À LIRE ÉGALEMENT : notre critique élogieuse longue, mais passionnelle

C’est l’un des films les plus attendus de l’année 2015, Birdman, du Mexicain Alejandro González Iñárritu (21 grammes, Babel). Présenté en ouverture du festival international de cinéma de Venise, il a en outre cumulé sept nominations aux derniers Golden Globes. L’acteur principal Michael Keaton a d’ailleurs remporté le prix du meilleur acteur dans une comédie. Et c’est amplement mérité.

Le casting de Birdman rassemble pléthore d’acteurs connus : Michael Keaton dans le rôle principal, Zach Galifianakis, Edward Norton (Moonrise Kingdom, Fight club), Emma Stone (The Amazing Spider-man, Magic in the Moonlight) ou encore Naomi Watts (Mulholland Drive, Diana). Un casting réussi avec un jeu d’un très haut niveau.

Ce long-métrage est centré sur Riggan Thomson (interprété par Michael Keaton), un acteur has been, qui était célèbre pour avoir incarné Birdman, un super-héros mi-homme, mi-oiseau. Il tente aujourd’hui de renouer avec la célébrité, mais au théâtre. Riggan Thomson monte alors une pièce qui doit être jouée à Broadway, dont il tient le rôle principal.
Le film détaille les coulisses de la pièce de théâtre. On assiste aux répétitions, on perçoit les difficultés que le metteur en scène et comédien, Riggan Thomson, a pour trouver les bons acteurs, les problèmes qui peuvent survenir entre les acteurs. On découvre les relations parfois tendues avec les critiques de pièces de théâtre. Le spectateur est véritablement imprégné de l’univers du théâtre. Le film est quasiment un huis-clos. Tout se passe à l’intérieur de ce théâtre sur Broadway : sur scène, dans les loges, sur le toit. On en sort assez rarement.

Birdman

© 2014 Twentieth Century Fox

La manière dont Birdman a été filmé est particulièrement intéressante. Il n’y a aucune coupe nette entre les plans. Une performance dans la réalisation et dans le montage. Le spectateur a l’impression qu’il s’agit d’un seul plan-séquence ininterrompu. Un personnage nous conduit à un autre. Tout est lié, fluide. En conséquence, la caméra bouge beaucoup, les cadrages sont originaux, parfois déroutants.

Le personnage qu’interprète Keaton est schizophrène. Son ancien rôle de super-héros Birdman est encore très présent dans sa tête. Il est très nostalgique du passé. Cela rejoint d’ailleurs la réalité, puisque le grand rôle de Michael Keaton reste Batman dans les années 1990.
Dans ce long-métrage, les spectateurs entendent ce qu’il se passe dans la tête du personnage principal, la voix de Birdman qui lui parle, violemment parfois. Il pense posséder des super-pouvoirs. Le spectateur voit tout, ce que Riggan Thomson croit être vrai et la réalité. Un rapprochement avec le film Blackswan, de Darren Aronofsky peut donc être fait. Plusieurs similitudes entre les deux longs métrages : un oiseau de taille humaine fait de temps en temps son apparition, mais également la schizophrénie, et les voix qu’entend le personnage principal.

Birdman

© 2014 Twentieth Century Fox

La musique est très présente dans le film, principalement de l’instrumental. Le spectateur aperçoit même le batteur dans l’un des plans. Cela participe de cet esprit de fluidité, tout est toujours lié, les plans entre eux, la musique

Ce film tant attendu est à la hauteur des espérances. Le film est classé dans la catégorie « comédie, drame ». Les dialogues ont été travaillés, ils sont drôles sans être lourds. Et la manière de filmer suffirait à elle seule à donner envie au spectateur de découvrir ce film.
Deux points négatifs cependant. Le film est trop autocentré sur le personnage de Michael Keaton et ses démons intérieurs. Il est très torturé, ce qui peut devenir agaçant.

Enfin, si le film est rythmé, on notera tout de même une longueur. Un passage en trop et une fin qui laisse à désirer. Le film aurait gagné en pertinence sans cette dernière partie.

INFORMATIONS


25 février Birdman



CRITIQUE élogieuse courte, mais pragmatique
CRITIQUE élogieuse longue, mais passionnelle
– IMPRESSIONNANT trailer
nouveau concept, la parodie méta : trailer de Birdman Returns

Titre original : Birdman
Réalisation : Alejandro González Iñárritu
Scénario : Alejandro González Iñárritu, Nicolás Giacobone, Alexander Dinelaris, Armando Bo
Acteurs principaux : Michael Keaton, Emma Stone, Edward Norton, Naomi Watts, Zach Galifianakis
Pays d’origine : U.S.A.
Sortie : 25 février 2015
Durée : 1h59min
Distributeur : Twentieth Century Fox France
Synopsis : L’acteur Riggan Thomson, has been connu pour avoir incarné un célèbre super-héros, monte une pièce à Broadway autour de son propre personnage dans l’espoir de renouer avec sa gloire passée. Pour se faire, il est soutenu par sa fille, fraichement sortie d’une cure de désintoxication qui devient son assistante, par une actrice et un producteur farfelu.

Nous signaler une erreur dans l’article ?
Sélectionnez le texte (140 caractères maximum) en question et appuyez sur Ctrl+Entrée.

[Critique] : BIRDMAN

0

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :