Victor Crowley a sa petite réputation dans le clan des « tueurs pour fans de gore et d’horreur ». Il a la carrure, et quasiment la même malédiction que Jason Voorhees (Vendredi 13). Comme lui, il a été victime des moqueries d’enfants (il trouvera la mort, un soir d’Halloween dans un terrible incendie – Jason, lui, dans une noyade). A ce propos d’ailleurs le cascadeur Derek Mears qui interprète Jason dans son remake de 2009 fait une apparition et affronte même Victor dans un duel singulier mano à mano.

Depuis sa création en 2006 avec Butcher : la légende de Victor Crowley suivi en 2010 de sa suite Butcher II, a créé un univers sympathique (pompé certes sur le Crystal Lake) autour de ce monstre sanguinaire qui œuvre dans les bayous de la Louisiane. L’atmosphère des marécages et les plans nocturnes forment un idéal terrain de chasse de Crowley… Même si ce sont finalement les hommes de lois et les chasseurs qui partent à la chasse du monstre. Le vrai gibier ce sont eux et non l’inverse.
A chaque fois le film reprend là où le précédent avait fini, ce qui donne une impression de série télévisée. Une fin pour à la fois pouvoir développer de nouvelles pistes mais aussi, paradoxalement, clore chaque histoire. Il aurait pu très bien n’avoir qu’un seul film… Mais le besoin d’Adam Green de continuer cette sage est plus fort – ce qui fait d’ailleurs, le charme de ces films à rallonge.
Ce numéro 3 passe enfin en image scope : on quitte ainsi l’esthétique 4/3 un peu cheap des 2 premiers volets, tout en gardant le même humour potache qui avait fait son originalité.

BUTCHER 3

On est clairement dans un hommage aux séries B d’antan (les 80’s) avec le même ton décomplexé et fun. Pour comparer, Butcher III ressemble plus aux épisodes 4,5 et 6 des sagas HALLOWEEN ou FRIDAY 13th plutôt qu’aux originaux, beaucoup plus travaillés et à tendance auteurisantes. C’est ce qui plait dans ce film. On passe 1H20 à voir du gore dans tous les sens, quelques plans sexy complètement gratuits et avec une bonne dose d’humour.

Victor Crowley avait le potentiel d’une trilogie et l’a complètement prouvé. Amateurs de gore vous allez être servis !”

Ajoutons aussi son casting composé de vieux baroudeurs, du genre Sid Haig (le clown de Devil’s Reject chez Rob Zombie) ou le rôle du shérif interprété par (vous savez : le petit garçon dans les Gremlins) et depuis le deuxième épisode,  dans un rôle leader d’héroïne burnée (Marybeth) – référence à Halloween 4 et 5 (+ les épisodes de Rob Zombie aussi). Autant de clins d’œil appréciables et qui s’adressent directement aux fans !

Bref : Hatchet 3 conclut donc cette trilogie mais on espère quand même d’autres suites d’ici à quelques années ! Son personnage Victor Crowley le mériterait…

CASTING
Titre original :
Réalisation :
Scénario : Adam Green (d’après ses propres personnages)
Acteurs principaux : Danielle Harris, , Zach Galligan …
Pays d’origine : USA
Sortie : 14 JUIN 2013 (USA)
Durée : 1h21mn
Distributeur : ArieScope Pictures/ Dark Sky Films
Synopsis :Victor Crowley est-il vraiment mort ? Une équipe de police est envoyée sur place pour vérifier les dires de Marybeth. Mais c’est un vrai carnage qui les attend : les marécages de Honey Island sont et restent hantés par ce dernier. C’est aidée de Amanda, l’ex-femme du shérif et journaliste locale, que Marybeth va tenter de déjouer la malédiction vaudou qui rendrait en réalité Victor Crowley immortel…
BANDE-ANNONCE
LE BLU_RAY

Disponible depuis le 21 octobre 2014
Editeur : Zylo
Distributeur : Zylo
Nombre de disque(s) : 1
Format : BD-50
Boîtier : Blu-ray Disc
Bitrate : –
Authoring : –
Format vidéo : SCOPE 1080p AVC 16/9 natif
Zone : B
Standard : –
Image : Couleurs
Audio : DTS-HD 5.1 Français
Sous-titres : –
Sourds et malentendants : –
Suppléments :

Merci à Zylo pour ce joli transfert HD, une longue attente récompensée. Par contre absence de piste VOST et aucun bonus comme souvent chez l’éditeur. Fort dommage…