceux qui ont enlevé et assassiné sa femme avec une rare violence, Scudder découvre que ce n’est pas le premier crime sanglant qui frappe les puissants du milieu… S’aventurant entre le bien et le mal, Scudder va traquer les monstres qui ont commis ces crimes atroces jusque dans les plus effroyables bas-fonds de New York, espérant les trouver avant qu’ils ne frappent à nouveau…
BANDE-ANNONCE